Une cellule de prévention de la radicalisation à Miramas

Affut
Bref
Julien Vinzent_
6 décembre 2017 0

C’est une première dans les Bouches-du-Rhône, appelée à faire école. Le maire de Miramas Frédéric Vigouroux (PS) et le préfet de police Olivier de Mazières ont installé mardi la première cellule municipale d’échange sur la radicalisation. « L’intérêt des cellules est de prendre les signes de radicalisation au début, quand on peut les traiter non pas forcément sous l’angle policier mais aussi sous l’angle social », a justifié ce dernier selon l’AFP. Or, « il n’y a que les services municipaux, le maire qui puissent nous renseigner là-dessus ».

Pour l’instant mis en place dans « quelques villes françaises », ce dispositif qui prévoit notamment des formations pour les agents municipaux devrait être étendu à neuf autres communes du département, « avec l’assistance d’un cabinet spécialisé mandaté
par la préfecture de police », précise cette dernière dans un communiqué.

0
commentaires
Source : AFP

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire