[26 siècles d’engatse] Rambaud sort de ses gonds !

Chronique
le 29 Avr 2023
5

Pour cette nouvelle série littéraire, Michéa Jacobi remonte jusqu'à la naissance de Marseille pour raconter l'engatse à travers les âges, des Grecs à nos jours. Cette semaine : l'honorable maître, l'alphabet qui manquait cruellement de signes et le jeune sot.

Illustration Michéa Jacobi.
Illustration Michéa Jacobi.

Illustration Michéa Jacobi.

L’an 1538, arrivait à Marseille un homme habillé à la matelote avec un manteau à capuchon de drap enfumé. Il était carré d’épaules et de mâchoire, de barbe drue, de cheveux noirs et épais. Son regard avait l’acuité de celui qu’ont les oiseaux de proie, il arrivait de Gap. Que venait-il faire ici ? Louer ses bras sur les quais ? S’engager sur une galère ? Rejoindre des comparses et fomenter avec eux quelque mauvais coup ? Non. Ce quidam n’était qu’esprit et douceur. Il s’appelait Honorat Rambaud et il était maître d’école. Il exerçait cette profession depuis cinq ou six ans déjà, mais à trente ans, sa réputation était déjà si bien établie, que quelques-unes des familles les plus riches de la ville lui avaient demandé de venir enseigner à leurs enfants.

Il ne payait pourtant pas de mine cet instituteur et lui-même aimait à répéter “qu’il n’était qu’un maître d’école pour l’abc, pour les vignerons et des matelots.” Mais ses commanditaires savaient qu’il était bien plus savant qu’il ne voulait le dire. Ils avaient hâte surtout de voir leur progéniture apprendre la langue française en passant par le chemin bien aisé qu’Honorat promettait à la place des contraintes et des coups qui étaient alors d’usage. Parler français, l’écrire, l’apprendre avec le meilleur maître, c’est cela qui distinguerait leurs marmots dans une ville qui ne jurait que par le provençal.

Cri et torgnole

C’est pour eux, pour les fils de consuls, les fils d’armateurs, les fils de bourgeois, qu’Honorat, ce colosse entiché de pédagogie, créa son école.

Il eut toutes sortes d’élèves. Des dociles et des récalcitrants, des agités et des dolents, des battants et des démissionnaires. Il essaya de les initier avec douceur et patience. Il céda naturellement au cri et à la torgnole de temps en temps, en conçut à chaque fois un puissant chagrin et essaya de se reprendre, une fois pour toutes. Il voulait souffrir que chacun apprenne, non pas comme il le voulait lui, le maître, mais selon ses capacités, son rythme, ses désirs pourquoi pas. Mais il se rendit rapidement compte que quelque chose clochait. C’était la base même de son enseignement, c’était l’alphabet qui était mal foutu. La langue française était bien trop riche et subtile pour se suffire de la vingtaine de signes du latin.

un projet grandiose : inventer une collection de signes écrits capable de transcrire toutes les subtilités et les distinctions du français tel qu’on le parlait alors

Il forma dès ce moment un projet grandiose : inventer une collection de signes écrits capable de transcrire toutes les subtilités et les distinctions du français tel qu’on le parlait alors. Il commença par recueillir, au sein de ses classes et au dehors, tous les sons qu’utilisait le français. Tandis qu’il enseignait, qu’il faisait son marché ou prenait son repas en famille, il s’arrêtait à tel ou tel mot, le faisait parfois répéter et le rangeait avec soin dans l’inventaire que son esprit sourcilleux avait entrepris de dresser. Quand il eut recueilli une cinquantaine de phonies, il songea à leur attribuer des signes. Il pensa d’abord qu’il lui suffirait d’ajouter des accents ou de créer des variantes des lettres existantes. Il se répétait les sons, il cherchait des solutions. Rien ne vint.

Borborygmes et gribouillis

Il décida alors, oh le présomptueux, d’inventer des signes absolument nouveaux. À la manie qu’il avait de triturer des ba, des bou et des bon dans sa caboche, il ajouta celle de tracer en secret des petits gribouillis qui n’avait de sens que pour lui-même. Ses demandes de répétitions, les borborygmes qu’on avait l’habitude de lui voir remuer à tout moment l’avaient déjà rendu suspect aux yeux de ses proches, avec l’invention de caractères, on risquait de la croire fou pour de bon. Le travail qu’il s’était fixé était immense, il décida cependant de le mener dans l’intimité de son cabinet. Cela dura trente ans. Trente ans au cours desquels il s’interdit d’expérimenter son invention au sein même de ses classes (pour ne pas pénaliser ses élèves et inquiéter leurs parents), d’en faire état à ses confrères (pour qu’ils ne lui confisquent pas sa grande idée) ou d’en parler aux siens (on le croyait assez toqué comme ça). Mais au bout de toutes ces années, il était prêt. Son système lui paraissait parfait, son école lui avait procuré d’excellents revenus, il pouvait songer à faire paraître un livre.

On était en 1578. Le premier livre imprimé à Marseille, les Obros et rimos provenssalos de Bellaud de Bellaudière ne paraîtrait qu’en 1595, un siècle et demi après l’invention de Gutenberg. Rambaud fut donc contraint d’aller à Lyon chercher un imprimeur susceptible d’éditer son livre à compte d’auteur. Il eut la chance de tomber sur Jean de Tournes, deuxième du nom, bon parpaillot qui parvint à faire ciseler les poinçons de l’alphabet Rambaud, à fondre les nouveaux caractères et à éditer, avec la permission du roi Henri III et à l’emblème de deux vipères enlacés, l’un des plus curieux ouvrages qu’il ait eu à fabriquer.

L’emblème de l’imprimeur Jean de Tournes, la devise latine dit : Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse. (DR)

Le livre s’intitulait : La Déclaration des Abus que l’on commet en écrivant et le moyen de les éviter, & de représenter naïvement les paroles. Le sentiment de vanité, si commun chez les professeurs, avait poussé Honorat à ajouter la mention : ce que jamais homme n’a fait. Tournes avait réussi l’exploit de l’imprimer en deux langues, un page en français comme on l’écrivait alors en regard d’une page en rambaldien, pour que l’on put pleinement comprendre et apprécier l’invention de l’auteur. Afin que l’écriture soit le vrai miroir des paroles et que les livres deviennent “des coffres dans lequel on met celles-ci pour les y trouver telle que la bouche les a prononcées”, celui-ci avait créé, dans un style proche du copte, des graphies totalement nouvelles, afin qu’à chaque son qu’on entendait ne correspondît qu’un signe, et qu’un signe ne désignât jamais qu’un son.

Il écrivait encore que son invention servirait “jusques aux laboureurs, bergers et porchers, pour qu’ils puissent clairement écrire, puisque tous en avaient besoin.”

Il proposait ainsi une série de 52 lettres qu’il partageait en 41 “mâles ou consonantes”, 8  “femelles ou voyelles” (parmi lesquelles une sorte de e à longue queue appelée mère qui permettait de prononcer les mâles sans en altérer la sonorité), et 3 “neutres”. Faussement modeste, il précisait ne s’était fié “qu’à son petit pouvoir d’accomplir les commandements de la raison”, répétait qu’il avait vu tant d’élèves se tourmenter à apprendre qu’il lui fallait absolument réparer l’alphabet, et déclarait enfin que ses lumières étaient celles d’une faible chandelle et qu’il comptait bien que son invention pût bientôt être “limée, polie et perfectionnée”. Il était évident toutefois qu’il espérait bien son système put écraser l’ancien et rendre enfin l’enseignement démocratique. Il écrivait encore que son invention servirait “jusques aux laboureurs, bergers et porchers, pour qu’ils puissent clairement écrire, puisque tous en avaient besoin.” Il rêvait peut-être que longtemps après sa mort l’alphabet rambadien deviendrait commun dans tout le pays de France.

Persiflage et glaçage

Mais la langue aime s’accrocher à la langue et trouver dans ses vieilles parures les reflets de son esprit et de son caractère. Le grand œuvre de Rambaud n’eut naturellement aucun succès ; à Marseille encore moins qu’ailleurs.

“Ne dirait-on pas vos lettrailles, mon beau-papa ?”

Seuls quelques lettrés du cru s’y intéressèrent et félicitèrent l’auteur, pour la forme. Un seul trouva bon de prendre quelque distance. Ce fut le propre gendre du réformateur, enseignant lui aussi. Il eut en outre l’aplomb de critiquer l’ouvrage au cours d’un repas de famille. Il avait commencé de persifler pendant les hors-d’œuvre, il avait continué au ragoût, il acheva sa critique au dessert. Comme il s’apprêtait à découper un gâteau sur lequel les craquelures du glaçage avaient pris des formes étranges, il se tourna vers Rambaud et lui demanda d’une voix aigrelette : “Ne dirait-on pas vos lettrailles, mon beau-papa ?”

Rambaud était un homme calme. Des années d’enseignement l’avaient rendu plus calme encore. Mais il gardait au fond de lui comme une colère inextinguible, une passion de la controverse qu’il avait réussi à éteindre en se consacrant durant de longues années à son projet de réforme alphabétique. Et voilà que ce jeune sot s’amusait à railler son travail. Rambaud était un homme calme, c’était aussi un homme fort. Il se leva lentement, attrapa de sa grosse main le cou de son gendre et entreprit de l’étrangler par-dessus la table familiale. Le jeune coq dont le visage s’empourprait déjà poussa alors un gémissement tel que personne n’en avait entendu de pareil. Rambaud relâcha alors son étreinte, se rassit et déclara simplement : “Je ne saurais comment écrire ce son-là.”

Et le festin reprit comme si de rien n’était.

Cet article vous est offert par Marsactu

L’équipe de Marsactu vous offre cet article pour que vous puissiez découvrir notre contenu. Si vous souhaitez nous soutenir, abonnez-vous pour ne rien manquer de l’actualité de Marseille et la région.

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    Sympa, une vraie leçon d’histoire, merci – et un mot non lu ni entendu depuis fort longtemps : la torgnole !

    Signaler
  2. julijo julijo

    et on peut le voir quelque part cet alphabet rambaud ?
    lecture réjouissante !
    (cela me fait penser à l’écriture -la traduction- des onomatopées qu’on peut voir dans les bulles de bd, qui sont parfois maladroites, et parfois géniales.)
    il y avait donc au 16e siècle des maîtres d’école qui avaient de l’imagination, du goût pour l’innovation et le désir de bien enseigner !!

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Il est probable que ce soit surtout Michéa Jacobi qui ait de l’imagination 🙂

      Signaler
    • julijo julijo

      sans doute aucun, michea jacobi est un conteur exceptionnel.
      cependant cet espèce de visionnaire un peu…grammairien…alphabétiste, a bel et bien existé !

      Signaler
  3. Pascal L Pascal L

    Je viens du coup de lire une centaine de page de son bouquin : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k45951/f14.item.zoom
    Effectivement il fait partie de ce mono maniaques qui ont une idée et qui ne se rendent pas compte que le monde ne va pas changer pour eux ou grâce à eux. Il y a plein d’exemples : ceux qui ont créé des claviers plus ergonomiques, les langues mondiales comme l’espéranto ou le volapuk. (il y a beaucoup d’exemple dans les systèmes plus techniques mais je me limite à ceux qui concernent les lettres).
    Ça part toujours d’une très bonne intention mais ça néglige totalement le poids du passé et des habitudes et le prix immense qu’il faudrait payer pour changer de système.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire