Ce matin dans La Provence, 19 patrons marseillais nous ont vraiment pris pour des jambons

À la une
le 27 Sep 2011
20

Il faudra qu’un jour dans cette ville on arrête une fois pour toute de prendre les marseillais pour des jambons. Pour rester poli. « 19 patrons veulent changer leur ville, à la tête de grandes firmes ils se mobilisent sur le secteur d’Euroméditerranée et envisagent d’y financer un commissariat« . Une belle Une qui s’étale ce matin sur la première de couv de La Provence, notre quotidien local de référence, entre une pub pour de l’achat d’or « cash for gold » et une belle photo de l’humoriste marseillais de service, Titoff. Allez on va vite page 3, là où « les patrons passent à l’action« .

Emmenés par le très médiatique Marc Piétri, patron de Constructa, qui rêve de transformer Marseille en Miami, en y construisant de beaux skyscrapers qui jusqu’à aujourd’hui s’étalent plutôt sur des affiches publicitaires qu’ils ne grattent le ciel phocéen, une petite dizaine de patrons ont décidé de sauver le soldat Marseille, en créant une association « Objectif Métropole« . Et pourquoi pas ? C’est vrai qu’il y a le feu à la maison.

Le sabre et le goupillon

Bon, après le traditionnel couplet sur les médias, qui « pilonnent l’image de Marseille« , comme nous l’explique le tycoon de l’immobilier dans La Provence, car c’est bien connu à côté de l’affaire Guérini, des règlements de compte à la kala, des parkings rackettés, des expulsions de Roms manu-militari, on en passe et des meilleures, il y a des sujets bien plus « positifs, coco« , nos big boss ont décidé de « convaincre le reste du monde que la cité phocéenne reste the place to be », comme l’écrit si joliment notre consoeur de l’avenue Salengro.

Et plutôt que de «  faire des pétitions » comme de vulgaires gauchistes, ils vont « trouver des solutions aux problèmes rencontrés sur le périmètre d’ Euroméditerranée et peser sur la communication de Marseille« . Ouf, ca va donc envoyer du lourd. Pietri et sa bande n’ont surement pas fait « Objectif Métropole » pour beurrer des sandwichs. On peut leur faire confiance. On envoie donc les deux premiers projets de notre Caius Cilnius Maecenas des temps modernes.

On passe rapidement sur le premier, qui est semble-t-il de mettre 5 millions d’euros sur la table pour sauver l’église d’Arenc, vouée à la démolition. Bon après tout, à partir du moment où il s’agit d’argent privé, ces patrons sont libres de le dépenser où ils le souhaitent. On espère simplement qu’ils n’oublieront pas non plus les autres communautés religieuses. Mais surtout, nos 19 patrons marseillais souhaitent s’engager aussi sur d’autres pistes « plus surprenantes » comme l’écrit presque incrédule notre consœur de La Provence. Et c’est vrai qu’il y a de quoi tomber de sa chaise, car après les églises, « Objectif Métropole » veut participer au financement du futur commissariat de police d’Euroméditerranée. Oui, oui d’un commissariat de police. Après le goupillon, le sabre.

L’Etat d’urgence ?

Car c’est bien connu « dans les 5 années qui viennent on ne pourra pas compter sur les subsides de l’Etat« . Oh les gars, il faut arrêter la fumette. Jean-Michel Baylet n’est pas encore passé en tête aux primaires. On veut bien que ça n’aille pas fort du côté de Bercy, mais il devrait quand même rester à l’Etat de quoi financer quelques commissariats, quelques écoles et quelques hôpitaux sans avoir besoin de tendre la sébile aux grands patrons. « A votre bon coeur M’sieur dame, c’est pour changer les pneus d’un car de CRS« .

Au-dela de cette bonne plaisanterie, il faut espérer que, derrière cette saillie patronale, ne se cache pas les prémisses de la création d’une police privée . Face à l’abandon de ses missions régaliennes, notamment à Marseille, et là ces patrons n’ont pas tort de le dénoncer, on pourrait voir surgir des milices privées, afin d’assurer la sécurité d’immeubles d’habitation comme cela existe déjà pour certains bureaux. Comme par exemple à Miami, le benchmark de Marc Piétri. Un cauchemar où la République ne serait plus que le nom d’une rue à Euroméditerranée. Le pire n’est pas toujours certain.

Tout bénéf

Et en y regardant de plus près, et notamment dans la liste des 19 patrons, ont s’aperçoit qu’en réalité ils n’ont pas tous fumé  la -rare- pelouse qu’il reste sur les voies du tram boulevard de Dunkerque. Car si nos gentils patrons veulent bien donner un coup de main à notre si impécunieux Etat , ils proposent de le faire « peut-être sous la forme d’un PPP« . Eh, eh, eh. Nous y voilà.

Ce fameux « partenariat public-privé » qui permet aux collectivités locales d’emprunter énormément sans créer de dette supplémentaire. Ce rêve de tout adjoint aux finances a forcément un prix et il est généralement très élevé, comme le dénonce Jacques Bouleisteix le patron du Conseil de Développement de MPM, et membre de l’opposition municipale, ce matin toujours dans La Provence : « j’ai toujours été opposé aux PPP, c’est de l’emprunt déguisé, cela coûte à la fin plus cher au contribuable ( …) le privé n’est pas là pour être le bailleur de l’Etat« .

Et comme par hasard, les signataires de cet appel patronal, sont tous très impliqués dans ces PPP, il y a la Caisse d’Epargne, qui participe à celui du Stade Vélodrome, qui compte tenu des brillants résultats de l’OM n’a pas fini de coûter très, très cher aux marseillais, mais aussi le groupe Vinci, un des rois du PPP avec son concurrent Bouygues. Et justement puisque Vinci qui vient d’annoncer un résultat net en hausse de plus de 15 % à 814 millions d’euros a tellement envie d’aider Marseille, ce serait pas mal qu’il prenne en charge le coût des vigiles du fameux parking Vinci de la Porte d’Aix aujourd’hui payés par la communauté urbaine de Marseille Provence (MPM), et donc par le contribuable marseillais, juste histoire d’arrêter de nous prendre pour des jambons. Et le tout à 2 euros de l’heure.

Un lien et un autre beau projet pour nos patrons en manque d’inspiration, sauvez Fralib !

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. cedric cedric

    Excellent! Merci!

    Signaler
  2. pyrrhon pyrrhon

    Ce n’est pas de la chaise qu’on tombe en lisant la provence ce matin (ça, ça nous arrive régulièrement, vus les angles et les sujets traités), c’est de l’armoire ! Indigne ce coup de com le jour où l’on apprend que 350 personnes vont perdre leur emploi à Berre . A quand ces messieurs faire la classe et fournir les tables et les chaises dans les écoles publiques ?

    Signaler
  3. Bod66 Bod66

    République et cac 40, bonnet blanc et blanc bonnet.
    Révoltants ces PPP !
    Le modèle démocratique actuel est à bout de souffle et ils trouvent encore le moyen de tendre l’elastique.
    Je vote furieux / Merci de nous ouvrir une fois de plus les yeux.
    Heureusement que le sénat vient de passer à gauche (nan, j’rigole ! )

    Signaler
  4. jean-paul jean-paul

    ce qui est indigne c’est plutôt la position des élus, non? les patrons eux restent dans leur rôle…

    Signaler
  5. cgt cgt

    Ben dis donc ces derniers temps le privé est bien généreux pour aider le pov’ peuple. Y aurait y pas un peu d’enfumage là derrière? Dernièrement on a vu des grands patrons implorer pour que l’Etat accepte leur obole, exceptionnelle, mais quand même et maintenant on a droit à nos bigs chefs d’entreprise marseillais qui veulent financer la construction de la mosq… Ah non c’est pas ça. C’est juste une église abandonnée et un commissariat. Et tout ça pour aider un Etat et des Collectivités impécunieux.
    C’est probablement un raisonnement très simpliste mais je me dis que, au contraire de nous pov’ salariés, chomeurs et autres galériens, ces patrons philantropes en ont encore sous la semelle. Finalement c’est une bête histoire de vases communiquants. C’est ti pas que ces dernères années pendant que les rentrées fiscales s’amenuisaient, eux ont continués à engranger? Et aujourd’hui avec l’argent qu’ils n’ont pas donné à l’Etat, ils prétendent encore faire des affaires sous forme de PPP et en plus il faudrait qu’on les remercie pour leur esprit civique?!… La Révolution sera fiscale ou ne sera pas.

    Signaler
  6. merlan merlan

    À propos de Miami, le père de Dexter (le tueur en série de la série Télé), Jeff Lindsay, est à Marseille depuis dix jours et il expliquait à l’Alcazar à quel point Miami était en effet un exemple à suivre: “Chez nous, il n’y a aucun folklore autour du gangstérisme par exemple contrairement à Marseille, parce qu’il est d’implantation plus récente et d’une extrême violence qui n’incite pas à la sympathie. Les gangs de Miami, quand ils ne trouvent pas le type qu’ils veulent éliminer, ils tirent dans la foule…” Ou encore: “À Miami, l’immense majorité de la population est armée. En 2003, lors d’un barrage routier, cent véhicules ont été contrôlées. 96 transportaient une arme: 53 étaient des armes automatiques, 39 étaient des semi-automatiques et il y avait même quatre missiles…”
    L’exemple à suivre? Vraiment?

    Signaler
  7. Alain Le Lougarou Alain Le Lougarou

    Bravo pour cet excellent article

    Signaler
  8. citoyenne13 citoyenne13

    Le sabre et le goupillon, bien vu ! Vous êtes vraiment bien rodé à soulever les pelures de l’oignon des promesses faites par les élus ou leurs copains de croisière, qui ne nous font pas pleurer de rire ! Rien de plus inventif pour changer une ville que de construire un beau grand commissariat. PPP c’est pour une ville Pauvre Pigeon Pathétique sur le long terme, si je ne me trompe. Marseille versus Miami, je n’ai pas souvenir d’avoir vu beaucoup de collines autour de Miami, zone de lagunes et de marécages; la ringardise de cette aspiration plaquée se double d’une méconnaissance crasse de l’urbanisme comme de la topographie. Souvenir de leur éblouissement d’étudiant , daté des années 80′? Il faudrait d’urgence leur dire que depuis -même aux States- des escadrons de spécialistes de l’urbanisme définissent d’autres visions comme plus durables ? Il faut pourtant leur reconnaitre un savoir-faire : peser sur la communication, du lourd ! Jambon carottes.

    Signaler
  9. kerozene kerozene

    19 enormes patrons de boutiques immobilières et tres financieres

    Signaler
  10. okcorral okcorral

    Quand j’ai vu les noms des 16 (quasiment tous dans l’immobilier directement ou indirectement), j’ai eu le même cri que vous “ils nous prennent vraiment pour des jambons”

    Et les politiques devraient s’insurger aussi car ces patrons leur jouent un bien mauvais tour à mon sens

    Bravo pour l’article

    Signaler
  11. eric scotto eric scotto

    En lisant votre exégèse, j’ai appris que Mécène était un grand cocu, le cocu d’Auguste quand même. J’espère que l’amour de l’art et de l’aide à la construction ne vient toujours pas de là.

    Signaler
  12. MIREMOND MIREMOND

    vous avez raison sur toute la ligne !! il n’y a rien de positif pour le bas peuple dans ce genre de démarches

    Signaler
  13. VieuxPort VieuxPort

    Bravo pour l’article.

    Signaler
  14. athe athe

    Pour l’instant, on est encore en République, et personnellement, je trouve que les entrepreneurs ont le droit de proposer ce qu’ils veulent; et je n’ai jamais pris le MEDEF pour une association de bienfaiteurs.
    Ce qui est vraiment lamentable, c’est que nos “responsables” politiques vendent, depuis trente ans maintenant, les intérêts de l’état à des groupes privés – et à tous les niveaux: Bruxelles évidemment, Paris bien sûr, et au niveau local également.
    Ce qui également lamentable, c’est que les médias, la télévision évidemment, mais aussi l’ensemble de la presse nationale, et nos feuilles de chou locales, ne remplissent pas leur fonction – trop de connivences, trop de compromissions, trop de conflits d’intérêt. Pour eux, la province – et Marseille en particulier – n’est qu’un immense réservoir de faits divers et de curiosités, de chiens écrasés et d’histoires de clocher. Et le reste frise la désinformation!
    Le jour, où le dernier quotidien aura mis la clé sous la porte, on dira évidemment que c’est le net qui a tué la presse… Ce n’est pas le net, c’est ce journalisme de connivence!
    Si nous sommes aujourd’hui dans la situation dans laquelle nous sommes, c’est bien parce qu’ ON a laissé faire le capitalisme financier, parce qu’ ON l’a encouragé, parce qu’ ON lui a déroulé le tapis rouge où ON pouvait (pour quelques avantages en retour, s’entend). Et évidemment, on dira que ce sont les patrons, les banques, le système néolibéral, qui ont tué l’économie française.
    Mais les vrais coupables sont nos responsables – politiques!!

    Signaler
  15. pellicani Christian pellicani Christian

    Bravo Pierre pour ce coup de gueule.
    Ces braves patrons devraient en premier chef se mettre à jour de leurs cotisations, Impôts, taxes. D’autre part ils sont tous subventionnés par l’impôt directement ou indirectement : par et sur le périmètre Euromed, par les commandes publiques, par les multiples DSP et PPP…
    Bel esprit d’entreprise que la socialisation des pertes et la privatisation des dividendes;

    Signaler
  16. borneo borneo

    2€ de l’heure ? heureux marseillais
    Sur Bordeaux on serait plutôt à 3€ voir 3,5€
    Il est vrai que Juppé c’est le meilleur

    Signaler
  17. druide67 druide67

    ras le bol de ces magouilleurs qui grossissent sur le dos des contribuables.
    C’est le loup déguisé en agneau, et ce ne sont certainement pas nos élus corrompus qui vont chasser le loup.

    Signaler
  18. jorkybob jorkybob

    Puisque le dernier qui parle a toujours raison, alors continuons à gober bêtement les positions des uns et des autres sans chercher à savoir si, par hasard, il n’existerait pas une autre version des faits.
    Bien entendu ces 19 chefs d’entreprise ne sont pas des philanthropes. En même temps, lorsqu’on sait qu’ils investissent des centaines de millions d’euros sur la zone d’Euroméditerranée, on peut aisément comprendre qu’ils attendent en plus d’un retour sur investissement confortable, une participation active de toutes les émanations de notre belle République : la ville (environ 10.000 employés), la CUM (environ 1.000 employés) et Euroméditerranée (environ 60 employés). Cette dernière est je vous le rappelle une opération d’intérêt national visant à transformer Marseille en une métropole économique puissante en ce début de millénaire.
    Alors que demandent ces patrons, c’est assez simple, quelques exemples :
    – les promoteurs ont l’obligation de créer des parkings souterrains (qui sont dans l’eau dans la Cité de la Méditerranée et coûtent donc au moins 2 x plus cher qu’un parking classique mais ne sont pas vendus 2 x plus cher) mais est-ce que la ville fera ce qu’il faut pour empêcher le parking sauvage ;
    – la ville veut des tours parce que voir les croisiéristes arriver à Marseille en étant “guidé” par une skyline comme à San Francisco ou Barcelone les fait rêver mais assure-t-on la sécurité des emplois de bureaux créés, des nouveaux arrivants qui vont se loger dans le 2è et le 3è – ceux-là même qui font faire vivre ce quartier ;
    Tout n’est donc pas tout blanc ou tout noir. Les politiques doivent faire face aux enjeux économiques qu’ils portent. A Lyon, une nouvelle tour de bureax va s’élever pour accueillir le siège national de la SNCF. Qui a vendu le projet ? Le maire en proposant un terrain pour accueillir le nouveau centre de formation de la SNCF. Marseille n’en a pas voulu.
    Il existe bien d’autres enjeux que les PPP, n’oublions pas que l’opération d’Euroméditerranée repose sur un principe simple : pour un euro de l’état, un euro d’inverstissement privé. Alors allons-y et cessons de cracher sur Marseille, cette ville est belle et ne demande qu’à devenir la capitale de la Méditerranée.
    Pour finir, voir écrit dans cet article des mots comme “police privée” est une honte pour la démocratie. Dans quel pays croyez-vous vivre aujourd’hui ? En êtes-vous arrivé à croire que notre liberté est à ce point mise en danger ? Les élections de 2012 nous montreront certainement que les français veulent que ça change mais jusqu’à ce jour, nous vivons dans un beau pays endetté certes, mais un beau pays.
    Restez éveillé, écoutez tous les avis et ne vous compremettez pas dès qu’un agitateur vous fait croire qu’il détient la vérité absolue.

    Signaler
  19. Casanovette Casanovette

    19 Patrons sur une tournante. La violée ? Marseille ! Mais c’est bien connu … c’est une ville de mauvaise vie … Ils en sortirons grandi !

    Bravo Pierre, pour votre article. Il le faut.

    Signaler
  20. poalagratter13 poalagratter13

    Trés bonne analyse critique. Cependant, je dois vous alerter que si vous devez pondre un article chaque qu’on nous prend pour des jambons via La Provence, vous n’avez pas fini d’écrire…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire