Député européen, "un mandat ingrat mais passionnant"

À la une
le 15 Mai 2014
13
Député européen, "un mandat ingrat mais passionnant"
Député européen, "un mandat ingrat mais passionnant"

Député européen, "un mandat ingrat mais passionnant"

Qu'ont fait nos députés européens pendant les cinq dernières années ? À une dizaine de jours des élections, nul doute que peu de citoyens sont capables de répondre à cette question. Les médias locaux eux-mêmes, et Marsactu n'y déroge pas, ne suivent que de loin les problématiques strasbourgeoises et bruxelloises. "En novembre dernier, alors que se préparait la réforme portuaire, j'ai fait venir la Commission sur le port de Marseille et les professionnels étaient très satisfaits de la voir sur le terrain. En revanche, on a invité la presse à suivre la rencontre et personne ne s'est déplacé", regrette Karim Zéribi, eurodéputé sortant EELV.

Pendant son court mandat – il a remplacé Vincent Peillon à son entrée au gouvernement en mai 2012 – il dit pourtant s'être "rendu compte que tout ce que nous décidons impacte notre vie quotidienne ici de manière très prégnante, sur le port de Marseille, par rapport aux TER, à l'agriculture… C'est l'entité politique où les choses se jouent."

À l'instar de nosdeputes.fr et nossenateurs.fr pour les parlementaires français, des sites comme Vote Watch et MEP Ranking permettent de suivre l'activité des eurodéputés, leurs votes, leurs interventions. À partir de ces outils, Marsactu a concocté des fiches synthétisant quelques statistiques et les domaines principaux d'interventions de chacun des 11 sortants-candidats :

Alfonsi
Dantin
Gollnisch
Goulard
Grossetête
Guillaume
Le Pen
Peillon
Rivasi
Vergiat
Zéribi
Le chiffre des votes ne comprend pas ceux réalisés à main levée, qui représentent la grande majorité mais pour lequel aucun registre n'est tenu. Celui de la présence n'est disponible que pour le mandat précédent 2004-2009 et ne tient pas compte d'éventuelles absences justifiées (maternité, maladie, délégation parlementaire). Précision : François Alfonsi est candidat sur les listes Régions et peuples solidaires.

Bien entendu, ces quelques chiffres sont loin de rendre compte du travail des élus et ne disent rien de sa qualité. Ainsi, il est difficile de souscrire au "classement" que propose MEP Ranking, qui consiste à ajouter pêle-mêle les différentes "activités", dont les interventions qui peuvent être très nombreuses. "L'essentiel du travail se passe en commission parlementaire. Le nombre d'interventions en séance et autres gags d'un certain nombre de collègues qui essaient de montrer leur statistiques, ce n'est pas sérieux", tranche Sylvie Goulard, tête de liste UDI-Modem.

Michèle Rivasi, la tête de liste EELV qui apparaît peu active à cette aune (46e sur 74e en France), ne s'en formalise pas : "Ce que l'on appelle les "interventions" au Parlement européen recoupe tant l'ensemble des prises de parole faites en session plénière que les explications de vote, de courts textes visant à justifier son vote sur n'importe quel sujet. C'est facile de faire un copier-coller des textes explicatifs réalisés par les conseillers des groupes politiques, et de les envoyer à l'administration : certains élus le font pour gonfler leurs statistiques". Sans viser personne, elle décrit une méthode que Le Monde attribue à Jean-Luc Mélenchon. Marie-Christine Vergiat, la tête de liste du Front de gauche, est aussi très active à ce titre. "On n'est pas nombreux dans le groupe, on est plus souvent obligés de monter au créneau", justifie-t-elle.

Un bilan de mandat plus fidèle nécessite de plonger dans la machine européenne, ses procédures, ses codes.  "Il m'a fallu trois mois d'immersion pour bien comprendre le fonctionnement et trouver ma place", glisse Karim Zéribi. En faisant raconter Strasbourg et Bruxelles par ceux qui y siègent, on éclaire cette institution méconnue et singulière. Entre les questions écrites ou orales, les résolutions, les amendements, les déclarations écrites, "la gamme est assez vaste, on peut aussi prendre la parole en plénière, même si c'est très codifié, ce n'est pas la communauté urbaine. Il n'y a pas un outil dont on peut se passer si on veut être entendu", estime l'eurodéputé écologiste.

Spécialisation

"Ce qui compte est d'avoir des rapports et on ne vous en confie que si vous êtes suffisamment sérieux dans votre travail et si vous pouvez permettre de bâtir une majorité. Celle-ci n'est pas prédéfinie le soir de l'élection, elle est construite sur chaque rapport", reprend Sylvie Goulard. Ces morceaux de choix consistent à remanier une proposition de la Commission européenne, équivalent d'un projet de loi du gouvernement. Les rapporteurs sont ensuite chargés de présenter ces textes lors du débat en séance plénière à Strasbourg. Au cours d'une mandature, rares sont les députés qui en produisent plus de trois.

Fort du poids politique de son groupe (qui s'allie aussi bien avec la gauche qu'avec la droite) et de son expérience passée à la commission européenne, Sylvie Goulard a ainsi supervisé plusieurs poids lourds monétaires dont le texte créant un "comité européen du risque systémique", sorte de système d'alerte pour éviter une nouvelle crise financière. Michèle Rivasi, tête de liste Europe Ecologie-Les Verts, a mené une évaluation de l'épidémie H1N1, la grippe porcine. Michel Dantin, n°3 sur la liste UMP, a travaillé sur la réforme de l'organisation des marchés agricoles. "Nous devons nous spécialiser au sein de notre groupe, confirme Karim Zéribi. Sur la réforme ferroviaire, très peu d'élus connaissent le dossier comme moi dans la région. Mais Dantin pourrait dire pareil sur l'agriculture, Goulard sur les questions financières." "Ses" rapports sur le droit d'asile, qui "ont fait l’objet de négociations longues et parfois compliquées", c'est aussi ce que met en avant la socialiste Sylvie Guillaume dans son bilan de mandat.

Et le FN ? Et le Front de gauche ? La suite en page 2

Ce mode de fonctionnement ne sied guère aux eurodéputés FN, dont l'hostilité à l'Europe les écarte de l'élaboration des politiques. "Aujourd'hui comme députés non inscrits nous sommes injustement marginalisés", déclarait début mai Bruno Gollnisch, rappelant la volonté du FN de créer un groupe au sein du Parlement. Hormis quelques "résolutions", des textes non législatifs, ils se signalent surtout par leurs interventions en plénière et leurs questions, écrites ou orales. Sans surprise, le très peu actif Jean-Marie Le Pen se consacre surtout à la dénonciation de l'immigration et de la perte de souveraineté nationale. "Sans consulter les peuples et avec la complicité du Parlement européen, nous perdons définitivement notre souveraineté budgétaire, notre liberté de choisir nos politiques. Lorsque, petit à petit, selon la technique du voleur chinois, l'État bureaucratique, technocratique et totalitaire européen aura fini de se constituer, nous aurons perdu notre liberté de peuple tout court", s'indignait-il en juin 2012.

Dans une moindre mesure, ce statut à la marge est aussi celui de Marie-Christine Vergiat. "Quand on est dans un petit groupe comme le mien, un groupe d'opposition, on n'est pas très bien servi en terme de rapports." Elle a cependant été chargée de deux textes, l'un sur l'année européenne des citoyens, l'autre sur la restitution des biens culturels. "C'est un gros investissement, il faut rencontrer les parties prenantes, mener plusieurs réunions de concertation avec les représentants européens, discuter avec les différents groupes".

Rapporteurs "fictifs" et envoyés spéciaux

L'eurodéputée Front de gauche a surtout bataillé via un système très particulier à l'Europe, celui des "shadow rapporteurs". "On est très peu de rapporteurs, mais chaque groupe peu désigner un "rapporteur fictif" chargé de suivre les discussions sur un texte. C'est très intéressant car on dépose des amendements, on peut avoir un poids. Sur les textes éducatifs, j'ai systématiquement réaffirmé la nécessité d'un financement public. Et ça a été adopté ! Dans la commission "libertés civiles", j'ai fait passer dans différents rapports la nécessité de séparer pouvoirs politiques et religieux."

Être au Front de gauche n'interdit en effet pas d'être approuvé par la droite. S'ils ne s'affranchissent pas des fractures idéologiques, les votes sont en effet moins binaires qu'à l'Assemblée ou au Sénat. "Le PPE (groupe auquel appartient l'UMP, ndlr) et le S&D (celui du PS, ndlr) font alliance sur 75% des textes", illustre Marie-Christine Vergiat, pour qui y voit matière à douter du concept "d'Europe de droite" fustigée par le PS. "Mais notre groupe vote tout de même un tiers des textes". Pour Sylvie Goulard, "la démocratie européenne est beaucoup plus adulte que celle où on s'invective sur un mode : tu as tort parce que tu es de droite et inversement."

Dans la palette des activités d'un parlementaire, il y a aussi les délégations souvent chargées des relations avec un pays ou une zone géographique. Karim Zéribi était ainsi membre de celle des États-Unis, où il est allé en mai 2013, et du Maghreb. "Tu es reçu par les plus hautes autorités, comme que tu te retrouve parmi huit parlementaires à rencontrer le premier ministre algérien Abdelmalek Sella et tu es en capacité de porter des propositions de coopération sur les énergies renouvelables, l'agriculture." Cet aspect, qui pourrait paraître secondaire face aux diplomaties nationales, est crucial pour Marie-Christine Vergiat. "J'ai été plusieurs fois en Tunisie et en Turquie. Bien sûr que ça crée un impact, notamment sur les questions de droits de l'homme, quand on interpelle les gouvernements et qu'on apporte un soutien à la société civile qui se bat sur ces questions. Pour eux, c'est très important."

Au final, ses premiers qualificatifs pour décrire le mandat européen sont "ingrat mais passionnant". Pas forcément le plus exposé médiatiquement, le job est aussi exigeant, s'accordent les intéressés. "Si vous voulez être reconnu à Bruxelles, il faut travailler, insistait Michel Dantin en novembre sur Rue89. Plus qu’ailleurs, ici il faut être présent et travailler sur ses dossiers ! Si la voix de la France n’a pas pesé, c’est aussi parce que les élus n’ont pas été assez présents. Je parle de ceux qui sont connus à Paris, à droite comme à gauche." Le site s'était alors intéressé au bilan jugé maigre de Vincent Peillon, député européen de 2004 à 2012 et tête de liste dans le Sud-Est.

"On peut décrocher en une semaine"

"On a le sentiment que si on ne suit pas pendant une semaine, on peut décrocher", abonde Karim Zéribi. Il faut aller voir les collègues, former des majorités, défendre les amendements. Tout ce travail de conviction, de persuasion avec les autres groupes se passe à Bruxelles. Et pendant ce temps là, on n'est pas sur le terrain. Or, une eurorégion, ce n'est pas un canton. C'est un mandat qui éloigne."

Qui éloigne, mais "ça vaut le coup d'être présent au Parlement européen, de mener des batailles, assure Marie-Christine Vergiat. On a fait sortir sur la place publique la directive Bolkenstein, le traité entre l'Europe et les USA, c'est important que les citoyens soient informés de ces questions et s'en saisissent. Et les élections sont aussi l'occasion de le faire." Elle regrette ainsi "un syndrome très français, en particulier des médias français, de faire comme si l'Europe relevait des affaires internationales. On est à l'intérieur de l'Europe ! Du coup, j'ai été beaucoup plus interviewée par des médias étrangers."

Sur ce point, Karim Zéribi esquisse une piste : "Ouvrir les portes du Parlement européen et de Bruxelles à des groupes en fonction des thématiques qui les intéressent. Il faut montrer que l'Europe n'est pas une machine technocratique inhumaine et pour cela mettre des hommes en face des questions." Il cite les rencontres qu'il a organisées pour une délégation des CIQ marseillais sur les Roms ainsi que la fédération du BTP des Bouches-du-Rhône sur les travailleurs détachés. Ce fossé entre l'Europe et les citoyens, cet enjeu démocratique sera l'un des thèmes du débat que Marsactu et Le Ravi organisent. Rendez vous lundi 19 mai au Dock des Suds.

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. marcel marcel

    Si nous parlions de leur paye !….

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    Avoir un salaire de 12000 euros par mois il y beaucoup plus ingrat comme boulot quand les élus vivront comme nous on participera aux élections

    Signaler
  3. indignezvous13 indignezvous13

    c’est effectivement le seuil truc qui les intéressent ! le salaire.
    Les députés européens c’est bien utile pour placer les loosers des dernières élections…

    Signaler
  4. Anonyme Anonyme

    SEUL LE FRIC LES INTERESSE

    Signaler
  5. JL41 JL41

    Excellent article où l’on sort de la guerre des tranchées entre partis. Cet article fait toucher du doigt l’importance des institutions européennes et ses potentialités de changer notre quotidien.
    Très bien l’infographie, là elle n’est pas un gadget inutile. En cliquant sur les onglets j’ai trouvé pour qui je voterai. Je ne vais donc plus perdre de temps sur cette question.

    Signaler
  6. JL41 JL41

    « Marsactu a concocté des fiches synthétisant quelques statistiques et les domaines principaux d’interventions de chacun des 11 sortants-candidats ».
    Je n’ai pas fait gaffe, ce sont 11 sortants, pas 11 listes. Alors si vous vous dites je voterais bien pour Sylvie Guillaume, en réalité vous votez pour Vincent Peillon, ce que je croyais éviter !

    Signaler
  7. ALAIN PERSIA ALAIN PERSIA

    D’accord avec INDIGNEZ VOUS 13!Et en plus ces députés européens , on ne les voit jamais pendant leurs mandats dans leurs circonscriptions électorales.
    Pour exemple BENHAMIAS qui a fait deux mandats grâce à son passage directement opportuniste des Verts au MODEM, PEILLON un parachuté du PS qui n’habite même pas une des régions de la circonscription et cerise sur le gâteau JM.LE PEN un cumulard sans vergogne qui ose rempiler à 86 ans .
    Même si je suis contre l’Europe du fric telle qu’elle a été voulue par la classe politique , je me dois de saluer le remarquable travail de FRANCOISE GROSSETETE .
    Dernière observation, pourquoi ces parlementaires ne publient-ils pas l’usage qu’ils font des indemnités perçues?

    Signaler
  8. piqueboufigue piqueboufigue

    ils ne veulent pas defendrent l europe, c est les gros fiananciers qui défendent ou non l europe et la gourverne eux ne sont que des manequins a 12 000 euros mois ,voila pourquoi ils se battent pour leurs portefeuille, ce poste de deputé devrez etre non renumerer,comme les autres mandats d ailleurs ,on n aurez pas de cumulards ni de mille feuille administratif comme ils disent.

    Signaler
  9. Anonyme Anonyme

    Jl41 et électeur du 8 eme.
    Vous n avez pas complètement tort mais reconnaissez que cette Europe là a du mal à se faire accepter et aimer.
    Commencer par se faire aimer c était facile en prenant du temps et en jouant le bon rôle face aux peuples ( différents) Européens ( peuples avec un s) et en laissant le mauvais aux élus des nations qui la composent encore.
    Mais le pouvoir attire Bruxelles ,il se grignote jour par jour ,pour en faire l excuse de nos médiocrités par les grignotés.
    Pour moi on a le temps,pourquoi aller vite?Installons l outils au cas ou les générations futures en souhaiteraient l utilisation.
    Ce qui est sur c est que comme aujourd hui c est ou pas assez ou trop vite,mais il faut changer,quelque soit le choix.

    Signaler
  10. jdeharme jdeharme

    Député européen ça peut faire quelque chose pour que Marseille soit propre ? Ça peut faire quelque chose pour que la maire du 1/7 s occupe de la propreté du quartier noailles ça peut faire quelque chose pour que Mr Tessier n augmente pas encore les impôts de MPM, ça peut faire que le maire de Marseille respecte ts les syndicats et pas seulement FO voir article de marsactu sur le tribunal administratif et la ville de Marseille dans les bibliothèques. Si ça peut faire quelque chose que les candidats à cette élection répondent

    Signaler
  11. JL41 JL41

    « Pour la première fois, le vote aura peut-être un impact direct sur le choix du président de la Commission. Si les listes socialistes arrivent clairement en tête, alors les chefs d’Etat n’auront d’autre choix que de proposer Martin Schulz pour approbation par le Parlement européen. A l’inverse, si les listes de droite et de centre droit dominent nettement, ils désigneront Jean-Claude Juncker. Schulz, social-démocrate solide et sincère, face à Juncker, ex-dirigeant inamovible du Luxembourg, paradis fiscal niché au cœur de l’Europe, et qui bloque depuis des années toute tentative pour mettre en place les transmissions automatiques d’information bancaire. »
    http://www.liberation.fr/economie/2014/05/19/aux-urnes-citoyens_1021108
    Thomas Piketty ramène là le choix offert à l’électeur à une équation simple. Mais trouvera-t-elle sa bonne réponse dimanche, rien n’est moins sur ?
    Pardon à Electeur du 8è, à qui je viens sans doute de brûler la politesse. Mais aurait-il fait le même commentaire ?

    Signaler
  12. Marius Marius

    Rappel à l’intention de certains intervenants de ce forum : il est très malhonnête de mettre sur le dos du président Hollande la mauvaise situation de la France.
    La Cour des Comptes a calculé qu’au maximum 38% de l’augmentation gigantesque de la dette par Sarkozy est imputable à la crise.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire