Un audit confirme le bidouillage des statistiques de la délinquance à Marseille

Gonflé
Bref
le 13 Nov 2019
2

Une « interprétation erronée » d’une « note de service ». C’est l’explication d’un audit commandé par le ministère de l’Intérieur sur les bizarreries des statistiques de la délinquance à Marseille. Révélé par le Canard enchaîné, ce document fait suite à des critiques émises par des policiers dans un article du même hebdomadaire, en novembre 2017. Quelques mois plus tard, la direction centrale de la sécurité publique a donc reçu une confirmation : il y a bien une « minoration des faits délictuels de délinquance de voie publique » via des qualifications revues à la baisse de certains vols ou agressions.

À la tête de ce service, on trouve aujourd’hui Jean-Marie Salanova, à l’époque… directeur de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône (DDSP). Laquelle avait jugé l’article du Canard enchaîné « à côté de la plaque ».

Source : Le Canard Enchaîné

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Zumbi Zumbi

    Je suppose que si on arrivait à obtenir des chiffres officiels sur la police municipale, ses effectifs réels, ses compétences et son temps de travail réel, ce serait aussi rigolo.
    Un estranger me posait récemment la question : comment se fait-il que lorsqu’il y a un gros chantier dans cette ville il n’y ait JAMAIS, et je lui ai confirmé que c’était JAMAIS, un seul flic pour réguler la circulation ? Résultat : deux imbéciles passent quand ce n’est pas leur tour au rond-point de Castellane ou au début du Prado, et la ville sera embouteillée jusqu’à la Valentine. Contribution non négligeable aux milliers d’heures de travail perdues, à la montée des tensions, au gaspillage énergétique et bien sûr à la pollution de l’air que nous respirons. Il suffirait de deux ou trois flics aux bons endroits… mais l’idée de se coordonner pour se rendre utile aux citoyens n’effleure pas nos édiles à la sécurité, juste intéressés par l’achat à prix d’or de caméras videos qui tombent en panne aux moments opportuns (hein, l’iGPN ?).

    Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Quelle bizarrerie de toujours vouloir présenter les choses telles quelles ne sont pas.
    Marseille est une ville violente pourrie par la drogue, la petite délinquance et les incivilités.
    Plutôt que de vouloir masquer la réalité, attaquons la. Le véritable courage politique c’est cela.
    Mais vu l’exemple qui vient d’en haut, dur à tenir.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire