Le domaine public gagne du terrain sur la Sainte-Victoire

À la une
le 31 Mai 2016
4

Près de 400 hectares de garrigue du versant Sud de la Sainte-Victoire vont pouvoir être ouverts au public. Après avoir longtemps tergiversé, le conseil départemental a décidé de l'acquérir, interrompant sur le fil le processus de vente à un acheteur privé.

L'ouest de la Sainte Victoire depuis le plateau de Cengle

L'ouest de la Sainte Victoire depuis le plateau de Cengle

L’annonce est passée inaperçue dans la discrétion habituelle de la Safer, l’organisme public chargé de gérer le foncier agricole. Et pourtant, c’est bien un terrain exceptionnel qui vient d’être mis en vente à Saint-Antonin-sur-Bayon. Le domaine de Suberoque est un morceau de l’espace naturel de la Sainte-Victoire sur son versant Sud, classé à la fois Grand site de France et zone Natura 2000. Délimité en partie par des fils barbelés, ce bout de garrigue est un des derniers à résister à la propriété publique, que le détenteur de la parcelle s’appelle commune ou département.

À l’Ouest, il est bordé par le parc départemental de Roques Hautes, 800 hectares, connu pour ses ossements de dinosaures et par la forêt communale de Beaurecueil. À l’Est se trouvent le domaine départemental de la Torque, plus modeste, et l’imposante forêt communale de Puyloubier. Jusqu’ici principal obstacle privé au sud de la Sainte-Victoire, le domaine de Suberoque devrait in extremis être acquis par le conseil départemental.

Ancien domaine de chasse

L’espace, à deux pas de la maison Sainte-Victoire, est bien connu des chasseurs du département. La tant décriée fédération départementale (FDC 13) l’a loué des années durant afin d’y faire passer l’examen pour le permis de chasser avant de se fâcher avec l’actuelle propriétaire, une conseillère municipale de la commune. Celle-ci, qui préfère ne pas commenter cette cession, a donc mis fin au bail de la fédération et décidé de se séparer de son bien.

La propriété de 388 hectares a été officiellement mise en vente par la Safer – qui sert ici d’intermédiaire – le 26 avril dernier. Principalement composée de garrigue, elle inclut aussi des terres agricoles, sur le plateau de Cengle et plusieurs bâtiments. Selon des connaisseurs du dossier, le terrain suscitait de par son emplacement prestigieux bien des convoitises mais impossible de savoir si, à la date butoir du 15 mai, des offres fermes avaient été formulées. Toujours est-il qu’après s’être longtemps refusé, contre toute logique, à se porter acquéreur, le conseil départemental s’est finalement décidé à user de son droit de préemption rendant ainsi au grand public cet espace exceptionnel.

suberoque-vente-cd13
Source : SAFER, IGN, Geoportail. Traitement Marsactu.

“Le conseil départemental a effectivement l’intention d’acquérir ce terrain situé à Saint-Antonin-sur-Bayon en poursuivant un double objectif : renforcer la valorisation de ce site d’exception que représente la Sainte Victoire et avoir la possibilité de l’ouvrir au public”, nous confirme par mail l’élue déléguée aux espaces naturels Corinne Chabaud. Il devrait en coûter quelques centaines de milliers d’euros à la collectivité. Celle-ci perçoit une taxe dédiée à l’acquisition et à la protection de ces “espaces naturels sensibles”, dont elle possède aujourd’hui près de 17 000 hectares.

Les promeneurs qui jusqu’à présent ne connaissaient que la clôture du domaine de Suberoque devraient ainsi élargir leur terrain de balade et peut-être avoir la chance d’y apercevoir le couple d’aigles de Bonelli qui y a élu résidence.

Jean-Marie Leforestier, avec Clémentine Vaysse et Julien Vinzent (infographie)

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. leravidemilo leravidemilo

    Bon, eh bien on est bien content, oui vraiment, et autant le dire. Deux fois content : Du fait que, pour une fois, le domaine public gagne du terrain sur le privé, car c’est le plus souvent l’inverse; et pour ce site magnifique, à protéger absolument; Et puis, ça remet un peu dans le débat, public lui aussi, tous ces merveilleux espaces naturels, au coeur de notre “nouvelle” métropole, qui ont été étrangement absents du piètre “débat” correspondant à sa mise en place à hue et à dia; à croire que nos élus ne s’en sont point aperçus ou n’envisagent rien de bon pour ces espaces. Qui plus est, même si les publics et les aigles de bonelli ne doivent être mélangés qu’avec de grandes précautions, ceux ci, avec l’éviction de notre fabuleuse fédération de chasse ne courent plus le risque majeur d’être confondus avec le … héron cendré, et d’en subir le traitement conséquent!

    Signaler
  2. barbapapa barbapapa

    Depuis plusieurs années, une trentaine de chasseurs au sanglier a privatisé à son profit toute la façade nord de la Sainte Victoire, là où il y a la forêt. Ce qui leur a été accordé par les Guérini et “Grand Sainte Victoire” est exorbitant, pendant toute la saison de la chasse, le côté nord est divisé en 2 parties, un jour chasse à l’ouest, un jour chasse à l’est, et ça déborde et tire des balles partout… Quasiment imposible pour un promeneur de s’aventurer sereinement dans un des plus beaux espaces du département !

    Signaler
  3. martine Colombani martine Colombani

    bien, bien les 2 commentaires: j’adhère

    Signaler
  4. corsaire vert corsaire vert

    trop beau pour être vrai …à suivre …

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire