Extrême-droite : le Bastion social aixois forcé de déménager

Ecarté
Bref
Jean-Marie Leforestier
12 Juin 2018 0

C’est le premier adjoint Gérard Bramoullé qui a dévoilé l’information en conseil municipal d’Aix-en-Provence ce lundi selon des propos rapportés par La Provence. Le Bastion social, mouvement inspiré des néo-fascistes italiens de la Casa Pound va bientôt devoir quitter le local qu’il louait baptisé La Bastide et situé au 39, rue Mignet. Selon nos informations, les copropriétaires ont été informés d’une rupture de bail qui conduirait à la fermeture du local dans le courant de l’été.

Les riverains avaient déposé de multiples plaintes pour des nuisances contre ce local. Relayées par un courrier de la maire d’Aix-en-Provence, elles ont donné lieu à l’ouverture d’une enquête de police, a confirmé à Marsactu le procureur de la République d’Aix-en-Provence Achille Kiriakides. “On reste dans le domaine des incivilités”, a-t-il précisé.

Le 31 mai, un militant du Bastion social a été condamné à un an de prison dont huit mois avec sursis après une agression islamophobe survenue après une manifestation du mouvement.


A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire