Été sous tension à l’AP-HM : “Il manque 14 médecins urgentistes sur 30 à La Timone”

Actualité
le 18 Mai 2022
13

L'arrivée des touristes et la pénurie de médecins fait craindre un engorgement des services pour la saison estivale dans les hôpitaux marseillais. Entretien avec Jean-Luc Jouve, président de la commission médicale de l'AP-HM.

Un camion du Smur pédiatrique rentre à La Timone. Crédit photo : Emilio Guzman

Un camion du Smur pédiatrique rentre à La Timone. Crédit photo : Emilio Guzman

À Marseille, le bruit des roulettes sur le pavé commence à résonner. Il annonce l’arrivée progressive des touristes qui traînent leurs valises jusqu’à la bonne porte. Les signes de l’été sont bel et bien là. La saison suscite, pourtant, dans certains secteurs plus d’angoisse que d’enthousiasme. À commencer par les services d’urgences de l’assistance publique-hôpitaux […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Ludovic Maze... Ludovic Maze...

    Nous dire qu’il manque des médecins, sachant que cette confrérie a fait mettre en place le numerus clausus est honteux. Les médecins ont eux-mêmes créé artificiellement cette pénurie en limitant l’accès aux potentiels candidats (59000) Français.

    Pour l’année 2021 le nombre de postes est passé à 8791 (soit +216). En 2020 il y avait 22568 médecins étrangers (45% diplômés en Europe) pratiquant en France.

    Maintenant on nous dit qu’il y a une pénurie ! provoquée par un lobby médico financier, l’article est trop complaisant.

    Signaler
    • Pascal L Pascal L

      Il faut rendre à César ce qui appartient à César : c’est le gouvernement Juppé qui a eu l’idée de réduire l’offre de soin en pensant que ça allait réduire la demande et cela sans se fâcher avec les médecins qui faisaient majoritairement partie de son électorat.

      Sauf qu’en même temps on incluait dans l’UE les pays d’Europe centrale, d’où un afflux de médecins roumains entre autre. Et une désaffection pour les fonctions les plus contraignantes telles que les urgences.
      Bref tout faux.

      Sans compter que les paramédicaux (Kiné surtout) et même certains médecins vont se former en Belgique ou dans les ex pays de l’est et sans compter aussi que beaucoup d’entre eux cherchent ensuite à aller travailler en Suisse où c’est bien mieux payé.

      Signaler
  2. Haçaira Haçaira

    On ne “pique” pas une infirmière à l’hôpital de Salon, mais une chirurgienne du Maroc où d’Algérie ça ne pose pas de problème ?

    Signaler
  3. Jeannot Jeannot

    Et revoilà l’éternel problème de la permanence des soins ( appelée ailleurs « continuité du service public »), autour duquel on tourne on retourne , on se plaint , on pleure … et on ne fait rien de concret . Parler du numerus , c’est fastoche ; on va quand même par parler d’obliger les libéraux à se mobiliser . Et puis , on va pas parler non plus de l’organisation catastrophique du travail à l’hôpital . Vaut mieux parler de problème d’attractivité … en général . Comme ça personne n’est responsable , mais on s’autorise à donner des interviews de temps à autre , comme ça , on aura prévenu . On voit ça partout : le médical refuse de revenir sur ses acquis et l’administratif administre mal et sans rendre des comptes . Chapeau aux soignants , c’est désespérant

    Signaler
    • jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

      les infirmier(e)s c’est possible pourquoi pas les médecins????

      Signaler
  4. Ludovic Maze... Ludovic Maze...

    Permanence des soins !!! Quelle rigolade. Je pense que la médecine en France est un marché bien juteux aux mains d’un certain corporatisme. Dire “ailleurs” donne des airs de personne ouverte sur le monde, mais en réalité c’est juste une manière de justifier son entre soit. La médecine en France est basée sur le “quoi qu’il en coute” permettant et justifiant tous les excess, même celui de permettre à n’importe qui à se rendre aux urgences pour une écharde au le doigt. Je ne ferai pas non plus un exposé pour rappeler que la formation des médecins et infirmiers Français n’est pas reconnue dans le système anglo-saxon en raison du niveau de formation moins élevé. Maintenant on peut se taper sur le ventre, en disant “bravo au soignant” lorsqu’il y une désorganisation du système des soins causés par leur absentéisme. A ce qui sont satisfait de ce système je vous salue !

    Signaler
  5. TINO TINO

    Peut-être que la médecine libérale l’est beaucoup trop de nos jours. Sacrifiant le serment d’Hippocrate au désir de faire un max de fric dans les créneaux horaires les plus confortables et les lieux eux aussi les plus confortables. D’où les déserts médicaux, la saturation des urgences hospitalières….

    Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    Mazelier, tout à fait d’accord en ajoutant que la région PACA est le premier territoire ,pour employer un terme usé par les politiques, sur le plan du dépassement d’honoraires ce qui est un pur scandale, que la nouvelle génération de médecins de ville ne se foule pas d’où des urgences débordées, que les chefs de services à l’hôpital arrêtent de se prendre pour des petits mandarins, que les taux d’absentéisme ici sont supérieurs à d’autres régions de France,le climat sans doute qui doit être plus dur qu’en Alsace par exemple.
    En revanche,merci à mon généraliste , ancienne version, qui est toujours là quand cela est nécessaire.
    Je redoute son départ à la retraite.

    Signaler
  7. MarsKaa MarsKaa

    Les formations les plus demandées par les jeunes sur Parcoursup ? En 2022 ? Les formations aux métiers de la santé : écoles soins infirmiers et fac de médecine PASS.
    Alors le vivier, il existe.
    Encore faut-il l’accueillir et le former, puis faire en sorte de le garder.
    Les conditions d’étude puis les conditions de travail à l’hôpital finissent par dégoûter les plus motivés.
    Au bout, c’est nous tous qui sommes pénalisés. Nous avons tous besoin d’un hôpital de qualité. Car nous n’avons pas tous les moyens ou l’envie d’entretenir les cliniques et autres libéraux qui font des dépassements honteux.
    Alors cessons de décourager les vocations.
    Cessons de privilégier toujours les mêmes qui finiront…dans le privé.

    Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Et en plus les nouveaux spécialistes se tournent vers le non conventionné comme la chirurgie esthétique.Allez trouvez un dermatologue pour des verrues aujourd’hui,bon courage.

    Signaler
    • LN LN

      J’en ai un bon, à l’ancienne…

      Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Si vous avez l’adresse, 6 mois d’attente en ce moment.

    N’importe quoi.

    Signaler
  10. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    idem pour l’ASE. Et puis on privatisera…
    Quand tout sera privé on sera privés de tout…!
    Message copié de l’interview de Laurence Bellon.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire