Déambulations aveugles à Marseille

À la une
Élodie Crézé
6 Juin 2012 0

crédit : Mathias Poisson

crédit : Mathias Poisson

Le silence est total, tandis que le groupe de marcheurs s'ébranle, réparti en duos. Le principe des Promenades blanches est simple : au bras d'un parfait inconnu, aveuglé par des lunettes déformantes et altérantes pour la vue, l'infirme désigné avance à tâtons, abandonné en toute quiétude à son guide. Par légères pressions, tressaillements du corps, effleurement de la main ou franche poignée, celui-ci opère sans paroles, protège et évite les pièges de la ville à son compagnon: marches, racines, voitures, obstacles intempestifs.

Nébuleuse

Le dialogue silencieux s'écoule dans la sensualité. Des silhouettes aux contours ouatées traversent la nébuleuse du monde clos de la malvoyance. Alain Michard, chorégraphe et artiste visuel, l'un des concepteurs du projet, estime que "dans le silence et avec ces lunettes, les gens se racontent des histoires. Il y a une perte de repères, et du coup on s'imagine autre chose que ce qui est. Là où existent des barres d'immeubles, certains voient la tour Babylone."

Les sens sont exacerbés : les sons, ceux des pas sur les graviers ou dans les broussailles, les paroles des passants captées dans l'éphémère de l'instant, d'une salle de cinéma traversée furtivement ; les lumières, des néons de parking, d'enseignes ou celles des éclaboussures du soleil sur les feuilles des arbres ; les odeurs, celles du bitume chauffé, de la cuisine piquante d'un fast food…

Lieux contrastés

Alain Michard et Mathias Poisson, plasticien et performeur ont expérimenté eux-mêmes leurs balades urbaines, foulé les territoires et exploré les villes de Bordeaux, Rennes, Naples, Anvers, Istanbul, menant un travail sur les représentations du paysage et de l'espace urbain. "Cette promenade a été créée à partir d'une recherche de lieux contrastés, d'intérieurs et d'extérieurs, de compositions, de rythmes de marche différents, raconte Alain Michard. Parfois on court, on marche à l'envers, puis on ralentit."

Cette idée un peu saugrenue est née à Bordeaux, auprès de malvoyants. "Au tout début du projet, nous avions élaboré des cartes en écriture braille pour guider les promeneurs. Nous avions réfléchi à ce qui pourrait être l'équivalent d'une canne ou d'un chien et finalement, nous avons opté pour une relation avec quelqu'un mais aussi avec tout un groupe"Le temps, bien sûr, suspend son vol tandis que les yeux s'émerveillent comme ceux d'un nouveau né. Le temps, bien sûr, suspend son vol tandis que les yeux s'émerveillent comme ceux d'un nouveau né. Le temps, bien sûr, suspend son vol tandis que les yeux s'émerveillent comme ceux d'un nouveau né. Le temps, bien sûr, suspend son vol tandis que les yeux s'émerveillent comme ceux d'un nouveau né.  Le temps pourspopo poursuit l'artiste. Le temps, bien sûr, suspend son vol, tandis que les yeux s'ouvrent, étonnés, tels ceux d'un nouveau-né sur le monde qui l'accueille.

>> Les Promenades blanches ont lieu ce soir et vendredi à 19 h, samedi à 15 h et 19 h. Rendez-vous au Merlan, à partir de 12 ans. Tarif unique 5 €. Prévoir des chaussures adaptées. Réservations en ligne ou au 04 91 11 19 20. Pour les autres propositions artistiques du Merlan, Concerts de sons de ville, Image de ville et The smile off your face, programmation en ligne.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire