Départementales : ce que les candidatures nous apprennent des rapports de force

Décryptage
le 6 Mai 2021
12

Les candidatures aux départementales sont closes depuis mercredi après-midi. Tour d'horizon des enjeux globaux, à deux mois du scrutin.

Martine Vassal, lors de l'annonce de la candidature de Renaud Muselier aux régionales. Photo : Emilio Guzman.

Martine Vassal, lors de l'annonce de la candidature de Renaud Muselier aux régionales. Photo : Emilio Guzman.

Le gong a sonné à 16 heures ce mercredi en préfecture. Depuis lors, il n’est plus possible de candidater pour être le représentant d’un des 29 cantons du département au soir du 2e tour le 27 juin prochain. Après des mois de tractations et deux reports du scrutin, la droite élargie autour de Martine Vassal […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jasmin jasmin

    Article très riche comme d’hab, merci Jean-Marie Leforestier! Comment reconnait-on les candidatures France Insoumise sur la carte que vous avez affiché dans l’article de monsieur Vinzent, dans l’ensemble des candidatures?

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Je vois dans mon secteur le sigle LFI en face d’un binome.

      Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    “La Provence unie” ? C’est l’étiquette sous laquelle se présenteront les vassalistes ? Waouh, on savait que Mme Vassal se prenait pour la reine de Provence et non pour la présidente du conseil départemental, mais là, ce serait pathologique : qui lui dira que la Provence ne se limite pas aux Bouches-du-Rhône ?

    Sinon, du côté de LREM, je note le profond renouvellement impulsé avec l’appui apporté à Christophe Masse…

    Signaler
    • julijo julijo

      un précurseur, masse, carrément un visionnaire. une presque caricature exemplaire d’un chercheur de poste …son ralliement à macron date un peu maintenant.
      programmé génétiquement pour être un “élu” il a adopté : qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Pas sûr que son alcootest monte très haut 😆

      Signaler
  3. Mistral Mistral

    On voit bien ici que les luttes pour les places sont bien plus importantes que les luttes pour les idées, les vestes se retournent à chaque élection et après ils s’étonnent que les électeurs boudent les urnes ! Et dans tout ça on ne parle pas de programme !!!

    Signaler
  4. MarsKaa MarsKaa

    Merci, je comprends mieux l’absence apparente de candidat de droite dans mon secteur.
    Ils jouent un jeu trouble avec la valse des étiquettes.
    Moi j’aime bien savoir le parcours, l’orientation, l’engagement de chacun. Certains cachent leurs étiquettes, mais ils en ont… c’est important de savoir pour qui ont vote.

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Pour qui l’ON vote…
      Les élus PS qui soutiennent Vassal ça en dit long sur les tambouilles qui se font dans le dos des électeurs.

      Signaler
    • julijo julijo

      ca a toujours existé de cette façon (guerini en a fait un des beaux-arts bucco-rhodanien) mais ce n’était connu que de quelques initiés.
      plus difficile aujourd’hui de faire en douce.

      Signaler
  5. mada mada

    Les dissidences ont au moins le mérite d’exister et montrent le refus des magouilles à droite comme à gauche.

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Dans certains cas, refus des magouilles. Dans pas mal d’autres, c’est juste une manière de se rebiffer quand on est exclu du cercle des magouilleurs.

      Signaler
  6. dominique CLARAZ dominique CLARAZ

    Cette liste d’union pour les régionales qui est taxée de large union, qui devait rassembler tout le monde autour de la table et que nous avions tant espérée, nous citoyens non encartés, syndicalistes et militant de partis citoyens, n’est qu’un simulacre d’union. C’est l’union d’apparatchiks qui ne cherchent qu’à se placer et reproduisent les vieilles pratiques politiciennes héritées du siècle précédent, sans doute persuadés qu’ils sont les seuls à savoir faire. Une fois encore c’est le clientélisme qui gagne. Le PS et le PC jouent union de la gauche avec la droite des écologistes vidant leur propre parti de la moitié de ses militants. Mais comment comptent-ils réussir une transition en gardant ce même système de marchandage pour des places ? Comment comptent-ils mobiliser une large tranche de la population pour soutenir les efforts nécessaires ? Eux qui dégoutent de la politique tous les gens qui se sont réunis, au delà des étiquettes, pour travailler sur un programme et sont prêts à s’investir vraiment pour le faire vivre après les élections. L’image qu’on renvoie à tous ces gens c’est : “vous n’êtes que la valetaille, vous n’avez rien à dire”
    Quel courage politique pour défendre des idées auront ces girouettes qui au gré des circonstances électorales passent d’un parti à l’autre ? Mais aussi qui fera votre campagne ? Y a-t-il encore suffisamment de militants honnêtes dans vos partis divisés ? Y aura-t-il encore des gens pour se déplacer pour voter ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire