Gaudin veut cultiver le tourisme pour 2014

À la une
le 28 Août 2013
15
Gaudin veut cultiver le tourisme pour 2014
Gaudin veut cultiver le tourisme pour 2014

Gaudin veut cultiver le tourisme pour 2014

Malheurs aux retardataires. Ce mercredi, à la salle des mariages de l'hôtel de ville, un reporter arrivé un quart d'heure après le démarrage de la conférence de presse de Jean-Claude Gaudin a dû rester debout. Au menu pourtant, toujours pas de confirmation officielle de la candidature du maire à un 4e mandat, mais un simple bilan de la saison touristique. En fait, avec son armée de spin doctors bien en évidence, le maire fait de chaque rendez-vous avec la presse un jalon de plus vers le "oui" final.

Si l'on excepte les traditionnelles journées de Châteaurenard en compagnie de Jean-François Copé, dimanche, le maire signait là sa rentrée politique à Marseille, après une fin de mois d'août agitée par les faits divers. Les médias venus en masse attendaient peut-être une suite à sa passe d'armes sur la sécurité avec le gouvernement et le PS. Raté : "Je ne recherche pas l'affrontement", a-t-il assuré. À côté de la ligne offensive – renvoyer l'État à ses responsabilités en matière de sécurité – il lui faudra bien défendre le bilan de ses trois mandats.

La nouvelle industrie

Le développement de l'économie touristique fera partie des axes privilégiés. S'appuyant sur une avalanche de chiffres positifs égrénés par son adjointe au tourisme Dominique Vlasto et des professionnels du secteur venus témoigner qu'ils sont pleins à craquer en ce mois d'août, le maire a acté une "saison touristique extraordinaire" et "un succès incontestable de la capitale européenne de la culture". Derrière cet engouement, c'est une réalisation de l'État qui se détache. Le Mucem, avec ses 820 000 visiteurs dont "un tiers" paie pour les expositions, est devenu le principal produit d'appel pour la ville. Mais l'honneur de Gaudin est sauf, "c'est le précédent gouvernement qui a validé sa réalisation". C'est quand même dommage que l'idée ait été lancé sous Jospin et le ruban coupé par Hollande.

Le maire a ensuite livré un début de profession de foi : "Le tourisme appuyé sur la culture ouvre pour Marseille une véritable activité économique. Il faut savoir saisir les évolutions et pas toujours se retourner sur ce qu'était Marseille il y a 50 ans". Faire le deuil des activités industrielles – notamment liées au port – pour se tourner vers le développement du tourisme : l'orientation n'est pas nouvelle. C'est même l'une des constantes majeures de la politique de la majorité municipale, qui y voit là une source d'emplois peu qualifiés correspondant au profil du chômage marseillais.

De lourds investissements, 600 millions d'euros, ont été engagés dans l'optique de Marseille-Provence 2013. D'autres sont encore à venir comme les Terrasses du port et les Voûtes de la major. S'ils font craindre à certains une surabondance de l'offre, ces centres commerciaux sont clairement positionnés sur un segment haut de gamme et situés sur la bande littorale vouée à devenir le complexe touristico-culturel. "Le shopping compte aussi beaucoup dans le choix de la destination", a relevé Dominique Vlasto.

Capitaliser sur la capitale

L'heure est aujourd'hui à s'accrocher derrière la locomotive espérée. En mai, Gaudin faisait déjà ce lien électoral à propos des foules rassemblées sur le Vieux-Port par les grands événements : "Les Marseillais ont voté avec leurs pieds. Les gens valident ainsi notre choix, effectué dès 2004 avec la candidature de MP2013, de repositionner Marseille sur l'industrie touristique."

Une stratégie d'autant plus efficace qu'à Marseille "Gaudin est le seul à capitaliser sur MP2013", remarquait récemment un proche du maire. Le conseil général avec son slogan "Ici, la culture est partout", axe sa communication sur l'aspect départemental de l'événement – sans compter que Guérini  est préoccupé par d'autres échéances. De son côté, la région se fait discrète, surtout depuis que Patrick Mennucci a rendu son ruban de vice-président délégué à la culture. Tout aussi discrète, la communauté urbaine du candidat aux primaires Eugène Caselli parle peu de culture, exception faite du chantier connexe du Vieux-Port que la collectivité a géré.

Dans l'équation du maire "le succès touristique est indissociable de l'activité culturelle, il nous appartient de la prolonger". D'où, à côté de la défense du bilan, la nécessité d'une "perspective", ce qui est déjà un aveu de candidature. La conférence de ce matin n'a pas réservé de surprise : ladite perspective s'appuie sur le triptyque boîte de nuit, casino et téléphérique à Notre-Dame de la Garde. Une certaine idée de la culture, ne manqueront pas de souligner ses adversaires. Par ailleurs, la locomotive MP2013, déficitaire a-t-on appris récemment, peut aussi réserver des surprises : avec 200 000 tickets vendus à ce jour, l'exposition Le grand atelier du Midi, blockbuster taillé pour les touristes, devra cravacher pour attirer les 600 000 visiteurs escomptés d'ici le 13 octobre…

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. chris chris

    Le tourisme ne pourra jamais être le moteur économique d’une ville de près d’un million d’habitants, on voit ce que ça a donné en Espagne ou en Grèce. Certes, le tourisme ne doit pas être négligé, c’est un levier de développement notamment en matière de tourisme d’affaires où l’on accuse un retard sur bien des villes, mais le vrai moteur doit être l’industrie et notamment la haute technologie, porteuse de R&D, de service aux entreprises et donc d’emplois à haute valeur ajoutée.

    Signaler
  2. Grabuge Grabuge

    Gaudin est un “has been”.
    L’avenir de Marseille, c’est la techonologie, pas le tourisme pépère.
    En 20 ans, Gaudin n’a pas crée une seul technoppole.
    Il n’a aucune idée. Sait il ce qu’est un mulot (souris) informatique.
    Sait-il qu’une tablette n’en a pas ?
    Ne jouons pas tout sur le tourisme. C’est la facilité, pas forcémetn la richesse….

    Signaler
  3. Marie Marie

    Il est évident que la capitale européenne de la culture a fait du bien à Marseille et il faudra absolument “capitaliser” sur cet événement pour donner un avenir à cette ville aussi bien sur le plan touristique que pour le vivre ensemble. Mais que M. Gaudin tire toute la couverture de cette année capitale à lui est un peu facile. Même si c’est la mairie qui a eu l’initiative de la candidature en 2004 (puisque ce sont les collectivités qui doivent candidater pour obtenir le label), ce projet ne doit sa réussite qu’à l’engagement sans faille de l’ensemble des collectivités du territoire de MP13 (à l’exception d’Aix et du Pays d’Aix), à l’engagement sans précédent du monde économique et à l’intelligence de l’homme de la candidature Bernard Latarjet. La mairie de Marseille n’est que l’un des nombreux financeurs du projet (à hauteur de 20% environ) et même si elle a également financé de nombreux investissements, elle est loin d’être la seule à l’avoir fait. Le maire de Marseille n’a cessé de freiner des quatre fers et de mettre des batons dans les roues à ce projet. Ce n’est qu’à l’approche de l’ouverture que celui-ci a commencé à réaliser l’importance de cet événement (pour exemple, la mairie de Marseille n’a commencé à affiché sur son fronton qu’elle était capitale qu’à partir de l’été). Il est un peu facile aujourd’hui d’en tirer partie et il ne faut pas oublier que l’état de Marseille est lié à sa gestion pitoyable depuis plus de 18 ans. Le bilan de M. Gaudin ne peut pas se résumer à MP13

    Signaler
  4. ras_Casse ras_Casse

    avec Plus belle la vie, il a confondu la fiction et la réalité, l’industrie culturelle et son rendu potentiel…

    Signaler
  5. Anonyme Anonyme

    Gaudin a un très bon bilan et n’a jamais été inquiété ou condamné, contrairement aux socialistes. Il a réussi à faire évoluer une grande partie de la ville… Musées rénovés (Borrely, Longchamp, Musée d’histoire du centre bourse, MAC, Cantini…), musées crées (MUCEM, Regards de Provence, FRAC, Mémorial de la Marseillaise? J1, la Buzine …), réalisations touristiques (vieux port et son ombrière, Hôtel Dieu magnifique, Palais des Congrès au Pharo)… le quartier d’affaire se développe. Le tramway est peu à peu étendu aux quartiers périphériques… les équipements sportifs ne sont pas oubliés (patinoire, vélodrome)…. infrastructures routières (enfouissement des passerelles, tunnels…)…
    Les projets à venir sont très nombreux. Ce serait dommage d’anéantir ces affaires en portant au pouvoir une gauche clientéliste et corrompue.

    Signaler
  6. Pierre Pierre

    Pour info, ds votre chapeau “saison estivalE”

    “Sans compter que EST Guérini préoccupé par d’autres échéances”.

    Signaler
  7. lucide lucide

    Le tout risme est l’arbre qui essaye de cacher la forêt ou plutôt le désert économique. Qu’en sera-t-il quand les destinations comme Egypte, Turquie, Tunisie redeviendront attractives ?

    Signaler
  8. Adrien Mexis Adrien Mexis

    “Faire le deuil des activités industrielles”… pour mieux se jeter sur la manne d’Ouest-Provence et Martigues avec la Métropole ! Quelle sombre hypocrisie !
    Et quelle clientèle viendra faire son shopping ou night-clubbing de luxe à Marseille si c’est pour se faire détrousser ou tuer au coin d’une rue ?
    Gaudin se moque de nous ! On n’a pas besoin d’une armée d’enfumeurs professionnels (“spin doctors”) grassement rétribués par le contribuable… mais bien plutôt de personnes courageuses et honnêtes, pour arbitrer sereinement entre tous les intérêts privés qui tirent Marseille et les BdR à hue et à dia.
    Encore heureux qu’il “ne recherche pas l’affrontement” avec le gouvernement, ce sont les mêmes lâchetés et les mêmes renoncements qu’au niveau national, qui font que nos territoires se déclassent.
    AdrienMEXIS.wordpress.com

    Signaler
  9. Ouistiti74 Ouistiti74

    Je suis assez d’accord avec @anonyme : on peut considérer que Marseille a encore des progrès à faire dans de nombreux domaines mais de manière objective et sans préjugés de gauche/ /droite il y aura un Marseille d’avant et d’après gaudin . L’évolution voire la transformation de la ville au cours de ces 2 mandats est indéniable . Les points noirs sont toujours ceux qu’on voit le plus et qu’il ne faut pas minimiser bien sur mais les points positifs sont nombreux n’en déplaise a certains : l’activité culturelle et touristique n’a pas attendu mp2013 ( et ses projets financés par l’état) pour exister , l’activité économique s’est elle aussi développée sous l’ère gaudin ( de nombreuses sociétés ont choisi Marseille pour y installer siège ou établissement secondaire et dans des domaines de pointe , la reconversion du port en activité de croisiere etc…) bref qu’on soit de gauche ou de droite qu’on aime le personnage ou pas , si on vit a Marseille on est obligé de constater que son bilan est loin d’être négatif .

    Signaler
  10. ZeCancre ZeCancre

    Le tourisme oui mais pas aux mains du CAC40 puisque pas de redistribution
    Gaudin un bon bilan HiiiiiiiiiiiiiiiiiHaaaaaaaaaaaaannnnnnnnnnnnn trop bon merci pour cette blague MDR

    Signaler
  11. SARAZIN13 SARAZIN13

    LE TOURISME N EST QU’UNE ACTIVITE COMPLEMENTAIRE DE L’INDUSTRIE TERTIAIRE QUI N’ EMPLOIE QUE DES TRAVAILLEURS PRECAIRES AVEC DES SALAIRES TRES BAS ……..C’EST CELA L’AVENIR QUE GAUDIN PREPARE POUR NOS ENFANTS!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Signaler
  12. Ouistiti74 Ouistiti74

    En tous cas , profitons de cette année culturelle riche et ruez vous au grand atelier du midi : les chiffres ne sont pas ceux escomptés .

    Signaler
  13. Anonyme Anonyme

    Quand on parle des chiffres du tourisme à Marseille est ce qu’on y englobe les dizaines de milliers de “touristes sociaux”, ceux qui débarquent au quotidien par bateaux entiers d’Afrique du Nord avec des visas de tourisme sans avoir aucunement l’intention de repartir? Si c’est le cas on peut parler de millions de touristes. Quant à dire qu’ils rapportent de l’argent à la Ville c’est une autre histoire.

    Signaler
  14. savon de Marseille savon de Marseille

    On ne va pas faire le bilan culturel de Mr GAUDIN : tout le monde le connait, hélas… On ne peut pas lui en vouloir ,car c’est pas son truc. Lui , c’est plutôt la bénédiction des Navettes de St Victor. Mais Il espère tirer les marrons du feu d’opérations lourdes qu’il n’a pas piloté !.La Bonne analyse de “bilan”, 29 août 2013 à 13:28 met en relief qu’un fin politique sait toujours s’approprier des opérations dont il n’a pas été l’initiateur.

    Signaler
  15. Marseillais indigné Marseillais indigné

    @Paul Rouyer En tous cas le racisme et la xénophobie n’ont pas d’age ;Un peu courts vos arguments !
    J’assume totalement ce que j’ai écrit C’est vrai je préfère avoir des “mauvaises lectures” “La Marseillaise ” ou la presse algérienne que “La Provence” de Tapie ou le Figaro de Dassault Dans El Watan il y a d’ailleurs actuellement une excellente série de vidéo- reportages sur nos compatriotes nés de parents algériens Pour être complet j’ajouterai que sans le ralliement du Gouverneur du Tchad Felix Éboué Français né en Guyane (comme Christiane TAUBIRA)l’épopée de la colonne Leclerc ,composée en majorité de Tirailleurs aurait été impossible ! J’aimerais que vous m’éclairiez davantage et que vous me démontriez en quoi mon indignation est “dirigée” (sic) et partisane

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire