Des récifs artificiels pour repeupler les eaux troubles de Cortiou

Actualité
Violette Artaud
7 novembre 2017 3

D'ici à la fin de l'année, 36 récifs artificiels vont être immergés à proximité de la calanque de Cortiou, où se déversent chaque jour les eaux usées de Marseille. Financé en grande partie par l'Agence de l'eau, ce projet mise sur une qualité de l'eau suffisante au retour des espèces ayant déserté l'endroit.

Photo : Clémentine Vaysse.

Les eaux de la calanque de Cortiou, qui reçoit depuis 1896 les eaux usées de la ville de Marseille, sont-elles redevenues viables pour les espèces marines qui les ont désertées ?Trente ans après l’installation de la station d’épuration, c’est en tout cas ce sur quoi parie un projet baptisé Rexcor pour restauration écologique expérimentale des petits fonds côtiers de la cuvette de Cortiou.

D’ici à la fin de l’année, les équipes de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse vont en effet déposer 36 modules de récifs artificiels de plusieurs tonnes chacun, entre 10 et 25 mètres de fond, à proximité de l’émissaire de Cortiou. Objectif : étudier la capacité de ces récifs à restaurer la vie dans des zones qui ont été fortement dégradées par la pollution. « Si la nature revient, cela voudra dire que nous sommes capables de réparer ce que nous avons détruit », envisage Didier Réault, le président du Parc national des calanques qui participe au suivi de ce projet ambitieux.

Module Fractal dessiné par Architeutis.

Scénario n°1 et scénario n°2

Mais ce scénario reste pour l’instant de l’ordre de la projection. Dans le dossier de demande de concession du domaine maritime public, nécessaire à l’élaboration du projet, l’échec ou « scénario 2 », est également envisagé. « L’absence d’effet des récifs artificiels sur l’état écologique de la cuvette de Cortiou conduit au retrait des récifs », peut-on lire sur le document.

Depuis plus de 120 ans, les eaux usées de Marseille sont déversées dans la calanque de Cortiou par une galerie aménagée dans la roche qui trouve son extrémité à flanc de falaise, au raz de l’eau. À quelques mètres de ce premier déversoir, un second recrache lui, depuis 1979, les eaux de l’Huveaune et du Jarret. Des rejets qui, au fil du temps, ont fortement dégradé le milieu marin et en particulier les herbiers de Posidonie. Ces plantes aquatiques que l’on ne trouve qu’en Méditerranée et qui forment de véritables prairies immergées, constituent la base des écosystèmes marins de notre région.

Les deux exutoires de la calanques de Cortiou. Capture écran du dossier de demande de concession. Source: Egis Eau

En lançant le programme Rexcor, l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse veut croire que les efforts entrepris depuis des années pour limiter cette pollution ont aujourd’hui porté leurs fruits. En 1987, l’installation d’une station d’épuration à proximité du stade Vélodrome, la plus grande station enterrée au monde, a largement contribué à réduire la pollution à Cortiou. Vingt ans plus tard, la mise en place d’un procédé biologique est venu améliorer son efficacité.

La qualité de l’eau en débat

« La station d’épuration a permis de retirer des eaux usées de la Ville de Marseille : 80 % des matières en suspension, 50 % de la matière organique, 15 % de l’azote, 40 % des phosphates, 55 % des hydrocarbures et 60 à 80 % des métaux lourds », peut-on lire dans le dossier de demande de concession du domaine public maritime qui indique également que le traitement biologique a permis d’éliminer « 90 à 95 % des matières dissoutes et en suspension restants ».

« Si ce projet est possible, c’est parce que la qualité des eaux de Cortiou est aujourd’hui  rétablie », confirment Matthieu Lapinski et Martin Perrot respectivement chef de projet et directeur de Seaboost, filiale d’Egis eau, la société chargée de définir, construire et déployer ces récifs artificiels. Un constat confirmé par le président du parc des Calanques. « Nous constatons enfin que la qualité de l’eau est satisfaisante. Les normes européennes sont désormais atteintes. Des études physico-chimiques et biologiques ont été menées et même si les perturbateurs endocriniens par exemple ne sont pas pris en compte, je suis convaincu du bien-fondé d’un tel investissement » assure Didier Réault.

Agrandir

image-des-recifs-artificiels-dans-les-eaux-troubles-de-cortiou-01
Réseau d'assainissement de Marseille Provence Métropole. Carte Atlas de l'environnement MPM 2012

Le « scénario 2 »  de l’échec est pourtant envisagé par certains scientifiques. « Franchement, je doute fort qu’ils obtiennent de super résultats », doute Sandrine Ruitton, chercheuse à l’Institut méditerranéen d’océanographie. « Même si beaucoup d’efforts ont été faits et des améliorations considérables ont été observées, je vois mal comment on peut restaurer un milieu dans lequel un émissaire charrie encore de la matière, précise celle qui fait aussi partie du conseil scientifique du Parc. Les apports en polluants et particules sont encore trop importants et empêchent la lumière de passer alors qu’elle est essentielle pour les algues qui sont la bases des écosystèmes. »

Des vers mais pas de sars

Une restauration réussie via des récifs artificiels se découpe en plusieurs phases. En premier lieu, des espèces dites opportunistes, comme des vers par exemple, doivent venir coloniser le substrat neuf. Ensuite, une deuxième vague d’espèces plus spécifiques comme des éponges, des gorgones ou certaines algues prennent possession du lieu. Viennent ensuite les poissons généralistes comme les girelles ou les rascasses puis les espèces se diversifient avec l’arrivée des poissons plus atypiques comme les sars ou les murènes.

C’est ce scénario qui s’est déroulé en dix ans sur les récifs artificiels installés au large des plages du Prado en 2008 et qui grouillent en ce moment de vie. Ce projet, beaucoup plus conséquent en terme de superficie (27 300 m² contre quelques 200 m² prévus pour Cortiou) a été conçu avec un objectif de production, d’aide à la pêche artisanale tandis que Rexcor est expérimental. Mais la proximité avec les rejets d’eaux usées différencie aussi les deux projets. « En terme de contamination on est à peu près au même niveau car l’activité portuaire et urbaine compense, mais en terme de matière en suspension les eaux du Prado sont beaucoup plus claires, note la chercheuse qui a également travaillé sur ce projet. Le projet Rexcor risque bien de rester bloqué à la phase numéro 2. Cela ne va rien dégrader c’est sûr, mais c’est de l’argent jeté par les fenêtres », s’agace-t-elle.

1 million d’euros

Le coût du projet s’élève très précisément à 989 000 euros. Une somme prise en charge à près de 80 % par l’Agence de l’eau, le reste étant financé par la filiale biodiversité de la Caisse des dépôts. « Cela ne coûte rien au territoire, et c’est une très belle expérience pour les calanques », se réjouit Didier Réault pour le Parc national.

Ainsi, les 36 modules, de trois formes différentes, vont être installés dans quatre zones distinctes. Plus ou moins profondes, plus ou moins proches de l’exutoire, différemment exposées au courant… L’opération doit être accompagnée d’un suivi qui a pour but de tester un maximum de paramètres. « Nous cherchons à connaître les solutions pour ramener la vie sur une zone dégradée, la question c’est : comment pouvons-nous recréer les fonctionnalités écologiques d’un milieu ? À quelle distance ? Et avec quels outils? « , développent Matthieu Lapinski et Martin Perrot d’Egis eau.

Avec l’entreprise Architeutis, ils ont dessiné ces récifs artificiels complexes dont les formes, qui, si elles ressemblent plus à des vues d’architecte que ce que l’on trouve dans la nature, devront présenter un intérêt scientifique. « Les différentes configurations des substrats en font des outils très intéressants en terme d’observation », commentent-ils.

Un test de huit ans

En mars dernier, la direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement (Dréal) faisait pourtant remarquer lors d’une consultation, que la visée scientifique du projet Rexcor avait tendance à être négligée. « Un suivi est prévu sur trois ans alors que la durée de la concession prévue est de huit ans. Il serait pertinent que le suivi soit cohérent avec la durée de la concession, celle-ci étant délivrée à des fins de recherche et développement », notait ainsi la Dréal.

Quoi qu’il en soit, les scientifiques désignés pour faire le suivi devront dire si les poissons apprécient ces conceptions d’architecte originales. « Peut-être, répond d’ores et déjà Sandrine Ruitton. Mais des blocs rocheux disposés en amas chaotiques auraient aussi bien fait l’affaire. La nature se débrouille ainsi ». 

Il faut compter environ une dizaine d’années pour qu’un projet de restauration arrive à maturation, et pour que les poissons spécifiques comme les congres ou les murènes colonisent à leur tours les récifs artificiels. La nature prendra-t-elle le temps de revenir s’installer dans les eaux trouble de Cortiou si on lui fournit nurseries et habitats ? Rexcor doit répondre à cette question. Gageons en tout cas qu’on n’y croisera pas de poissons nettoyeurs d’aquarium.

3
commentaires

  1. corsaire vert corsaire vert

    Boues rouges de Gardanne et station d’épuration inefficace … avez vous reniflé la calanque de Podestat ?
    depuis quand les cailloux filtrent l’eau ? et à ce prix là ils doivent être en or !
    Si la faune doit revenir elle n’a pas besoin d’un 3 étoiles mais d’eau de mer propre et sans polluants industriels .

    Signaler
  2. Cehere Cehere

    « En terme de contamination on est à peu près au même niveau car l’activité portuaire et urbaine compense, mais en terme de matière en suspension les eaux du Prado sont beaucoup plus claires, note la chercheuse »

    Outre la formulation bizarre, cela signifie que mes eaux de la rade sud sont aussi contaminées que celles de Cortiou du fait des activités portuaires et urbaines ?

    Signaler
  3. CAN L2 CAN L2

    Ce qui interpelle au delà de toute considération scientifique, c’est ce qui motive à dépenser 989 000 € où comme le fait très justement remarquer Sandrine Ruitton pour ce qui pourrait être obtenu par quelques « pierres tombées » pour reprendre une dénomination chère aux amoureux des calanques.
    Le budget des entreprises affecté à la Responsabilité Sociale des Entreprises devrait pouvoir être mieux utilisé au sens de l’efficacité
    Peut-être faut-il y voir l’influence du retour sur image quant au choix des projets.
    Dire qu’il manque une poignée d’euros pour conduire au delà des deux ans, l’étude abeilles dans le PNC.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire