En plein cœur de Belsunce, un gros tas de gravats bleu cache de l’amiante

Reportage
Benoît Gilles
27 Juin 2019 11

Depuis décembre, la Soleam entrepose les gravats issus de la démolition du 15, rue de la Fare, sur un terrain en plein cœur de Belsunce. Le tas qui doit être enlevé cet été a été recouvert d'un produit bleu, destiné à éviter la dispersion de l'amiante contenu dans les gravats.

Photo : D.R.

Photo : D.R.

Il y a quelque chose d’extra-terrestre dans cette colline bleue cobalt qui gît en plein cœur de Belsunce. La scène se passe au centre de la ville, rue Nationale. Depuis plusieurs semaines, une montagne de déblais stationne sur un ancien parking, jadis rattaché au commissariat du quartier. Le lieu attend depuis plusieurs années, l’accouchement d’un projet d’un centre d’animation, prévu pour 2022. Pour l’heure, la Soleam, la société publique propriétaire du terrain, l’utilise à d’autres fins. Cette nouvelle utilisation inquiète dans le quartier, au fil des évolutions du tas et de sa couleur.

En effet, avant de virer de couleur, le tas est ce qui reste d’un immeuble situé à quelques mètres à peine, rue de la Fare. Propriété de la Ville, il a été confié à la société publique locale d’aménagement pour qu’elle le démolisse. Une opération qui s’est déroulée dès décembre 2018. Chose curieuse, les déblais du chantier ont aussitôt été entreposés là, au lieu d’être acheminés vers un autre espace de stockage.

Des poussières portées par le vent

« Ce qui nous a inquiétés, c’est que dans les semaines qui ont suivi l’arrivée des déblais, un panneau à été placé à l’entrée, explique Laurence, dont l’atelier est situé à proximité. Il était clairement indiqué la présence d’amiante. Un de nos voisins à fait venir le service d’hygiène de la Ville qui a évoqué la possibilité que les déblais soient bâchés. Il ne s’est rien passé puis le panneau a mystérieusement disparu. » En revanche, les riverains assurent qu’en période de vent, les volutes de poussière traversaient le site, bordé par une école et une maison de retraite.

Le panneau générique indiquant la présence d’amiante.

Le 23 mai dernier, nouveau rebondissement sur le tas, avec l’apparition d’un homme, muni d’une sulfateuse qui répand un produit bleu sur les déblais. « Je suis allée voir la personne aussitôt mais il m’a assurée que ce n’était pas dangereux. C’est une sorte de latex. Quand au colorant c’est ce qu’on met sur les vignes », poursuit Amélie, autre voisine. Du sulfate de cuivre donc.

Un fixatif coloré pour recouvrir les débris

Du côté de la Soleam, on ne fait pas mystère de l’origine des déblais, de leur contenu, ni même de la nouvelle couleur que ceux-ci ont pris dans le courant du mois de juin. « Notre bureau d’études nous a recommandé de recouvrir les débris d’un fixatif avec un colorant. Nous avions le choix entre un produit transparent, rouge ou bleu, nous avons choisi cette couleur pour pouvoir vérifier si les déblais étaient déplacés ».

La représentante de la Soleam interrogée ne nie pas la présence d’amiante dans ces déblais. « Il s’agit d’amiante non friable sous la forme de fibro-ciment, explique-t-elle. Nous n’avons pas pu faire réaliser les diagnostics qu’impose l’inspection du travail en raison de la dangerosité réelle de l’immeuble. Il n’était pas question d’y faire entrer quelqu’un alors qu’il risquait de s’effondrer à tout moment ».

Depuis son entreposage sur le site de la rue Nationale, des « mesures d’empoussièrement » sont réalisées régulièrement sur site. « Ces analyses sont négatives », indique-t-on encore à la Soleam qui assure donc qu’il n’y a « aucun risque » même si on dit comprendre « le ressenti des habitants ».

Départ des déchets avant la fin de l’été

Lors du dernier conseil municipal, la Ville a voté une rallonge de 300 000 euros pour permettre un enlèvement des gravats. « Nous allons notifier le marché dès que la délibération aura passé le contrôle de légalité, indique la Soleam. Le chantier devrait prendre deux mois, car il faudra procéder au tri des déblais ». En revanche, les réponses de l’aménageur restent évasives pour expliquer le délai entre la démolition et l’enlèvement des gravats, faisant référence notamment à l’obligation d’avoir recours  à une assistance environnement.

Une sculpture de Pinocchio surmonte le tas bleu. Photo : DR

Les riverains de la rue Nationale pourront donc profiter de cet environnement insolite encore tout l’été. Contactée, la préfecture nous a fait savoir que la direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement n’avait pas été saisie pour contrôler cet entreposage de gravats, comprenant pourtant des matériaux potentiellement dangereux en pleine zone habitée. Du point de vue de la DREAL, il s’agit d’un dépôt, qui relève donc de la police du maire, et non d’un stockage qui aurait nécessité une autorisation. Ironie riveraine, une main anonyme a ajouté une sculpture de Pinocchio sur le tas bleu.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...
Le cas Benoît Payan, point de crispation de l’union de la gauche marseillaise
Tout occupé à son union inédite et nourrie d'horizontalité, le mouvement pour un "rassemblement inédit" de la gauche se détourne pour le moment de...
Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire