L’avenir de la Sncm se joue à Ajaccio aujourd’hui, loin de Marseille

Mat_
23 mars 2012 0

C'est à Ajaccio, au siège de l'assemblée territoriale corse, que se joue depuis hier et jusqu'à aujourd'hui l'avenir de la Sncm. Une nouvelle délégation de service public est en discussion, et qui devrait réduire de façon substantielle les 74 millions d'euros de subventions versés chaque année à l'armateur marseillais. Si les élus corses votent intégralement le rapport de Paul Giacobbi, le président exécutif radical de gauche de l'assemblée, la Sncm pourrait sombrer. Les débats ont duré très tard dans la nuit, et  malgré quelques amendements à cette nouvelle DSP, la "situation resterait " toujours préoccupante" selon un proche du dossier. On en saura plus dans le milieu de la journée. En attendant, les responsables politiques et économiques marseillais , jusqu'à présent absents de ce dossier commencent à se réveiller. Ils ont sans doute compris qu'on pouvait se diriger vers un scénario à la Seafrance, la Sncm représentant plus de 2000 emplois , dont la majorité ici, sans compter les emplois indirects. Jacques Pfister le président de la Chambre de Commerce de Marseille,  interrogé il y a deux jours lors d'un point presse s'est déclaré " très inquiet" et a jugé "scandaleuse" l'offre de Véolia de proposer la Sncm pour 1 euro à la collectivité corse. Un Pfister qui marche néanmoins un peu sur les oeufs sur ce dossier car un des ses vice-président est Marc Reverchon, le Directeur Général de la Méridionale. De son côté Roland Blum, le Premier adjoint de Gaudin , notamment en charge des affaires économiques, et son représentant au conseil de surveillance du Grand Port maritime est monté au créneau ce matin dans la Marseillaise. Si le toujours-très-coutois Blum a jugé lui aussi la proposition à 1 euro de Gérard Couturier le président du conseil de surveillance de " pas sérieuse", et c'est fait l'avocat qu'il est de la "continuité territoriale" dénonçant au passage la Corsica Ferries qui grâce à son pavillon italien représenterait une forme de concurrence déloyale. Pour une fois Blum semble être sur la même ligne que la Cgt, qui n'est plus "le cancer du port". On espère que cette "union sacrée" ne sera pas trop tardive, Roland Blum annonçant qu'il allait bientôt avec "Monsieur le Maire" rencontrer "Monsieur Giacobbi". Dommage qu'il n'y est pas pensé plus tôt. 

0
commentaires

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire