Dans les quartiers Nord, Alexandra Louis veut battre le FN sans lui faire barrage

Reportage
par Loïs Elziere & Benoît Gilles
le 15 Juin 2017
4

Dernière ligne droite des législatives dans la troisième circonscription pour la jeune candidate macroniste Alexandra Louis face au sénateur et maire de secteur frontiste, Stéphane Ravier. L'avocate de 33 ans a mis son équipe en branle pour une semaine de campagne intense. Elle tente de récupérer les voix de droite et de gauche, tout en évitant de jouer  la carte du front républicain.

Alexandra Louis et Gérard Blanc face à une électrice de la communauté comorienne.

Alexandra Louis et Gérard Blanc face à une électrice de la communauté comorienne.

La campagne marathon est déjà bien entamée ce mercredi matin pour l’équipe de la candidate de la République en marche, Alexandra Louis. Dans cet entre-deux tours de la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône, l’issue est encore incertaine. “Mais nous avons fait un meilleur score que Macron aux présidentielles dans le secteur”, dit-elle alors qu’elle entame son deuxième tractage de la matinée, et débattra à La Provence dans l’après-midi, face à son rival du Front National, Stéphane Ravier. Pour aller chercher les sept points qui la séparent de son adversaire, la stratégie de Gérard Blanc, son directeur de campagne, est claire : “du terrain, du terrain, et du terrain ! Ça a payé au premier tour.”

Mais dans cette dernière ligne droite pour remporter la circonscription située dans le nord-est de Marseille, à cheval sur les 13e et 14e arrondissements, il faudra surtout être tout-terrain. C’est ce qu’explique Gérard Blanc, avocat d’affaires et enfant de Saint-Jérôme. “Il faut travailler sur les secteurs que nous avons laissés à Soilihi (FI) et Miron (LR) au premier tour. Certaines cités, et des endroits plus aisés. Nous avons fait deux tracts. Un pour les quartiers populaires, l’autre pour les noyaux villageois et quartiers résidentiels. On puise dans le programme de Macron les points qui correspondent le mieux aux différents publics.” Avec le premier tract, ils chassaient en début de matinée sur des terres acquises par leur adversaire frontiste, dans le quartier Saint-Joseph, près de l’école de la Tour-Sainte. Mais, pour eux, pas question d’appeler au barrage contre l’extrême-droite, ils veulent convaincre, une gageure en cinq jours de campagne.

Aux alentours de 10 heures, nous les retrouvons au marché de La Rose, plus populaire, avec le second tract donc. “La priorité n’est pas d’attaquer le programme FN mais de mettre en avant le nôtre. Ici, on parle plus de réussite républicaine pour tous, par l’éducation, la culture et le travail”, détaille Alexandra Louis. Un discours qui semble bien accueilli par les chalands. Le marché est situé non loin de la cité de Frais-Vallon, où la France insoumise a fait son meilleur score.

Vague Macron et bienveillance se heurtent à la réalité

Mais si la candidate, comme tous ses homologues LREM du département, a été portée par la “vague Macron” jusqu’au second tour, se prévaloir de la majorité présidentielle comporte ici son lot d’écueils. Devant un étal de torchons, une électrice l’interpelle. “Moi j’ai voté pour Macron, mais j’ai été profondément blessée par ses propos sur les Kwassa-Kwassa. Je suis Comorienne et dans ma famille on connaissait des gens qui ont perdu la vie sur ces bateaux. Et puis il y a des tensions ici entre la communauté des Comores et celle de Mayotte.” Alexandra Louis, avocate de 33 ans qui oeuvre principalement au tribunal des Prud’hommes et en correctionnelle, se défend comme elle peut. Elle dit avoir été “très touchée”, mais convainc difficilement et suscite la moquerie d’Omar, derrière son stand de torchons. “Je suis sûr qu’elle a pas dormi de la semaine !” Moment délicat que décide de prendre en main le directeur de campagne : “Ce que dit Alexandra, c’est que le président s’est expliqué sur cette erreur de langage, et apporte, comme nous, tout son soutien à la communauté comorienne.”

La candidate poursuit sa visite parmi les badauds majoritairement bienveillants. Saïd, militant très actif auprès de la candidate interpelle son stratège Gérard Blanc. “Les colleurs de Ravier ont mis des affiches partout ici. Ils ont recouvert toutes les nôtres. On doit rectifier ça !” Mais le directeur de campagne l’entend autrement. “On ne joue pas la guerre des affiches, on ne doit pas faire leur jeu. On incarne les nouvelles pratiques politiques ici”. Puis, s’adressant à Saïd, “c’est comme au judo, on va utiliser leur force contre eux. On montre qu’on joue fair-play nous, en recouvrant juste la moitié des panneaux.” Toujours le souci d’éviter de jouer la carte du barrage au FN. Mais on aperçoit sous les affiches du frontiste, que celles de la marcheuse occupaient également l’intégralité des panneaux de libre expression.

Les affiches de la candidate LREM recouvertes par celles de son rival FN, Stéphane Ravier à La Rose (photo : Loïs Elziere)

Des troupes disparates

Cette stratégie de la dernière ligne droite a été mise en débat, deux jours plus tôt à une cinquantaine de mètres du marché de La Rose, dans la permanence d’Alexandra Louis. La candidate La République en marche et son suppléant Sofiane Zemmouchi ont convié une quinzaine de leurs militants les plus actifs. Certains sont de parfaits novices dans l’art de faire campagne, d’autres sont des revenons-y, qui ont milité un temps, souvent au PS, avant de tomber dans les bras d’Emmanuel Macron.

C’est l’ancienne jeune pousse du PS, transfuge du 11/12, Sofiane Zemmouchi qui prend la parole, félicite les militants pour le premier tour et enchaîne sur les fondamentaux : “Nous sommes 7 points derrière. Cela représente 1600 voix. Ce n’est pas impossible mais nous sommes les outsiders. Stéphane Ravier joue à domicile. Cela veut dire qu’il est prioritaire pour nommer les présidents de bureaux de vote parmi ses adjoints”.

Permanence de Alexandra Louis à La Rose (photo : Loïs Elziere)

Il passe ensuite en revue les bureaux de vote où les principaux adversaires d’Alexandra Louis ont fait leur meilleurs scores. Cela donne la géographie prioritaire de la campagne de la dernière ligne droite.

“L’important est de mobiliser les abstentionnistes avec écoute et bienveillance. Il faut avant tout parler du projet et dire ce que fait le FN dans la circo. Il a peu de pouvoir et fait donc des déçus”, analyse Zemmouchi. Un militant chevronné demande s’il ne faut pas insister sur son statut de sénateur-maire qui veut être député, “en terme de cumul, c’est pas commun”. Gérard Blanc, écarte l’idée : “le cumul, c’est compliqué à expliquer. Il suffit de dire qu’il est est là depuis trop longtemps”.

Arrivé à la dernière minute, le conseiller municipal socialiste et élu du cru, Stéphane Mari intervient : “j’ai amené le guide des élections fait par la mairie pour que vous puissiez faire des photocopies.” Il écoute sagement, ne se mêle pas aux autres, mais, en fin de réunion, rejoint Sofiane Zemmouchi pour regarder de plus près la carte de la circo qui orne le mur du fond. Tous deux étaient au PS il y a encore peu, mais Sofiane Zemmouchi a dû apprendre sur le tas la géographie électorale de ces quartiers.

En aparté, il trace à large traits ce qu’il pense être la bonne stratégie : “Ils ont fait le plein là où les électeurs sont des propriétaires fortunés. Maintenant, il faut qu’ils aillent chercher les électeurs de Miron qui peuvent être sur la même ligne qu’eux. Ensuite, il ne faut pas négliger les cités, car, contrairement à ce qu’ils pensent, dire qu’il faut faire barrage au FN, ça marche encore. Surtout il ne faut pas aller là où Ravier est en tête. Certains de ses électeurs ne se sont pas déplacés et il ne faut surtout pas les exciter…” Avec un score bien inférieur à ceux de la candidate à la présidentielle dans les noyaux villageois du haut de la circonscription, Stéphane Ravier doit remobiliser ses troupes s’il veut l’emporter. Or, face à la vague LREM, la résignation est aussi dans son camp…

Loïs Elzière (avec Benoît Gilles)

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Loïs Elziere
Benoît Gilles
Journaliste

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Marieke Marieke

    N’oublions pas que la 3° circonscription comporte également une partie, certes infime, du 12° arr : certaines rues de Montolivet et Bois-Luzy notamment.
    La circonscription ne se réduit donc pas aux quartiers Nord sauf à considérer que les quartiers Nord englobent aussi cette portion du 12°.
    Le fait que certains quartiers relèvent de deux circonscriptions différentes ne reflète pas leur réalité administrative et sociologique.

    Signaler
  2. leravidemilo leravidemilo

    .Ces candidats en marche (au passage un avocat d’affaire et une de prudhomme, on croit savoir de quel coté) sont bien mal barrés, s’il prennent comme argent comptant les conseils des solfériniens locaux; On a vu où leurs fines analyses les ont conduites avec l’écroulement du système andrieux et le micro score du “nouveau visage de la gauche” Di Marino à 4,46%. Ce M Zemouchi “voyant” l’électorat de Ravier chez les “propriétaires fortunés” témoigne, une fois de plus, qu’il ne comprend rien à rien. S’ils n’ont que ça en magazin, ces “marcheurs” ne sont pas rendus!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire