Nouvelle décision du tribunal de commerce le 3 juillet pour Bernard Tapie

Rebelote
Bref
Julien Vinzent_
15 Mai 2018 0

Bernard Tapie peut-il rester aux manettes de ses sociétés, notamment le groupe La Provence, malgré les 404 millions d’euros qu’il doit rembourser dans le cadre de l’affaire Adidas – Crédit Lyonnais ? Le tribunal de commerce de Paris se prononcera une nouvelle fois sur cette question le 3 juillet. Lors de l’audience, lundi, l’homme d’affaires est venu plaider en personne en dépit de son cancer de l’estomac, rapporte l’AFP. Selon ses avocats, il a a dénoncé l' »acharnement » de ses créanciers et mis en avant ses projets pour le journal La Provence.

En avril, la cour d’appel de Paris avait annulé un précédent jugement du tribunal de commerce qui validait le plan de sauvegarde présenté par Bernard Tapie. Celui-ci lui permettait d’étaler sur six ans le remboursement de sa dette. Le parquet réclame pour sa part la liquidation pure et simple, estimant que la capacité de Bernard Tapie d’honorer ce plan n’est pas crédible.

0
commentaires
Source : AFP

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire