Face à l’explosive affaire de la Semivim, la mairie de Martigues joue la prudence extrême

Reportage
le 17 Nov 2021
2

Plusieurs enquêtes de presse ont visé ces dernières semaines le bailleur social de la Ville de Martigues. Deux salariés sont accusés d'avoir profité des largesses de prestataires, sur fond de climat de travail tendu. Lors du conseil municipal ce mardi, le maire a défendu l'entreprise et demandé "des preuves".

L'opposition a demandé au maire de faire la lumière sur les accusations dont le bailleur fait l'objet. (Photo : LC)

L'opposition a demandé au maire de faire la lumière sur les accusations dont le bailleur fait l'objet. (Photo : LC)

“C’est au conditionnel !”, “la présomption d’innocence prévaut toujours !” Devant son conseil municipal ce mardi soir, Gaby Charroux a choisi sa stratégie. La prudence, voire l’excès de prudence. “Je ne veux entendre qu’une chose, les preuves !”, répète le maire PCF de Martigues en boucle durant la petite heure que durent les échanges électriques autour […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jemamo13 jemamo13

    Personne n’a oublié que lors des dernières élections municipales la FI voulait présenter un candidat issue de la SEMIVIM. Charroux a opposé son veto et la FI s’est écrasé pour obtenir deux strapontins au conseil municipal. Ces deux élus continuent de s’écraser pour sauver leur place. C’est lamentable. Il est vrai aussi que le maire adjoints FI lors des précédentes législatives avaient sabordés le vote des insoumis (plusieurs centaines à l’époque) qui voulaient un candidat FI pour se rallier à Dharéville. C’est la carambouille à tous les étages.

    Signaler
  2. Patafanari Patafanari

    Gaby, le grand-père sympathique qui protège le petit couple transgressif façon « plus belle la vie « . Quand un média gauchiste attaque la vrai gauche sur fond de paysage de Venise provençale, on sent que la saison deux va remugler la poutargue faisandée.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire