Les agents de propreté de la RTM dénoncent leurs conditions de travail chez Laser

Conflit
Bref
le 31 Mar 2023
3
Les rames du métro marseillais. (Photo : Tom Bertin)
Les rames du métro marseillais. (Photo : Tom Bertin)

Les rames du métro marseillais. (Photo : Tom Bertin)

Au tour de la RTM. Les agents de propreté des rames de métro de la régie des transports métropolitains menacent de se mettre en grève ce week-end pour dénoncer leurs conditions de travail. Ils reprochent à l’entreprise Laser, qui détient le marché, un climat délétère et des pressions, rapporte La Provence. Une cinquantaine d’agents se sont réunis hier midi à la station de la gare Saint-Charles pour faire entendre leur message. 

La société de nettoyage avait déjà dû faire face à une grève de son personnel officiant à l’agence régionale de santé (ARS) il y a un an pour des raisons similaires. La mobilisation de 80 jours avait alors débouché sur la rupture du contrat par l’ARS. Cette nouvelle initiative menée par la confédération autonome du travail (CAT) vise à “interpeller [la] direction sur la manière dont sont traités les agents”, précise le secrétaire national Kamel Djeffel, dans les colonnes du quotidien.

Source : La Provence

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e © Electeur du 8e ©

    Les salariés de cette entreprise font partie de ces fameux “travailleurs de la deuxième ligne” qu’il avait été question de mieux reconnaître et de valoriser à l’issue du premier confinement dû au covid : avec d’autres, ils étaient restés à leur poste (https://ceet.cnam.fr/le-ceet/evenements-actualites-du-ceet/remise-du-rapport-de-reconnaissance-et-de-valorisation-des-travailleurs-de-la-deuxieme-ligne–1304275.kjsp).

    Une belle promesse qui est restée lettre morte. Dans le secteur du nettoyage, comme dans celui du gardiennage, les donneurs d’ordres choisissent toujours les sous-traitants les moins chers. Ce sont les salariés de ces derniers qui paient la facture : salaires minables, conditions de travail dégradées, et l’impression de ne même pas exister aux yeux de la société.

    Signaler
  2. Marc13016 Marc13016

    Même problème que les agents d’accueil du MUCEM, décrit dans un récent article de MARSACTU : la sous-traitance … Méthode facile pour évacuer les questions RH pour les donneurs d’ordre. “Pas notre cœur de métier”, disent ils, donc on n’embauche pas.
    Résultat : du “sous-prolétariat” à foison dans la propreté, le gardiennage, la sécurité, l’accueil (y compris téléphonique d’ailleurs).
    Et si ça dispense ces même donneurs d’ordre de la gestion RH de ce personnel, ça les soulage aussi d’un budget bien supérieur à l’équivalent des salaires qu’ils paieraient si ledit personnel était internalisé. Mais le confort, ça n’ a pas de prix …

    Signaler
    • jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

      le nucléaire aussi…!

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire