Trente ans après, la Friche espère toujours habiter la Belle-de-Mai

Décryptage
le 21 Juin 2022
5

La Friche la Belle-de-Mai fête ses 30 ans et s'interroge surtout sur son ancrage dans le quartier dont elle porte le nom. Son nouveau directeur, Alban Corbier-Labasse est conscient des enjeux symboliques de cette inclusion.

La Friche la Belle-de-Mai. (Photo LC)

La Friche la Belle-de-Mai. (Photo LC)

En bien des sens, la Friche la Belle-de-Mai est symbole de Marseille, de ses problématiques et de ses atouts. Vaste espace à l’entrée d’un quartier populaire et en pleine mutation, elle est plébiscitée par différents publics : les familles viennent passer un moment au playground, les jeunes, utiliser les installations sportives, les Marseillais historiques et […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Oscurio Oscurio

    Article intéressant. simple spectateur aimant me rendre à la Friche, notamment pour Utopia festival ou autre,je me suis souvent demandé si les dirigeants étaient conscients du fossé social et/ou s’ils s’en foutaient.

    On verra la suite.
    Bon courage à eux, ce sont des questions complexes

    Signaler
  2. Patafanari Patafanari

    « Une machine à start-up qui ne crée rien”. Ou, une machine à start-up qui ne créent rien?

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      “Les projets seront écologiques, sociaux, culturels, numériques, et ils sont accompagnés par diverses structures. L’AMI [Aide aux musiques Innovatrices] par exemple qui est chez nous et qui fait de la création musicale y participe largement”
      Effectivement discours très macronien avec tout le vocabulaire des communicants : écologie, social ………

      Signaler
  3. Tarama Tarama

    Il y a une mauvaise conscience chez les gens de la culture ui veulent à tout prix “inclure” les publics pauvres qui ne viennent pas à leurs événements.

    Doit-on aimer l’art contemporain ? Faut-il apprécier les musiques électroniques ?
    Et vous, vous allez au stade ou concert de Jul ? Non.

    Si on regarde les choses sous un autre angle, il y a une sorte de condescendance qui n’est pas sans rappeler les missionnaires coloniaux.

    Signaler
  4. Make OM Great Again Make OM Great Again

    Avant d’habiter la Belle de la Mai, la Friche avait essayé d’habiter la friche par un beau projet de logement social participatif. Mais la Dame urbanisme LAC et son administration bien inspirée l’avait sèchement enterré après deux ans de process. Ironie de l’histoire gît aujourd’hui, sur la même parcelle, un beau parking Vinci.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire