La Villa Méditerranée accueillera une réplique de la grotte Cosquer

PRÉHISTORIQUE
Bref
le 8 Déc 2016
8

Un casino ? Un parlement de la Méditerranée ? Cet après-midi, Christian Estrosi (LR) a finalement dévoilé le choix du conseil régional pour la reconversion de la Villa Méditerranée : une reproduction à 90% de la grotte Cosquer, découverte en 1985 par un plongeur près du cap Morgiou. Accessible par un tunnel de 175 mètres de long dont l’entrée est à 37 mètres de fond, elle abrite des dizaines d’œuvres peintes il y a 19 000 et 27 000 ans, notamment des pingouins et des mains négatives. Elle est interdite au public par mesure de protection.

En 2011, la ville de Marseille imaginait l’accueillir dans le fort d’Entrecasteaux, sur la rive Sud du Vieux-Port. Mais ce projet coûteux avait été abandonné un an plus tard, malgré l’enthousiasme de l’architecte André Stern. Le conseil régional table sur un budget similaire de 20 millions d’euros pour l’adaptiation du bâtiment réparti à moitié entre collectivités locales et partenaires privés, avec une fréquentation espérée de 500 000 visiteurs par an.

Dès son arrivée à la tête de la région, Christian Estrosi avait fait de la villa un enjeu important. Voulu par l’ancien président socialiste Michel Vauzelle (PS) et construit pour 70 millions d’euros, le porte-à-faux du J4 coûte 4,5 millions d’euros en fonctionnement à la collectivité régionale qui en a confié la gestion à un groupement d’intérêt public, l’Agence des villes et territoires durables de Méditerranée (Avitem). L’ex-patron de la région le voyait comme un lieu de « softpower » devant servir à rapprocher les peuples de Méditerranée. Mais Christian Estrosi n’a jamais suivi la voix tracée par son prédécesseur : « Je n’ai jamais été convaincu par le fait que la région ait investi dans un bâtiment qu’une collectivité comme la nôtre n’a pas vocation à administrer », a-t-il expliqué.

La longue liste des projets écartés

Le choix dévoilé ce jeudi est avant tout un choix économique devant soulager les finances régionales. Après un audit, gardé secret, d’autres projets ont été écartés. Christian Estrosi en a dressé une longue liste : « une villa Méditerranée 2.0, une cité du vin, un centre de colloque, un centre d’art, une villa internationale, qui souffraient d’un fort deficit d’exploitation, une vitrine de la Provence qui souffrait d’une forte concurrence sur le territoire, un centre commercial de produits de luxe dont le montage était complexe, un musée des séries, un centre multimédia, un palais du futur dont le fonctionnement était aussi déficitaire ».

Après s’être rapproché du ministère de la Culture pour s’assurer de la faisabilité du projet, il a donc retenu la réplique de grotte qui pouvait se prévaloir, avec les répliques de Chauvet et de Lascaux, d’un modèle économique éprouvé. « Si la grotte Chauvet, c’est 600 000 personnes au fond de l’Ardèche, viser 500 000 personnes sur cette esplanade me paraît tout à fait raisonnable », a expliqué le président délégué de la région, Renaud Muselier (LR).

Le gestionnaire, qui pourrait être retenu en octobre 2017, verserait un loyer au conseil régional et ce dernier serait intéressé sur les ventes. D’ici là, Christian Estrosi a indiqué être ouvert à la proposition de Michel Vauzelle d’y accueillir le siège de l’assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM). À charge pour lui de convaincre cette structure internationale de partir de Malte et surtout de prendre en charge les frais de fonctionnement du bâtiment, ce dont doute Christian Estrosi. « Je pense qu’il y a peut-être plus de chances de ne pas réussir que de réussir », a-t-il lâché alors que Michel Vauzelle se montrait très optimiste quelques heures plus tôt. Date butoir : la rencontre de l’APM à Porto, mi-février prochain.

Ci-dessous le discours de Christian Estrosi qui détaille le projet Cosquer :

 

Julien Vinzent (avec Jean-Marie Leforestier)

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Regard Regard

    très bonne initiative pour Marseille et qui mettra un terme à la gabégie financière de la Villa Vauzelle !!!

    Signaler
  2. Tarama Tarama

    Je ne sais pas si c’est le bon endroit, mais il était grand temps de faire quelque chose avec la grotte Cosquer.

    Signaler
  3. Hervé Hervé

    Oui, choix judicieux. Ce n’est pas tous les jours, réjouissons-nous-en !

    Signaler
  4. VitroPhil VitroPhil

    Loger une grotte paléolithique dans un porte à faux post-moderne, il faut oser!

    L’annoncer deux jours avant l’inauguration de Lascaux 4 , c’est un coup de com.

    Signaler
  5. Victor Solal Victor Solal

    Pourquoi pas.
    Une question cependant : depuis 1995 le projet de réplique de la Grotte Cosquer est une arlésienne que les différents édiles sortent régulièrement du chapeau à point nommé, les élections approchant. En attendant le projet « Grotte Chauvet » est sorti de terre depuis bien longtemps alors que sa découverte est bien postérieure à celle de Cosquer. Qu’en est-il réellement de ce nouveau projet, le président de Région n’ayant pas évoqué la question d’un concours dans son dicours ? Peut-on vraiment croire qu’il s’agit d’autre chose que d’un coup de com ?

    Signaler
  6. Herve Menchon Herve Menchon

    C’est un fake?
    Les dimensions de la partie émergée de la grotte Cosquer sont considérables. La structure porteuse du bâtiment de Boeri devrait alors être fortement modifiée, pour une copie partielle, entrainant un coût équivalent à la construction d’un Cosquer bis complet dans un site adapté.
    Une gabegie chasse l’autre …

    Signaler
  7. toine toine

    Le projet de réplique de la Grotte Cosquer est séduisant même s’il semble avoir un coût important (20 millions d’euros).
    Quant au Parlement de la Méditerranée, ce serait sans nul doute une bonne nouvelle pour Marseille de l’accueillir. On pourrait dès lors penser à le localiser dans un des immeubles de bureaux d’Euroméditerranée!

    Signaler
  8. CAN. CAN.

    Mieux vaut tard que jamais pour faire de cet ovni un ouvrage dédié à la mer vu sa situation.
    Allez si on veut optimiser davantage en cohérence ! Quelques idées :
    -Un musée dédiée aux activités sous-marine dont Marseille est le berceau et dont les éléments sont partis à Brest – Les anciens de la COMEX seraient certainement ravis de pouvoir y contribuer.
    – Une salle d’expo, quelques bureaux et une salle de conférence pour le Parc National des Calanques.
    Au fait, c’est combien le QI moyen à Marseille ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire