[Fronts de maire] Changer les règles des Jeux olympiques pour faire baisser la facture

Série
le 24 Août 2020
26

Les JO 2024, c'est déjà demain pour la mairie de Marseille. Alors que la Ville doit investir pour accueillir les épreuves maritimes notamment au Roucas-blanc, elle espère encore diminuer la facture. Ce que le comité d'organisation du rendez-vous olympique serait, selon la municipalité, prêt à envisager.

La série

Alors que la nouvelle majorité municipale promeut son "été marseillais", Marsactu lui soumet quelques travaux pratiques, sur des dossiers emblématiques et épineux.

À Rennes, la majorité municipale de gauche a refusé d’accueillir le départ du Tour de France en 2021. À Paris, les Jeux olympiques 2024 ont divisé dans la majorité Hidalgo avec des écologistes qui goûtent peu la facture du grand rendez-vous sportif planétaire. Quid à Marseille ? Comment la nouvelle majorité aborde-t-elle la réception d’un grand événement sportif de ce genre ? Benoît Payan, le premier adjoint, a une réponse pondérée : “Je ne saute pas sur la table quand on me parle des JO qui souvent n’apportent pas les retombées attendues par rapport aux investissements mais je me dis qu’on peut en faire un événement très marquant pour la ville.”

La place de Marseille dans le dispositif Paris 2024 reste marginale à l’échelle de la compétition mais, à l’échelon local, l’événement a un impact certain. Si les matches des compétitions de football ne changent pas grand chose au budget municipal, la réception des épreuves de voile et de kite-surf représente un investissement important.

À la fin de l’année 2018, la municipalité de Jean-Claude Gaudin s’est engagé à construire un stade nautique au Roucas-blanc permettant d’assister aux épreuves situées au plus près de la corniche. Le devis qui, selon plusieurs sources, a déjà été revu à la hausse plaçait le coût de l’équipement à 25 millions d’euros dont 22 à la charge de la Ville. A l’époque, l’actuel premier adjoint Benoît Payan n’était encore que le chef de l’opposition. Il s’était élevé contre cette répartition ne laissant que 3 millions aux frais du comité organisateur. Peu disert sur le cas des JO, le programme porté par Michèle Rubirola espérait “revoir” l’investissement consacré à l’événement pour “rénover les infrastructures existantes et construire les nouveaux équipements sportifs nécessaires”.

Didier Réault (LR) : “bon courage pour renégocier”

Responsable du dossier lors de la précédente mandature, Didier Réault avait déjà répondu à Benoît Payan en 2018. Il n’a pas changé de ligne : difficile d’obtenir davantage du comité organisateur. “Quand l’État assume 10 à 15 % du coût du projet à Marseille et qu’on dit qu’il aide davantage Paris, c’est parce qu’on inclut des infrastructures de transports qui sont toujours bien plus subventionnées. Et puis il ne faut pas oublier qu’on ne construit pas que pour les JO, c’est aussi une installation qui, après, doit servir au développement de la voile et des sports nautiques pour tous. Je souhaite bon courage à la nouvelle majorité pour renégocier sachant qu’avec la crise sanitaire, on demande déjà à Paris 2024 de réduire de 10 % son budget propre”, estime-t-il.

À la mairie, on estime au contraire qu’il y a une marge de négociation. “Avec Solidéo [société chargée du financement des équipements des JO], le comité d’organisation et la direction interministérielle aux Jeux olympiques, on a convenu de remettre à plat tout cela. On va revoir les choses de manière substantielle”, assure Benoît Payan. “Certainement que les choses qui ont été signées nous engagent mais il y a une marge de négociation, complète Hervé Menchon, adjoint chargé de la mer. Pour justifier la répartition, on nous parle de l’héritage des Jeux. Cet héritage, c’est une base nautique toute neuve. De mon point de vue, c’est bien et nécessaire mais Marseille n’aura pas de base nautique supplémentaire à l’issue. C’est cher payé actuellement et il y a une iniquité vis-à-vis des autres villes.”

Outre le stade nautique, la Ville a d’autres dépenses à assurer notamment les aménagements provisoires comme la tribune de 5000 places. Elle pourra s’appuyer pour ce faire sur le département qui a validé le 24 juillet 2020 dans son budget une autorisation de programme de 20 millions d’euros au titre de l’aide aux communes. “Ce sera dépensé, assure Benoît Payan. Et je ne doute pas que la région et la métropole nous aident aussi, ce sera l’occasion pour elles de passer de la parole aux actes.”

“Ce ne sera pas les JO à tout prix”

La stratégie de la Ville sur ce dossier doit être finalisée dans les jours qui viennent pour être en ordre de marche face au comité d’organisation de l’événement. Dans les couloirs de la mairie, on indique que l’option d’un renoncement n’est pas complètement écartée si les questions financières restent en l’état. “Ça ne sera pas les JO à tout prix, c’est sûr. Mais vous me parlez d’une option en bout de course : on ne démarrera pas la discussion avec un pistolet sur la tempe”, annonce Benoît Payan.

Pour la nouvelle municipalité, il faut aller vite. Si les démarches administratives en terme de permis de construire notamment sont simplifiées dans le cadre des JO, les bâtiments doivent être terminés en 2023. Elle a donc jusqu’à la fin de l’année pour trouver un nouveau terrain d’entente avec les organisateurs.

C’est aussi à cette échéance que la question d’une épreuve supplémentaire doit être tranchée : la course au large. L’hypothèse la plus répandue ferait partir les bateaux de Marseille pour un tour de Corse. C’est dans ce cadre que la précédente municipalité avait imaginé la construction d’une marina à proximité du J4 comme village-départ. “Impossible, juge Benoît Payan. Mais la course au large peut s’imaginer sans.” Hervé Menchon aimerait bien les voir “à Corbières, pour ne pas avoir des JO des quartiers Sud mais de tout Marseille”.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. BRASILIA8 BRASILIA8

    le rétro pédalage commence on va voir on va renégocier ….si Paris s’est engagé à avoir les JO ce n’est pas aux Marseillais de payer d’autant plus que dans ce cas la Métropole n’est pas concernée petit détail la base nautique va être construite en zone inondable !!grâce à une dérogation accordée par l’État via le Préfet

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Vous en connaissez beaucoup des bases nautiques en hauteur?

      Signaler
  2. MarsKaa MarsKaa

    Une base nautique pourrait etre utile aux marseillais apres les JO (si accessible à tous, sans tri social, et notamment aux ecoles/collèges/lycees).
    Mais une marina !?! Où qu’elle soit…

    Signaler
  3. Haçaira Haçaira

    Que d’argent gaspillé alors qu’il y a tant de vraies urgences

    Signaler
  4. kukulkan kukulkan

    annuler, le jeu n’en vaut pas la chandelle !!!

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Nous sommes face à l’éternel problème de nos élus régionaux et locaux , la folie des grandeurs. Entre la villa Méditerranée, les JO , le téléphérique, etc. et cette maladie de faire de la communication nous sommes face à des additions salées.
    Tout ceci en fait , pour être en première page de la Provence avec sa trombine.
    Maintenant le coup est parti , il reste à réduire le montant et surtout à réorienter le devenir des équipements et ne pas les réserver comme d’habitude à des “happy few”.
    Heureusement ce n’est pas la mairie qui s’occupe de l’organisation mais les JO , car il me revient en mémoire l’épisode de l’America’s Cup , grand succès de nos comiques locaux, nous avons été la risée du monde nautique et de la terre entière .
    Souhaitons que Rubirola ne sombre pas dans ces travers et nous évite des dérives budgétaires, car nous connaissons tous la qualité des chiffres marseillais .

    Signaler
  6. Jacques89 Jacques89

    Dommage que cet article ne renvoie pas sur le plan de financement. Les délibérations ont dû être prises depuis longtemps?! Quelle part prennent la Région, le CD et la Métropole? Et le Port, il participe? Plutôt que de construire un ascenseur à Yachts de 6000 tonnes alors qu’il a une forme de radoub qui peut en accueillir 4 à la fois!
    Bref, pas facile de se faire une idée précise de qui paie quoi et quels sont les arguments de la répartition.

    Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour, le plan de financement est plutôt simple et indiqué dans l’article : 22 millions d’euros pour la Ville, 3 millions pour l’État. La délibération date du 16 septembre 2019.

      Signaler
  7. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Les J.O. à aucun prix, telle serait la seule option raisonnable. Combien d’écoles vétustes, de logements indignes municipaux, etc. pourrait-on rénover avec ces 25 millions d’euros ?.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Et oui vous avez 1000 fois raison, mais une signature doit être honorée. Alors nous allons en découvrir des vertes et des pas mûres sans doute , mais il ne fallait pas élire cette équipe de “branques” depuis 25 années. Rappelez vous le compte rendu de la CRC paru l’an dernier sur la sincérité des comptes de la ville de Marseille , sa relecture est édifiante.

      Signaler
  8. Assedix Assedix

    Chaque fois qu’il est question des JO, je trouve vraiment le niveau des commentaires au ras des pâquerettes…
    Combien d’écoles vétustes, combien de gens à la rue, combien d’enfants malades à Marseille et ailleurs dans le monde, ça me rappelle exactement la teneur des propos sur l’ombrière et la requalification du Vieux -Port il y a quelques années.
    Bon sang, c’est quand même dingue de ne savoir se réjouir de rien (à part des défaites de Paris, je vous l’accorde) ! Je vous rappelle quand même que d’autres villes les voulaient ces épreuves de voile (Hyères, la Rochelle, Brest, Lorient et le Havre étaient candidates) et que c’est finalement nous qui aurons le loisir d’y assister. Alors bon, il faut peut-être arrêter deux secondes de faire les enfants gâtés

    Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      Nous n’avons pas les mêmes « valeurs » je me réjouis pour ma part quand une école vétuste est rénovée, un logement indigne est réhabilité au bénéfice de ceux qui y habitent, et non pas au profit « d’investisseurs » dont certains sont des élus. On croit rêver, alors que la crise sanitaire, impacte lourdement l’économie et la population marseillaise, on se soucie des JO. Au demeurant les compétences dont disposent les collectivités territoriales ou leurs établissements publics de coopération s’exercent en vue de satisfaire un intérêt public local. Est-ce le cas de ces J.O. ? Aller plus loin, investiguer pour savoir dans quelles conditions a été adoptée cette délibération. Où en est-on ? Au stade des études, vraisemblablement ? Dans ces conditions il faut arrêter le massacre sans attendre, sans état d’âme, quitte ce que soient payés les travaux qui ont été réalisés effectivement, à condition que les bureaux d’études, les architectes etc. en justifient Quant aux élus ils doivent aussi assumer leur « responsabilité ». On doit leur présenter la facture d’un dédit, le cas échéant. Le principe « qui commande paye » ne doit pas s’appliquer aux seuls contribuables marseillais, surtout qu’ils n’ont rien demandé ,et qui n’auront ni l’argent ni surtout les loisirs ,comme vous, d’y assister . Car, au demeurant, ce ne sont ni les centaines d’élus de « la ville » de « la métropole » du « conseil départemental » de « la région » de « l’État » qui vont trinquer Serait-il choquant et surtout contraire à l’intérêt général, que l’enveloppe consacrée au financement de cette folie somptuaire voulue par Gaudin et son clan, soit réaffectée à la rénovation des écoles et à la réhabilitation de l’habitat indigne dont la ville est propriétaire depuis parfois des décennies ? Les entreprises évincées pourraient éventuellement être chargées de ces travaux prioritaires ?

      ?

      Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      Les travaux de « réhabilitation » du Vieux-Port sont loin d’être une réussite : il y a des pavés partout, ce qui a coûté un pognon dingue ,à la place des îlots directionnels fleuris et plantés de palmiers. Les voies réservées aux bus ainsi que l’interdiction de circuler devant la mairie (pour protéger le sommeil de Gaudin ?) sont la cause d’embouteillages récurrents. On n’a même pas été capable de créer un stationnement avec une quinzaine de minutes gratuites, permettant d’aller acheter son poisson chez les pescadous

      Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Les JO ?
    Des Russes dopés comme des cosaques à la vodka.
    Des Américains qui doublent de volumes en deux ans, des cyclistes dont les urines peuvent alimenter en carburant une formule 1 et je ne parlerai ni des gymnastes qui font peur ou des nageurs qui sont de véritables hors bord.
    À ce niveau là il vaut mieux aller voir des phénomènes de foire.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Ça tombe bien, à Marseille nous n’aurons ni haltérophiles ni athlètes ni cyclistes ni nageurs, mais de la voile et du kite ! Raison de plus de se frotter les mains. 🙂

      Signaler
    • Assedix Assedix

      Ça tombe bien, à Marseille nous n’aurons ni haltérophiles ni athlètes ni cyclistes ni nageurs, mais de la voile et du kite ! Raison de plus de se frotter les mains. 😉
      (bon, d’accord… un peu de foot aussi)

      Signaler
  10. BRASILIA8 BRASILIA8

    Assedix quand je parle de la base nautique je parle des bâtiments le terrain est situé en zone inondable et non constructible à l’ancien POS un grand coup de labé est tout est sous l’eau mésaventure déjà arrivé à l’ancien Palm Beach
    je ne comprend pas pourquoi l’ont doit payer sur nos impôts les JO de Paris Mme Hidalgo veut les Jeux mais toutes les infrastructures nouvelles sont extra muros le surf à Tahiti !!! l’engagement a été pris entre autre par Mme Vassal quelle assume ses choix par le Département et la Métropole elle aura une belle place sur la photo pour ce qui concerne le P.M. c’est l’occasion de mettre en oeuvre leur programme avec un plus de 22 M E

    Signaler
    • Assedix Assedix

      je suis d’accord pour la zone inondable (d’ailleurs je crois que le risque tient plus à une crue de Huveaune qu’à une submersion marine) mais la base nautique actuelle se trouve déjà sur cette zone et je crois pas qu’il ait jamais été question de la reconstruire ailleurs.
      Ensuite, pour défendre Mme Hidalgo, qui n’a certes pas besoin de moi, je me souviens que la candidature pour les Jeux lui avait été plus ou moins imposée par F.Hollande, qu’elle n’en voulait absolument pas, mais qu’elle a tout de même joué le jeu et les a obtenus, ce qui est tout à son honneur.
      Quant à la participation du département, de la région et de la métropole, je n’ose pas croire qu’ils puissent rester à l’écart.

      Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      En quoi Hidalgo a-t-elle joué le jeu en en se pliant aux injonctions de Flamby ,le capitaine de pédalo ? Les étasuniens a qui on avait offert la patate chaude, se sont dépêchés de la refiler aux gaulois Pour célébrer l’évènement, leurs communiquant, comme le coq ,chantent le deux pieds dans la merde Avec la crise sanitaire , on peut présager au surplus ,que les JO ne sont pas un bon plan!

      Signaler
  11. Brallaisse Brallaisse

    Enfin ça fait cher la régate de 470,si cela existe toujours ?

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Oui, le 470 figure au programme des JO de 2024.
      Et oui, c’est très cher.
      Mais la nouvelle équipe municipale ayant jusqu’à présent fait un début de mandat remarquable, je lui fais confiance pour arriver à négocier un arrangement raisonnable.

      Signaler
  12. Electeur du 8e Electeur du 8e

    “Bon courage pour renégocier”, dit sans honte celui qui a appartenu à une majorité plus soucieuse de bling bling et d’images à la télé que de l’état des écoles, des piscines et des autres équipements de quartier utiles quotidiennement aux Marseillais·es. Qu’il se taise.

    Signaler
  13. zorglub zorglub

    Consterné par les commentaires.
    Pourquoi opposer développement économique / attractivité et rénovation des écoles. Ce n’est pas JO ou écoles, pas plus que Nord ou Sud. L’un ne pourra pas se faire sans l’autre et vice versa.
    Tout est question d’équilibre.
    De la même manière pourquoi par dogmatisme envoyer la course au large à corbières alors que des millions ont été investis pour favoriser l’accueil de ce type de manifestation au plus prés du centre historique. Ce serait un atout pour l’activité économique autour du vieux port qui en a bien besoin, surtout en ce moment. Il faut de tout : du bling bling ET de la qualité de vie.
    Trop de dogmes, pas assez de pragmatisme.
    De la raison.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Rien à voir avec du dogmatisme quand je dénonce l’attrait pour le bling bling de la majorité municipale précédente. Nous sommes dans une ville très endettée, où les marges de manoeuvre budgétaires sont faibles. Il faut faire des choix.

      Les choix de la majorité précédente ont conduit à ce que 128 écoles soient dans un état critique, à ce que la moitié des piscines soient fermées en dix ans (tandis que la plupart des autres sont vétustes), à ce que le logement ne fasse l’objet d’aucune politique, à ce que les infrastructures de transport soient délibérément négligées dans tous les quartiers périphériques, à ce que les besoins quotidiens des Marseillais·es passent systématiquement après les belles images à la télé.

      Bien sûr, il faut de tout : du bling bling et de la qualité de vie. Je dirais plutôt : de la qualité de vie d’abord, du bling bling ensuite, si et seulement si les moyens le permettent. Ces deux dernières décennies, on l’a bien vu, le bling bling. Pour la qualité de vie et les besoins essentiels, on avait surtout deux réponses : “m’en fouti” et “c’est difficile”.

      Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Zorglub, deconsternez vous.
      Cette mairie va faire jouer, du moins je l’espère, les équilibres normaux dans une ville comme Marseille.
      Jusqu’à hier la politique c’était comme 8e le rappelle fort à propos, m’en fouti, et je rajouterai, tout pour notre gueule.
      Alors les JO ?.
      Et le Pitalugue dans tout cela, avec Tian à la barre,

      Signaler
  14. roy roy

    les jo n ont jamais rien rapporté aux organisateurs si ce n est l ego d un president e la republiques des maires ou consorts.. Prenez les bilans de Rio de Janeiro une catastrophe humaine.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire