Complément d’enquête retrace l’histoire du “clan” Joissains

Vu sur le web
Bref
Julien Vinzent_
9 Mar 2018 5

Ça commence comme une partie de cache-cache. Au courant de la présence d’une équipe de l’émission de France 2 Complément d’enquête au conseil municipal d’Aix-en-Provence du 1er février, Alain Joissains n’occupe pas sa place habituelle, à quelques mètres de sa femme Maryse, qui préside la séance, où assiste aussi sa fille Sophie en qualité d’élue.

“Le pouvoir en famille”, thème du reportage diffusé jeudi (et visible ici, le volet aixois est à partir de la dixième minute), Maryse Joissains n’y voit pas d’anomalie. “Lorsqu’un boucher prend la suite de son père, on ne dit rien. Pareil pour les avocats. Dans tous les corps de profession, vous avez des gens qui ont leurs enfants qui font la même chose. C’est pas anormal, c’est pas malhonnête. Ce qui est malhonnête c’est lorsque la personne ne travaille pas.”

Nommé directeur de cabinet après l’élection de Maryse Joissains en 2001, Alain Joissains a depuis vu son contrat annulé par le Conseil d’État pour cause de rémunération trop importante. Déroulé par Lucien-Alexandre Castronovo, élu d’opposition qui a porté l’affaire, ce dossier est complété par des images d’archives de 1978, la première élection du “clan” à la tête de la Ville, puis la chute d’Alain Joissains, emporté par une condamnation pour abus de biens sociaux.


A la une

Les habitants de Bel horizon craignent de voir leur tour disparaître
Les gilets jaunes flottent aux fenêtres et balcons de cette grande tour inélégante qui sert de fanal de l'entrée de ville, entre Saint-Lazare et...
Le stadium d’athlétisme Miramas, 22 millions d’euros mais pas de projets
Si vous êtes au village de marques, vous n’avez qu’à traverser la rue. C’est à Miramas, dans une zone moitié résidentielle moitié en friche,...
Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville
Ce n'est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de...
Pour les évacués de la rue d’Aubagne, un retour espéré mais sans calendrier
Rue d'Aubagne. Plusieurs riverains, valises vides en mains, sont escortés par les pompiers vers leurs logements. Sans avoir de date de retour, les habitants de...
Jean-Luc Ricca : avec la Scancar “le taux de personnes qui payent est passé de 30 à 85%”
Le 1er janvier 2018 a eu lieu une réforme du stationnement payant, qui a eu des impacts différents selon les choix des communes pour...
Recours et fantasmes du “prince saoudien” : la CCI peine à s’ancrer sur le Vieux-Port
Trois mois après, encore cette accusation de vouloir "faire du pognon". Parmi les plaisanciers de l'anse de la Réserve, 190 anneaux sur le Vieux-Port,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    L’argument de Madame Joissains est exactement celui qui a été utilisé à droite pour défendre la PME familiale Fillon il y a un an (http://www.bfmtv.com/politique/bussereau-si-l-on-interdit-aux-politiques-d-employer-leurs-conjoints-il-faut-le-faire-pour-les-epiciers-et-les-bouchers-1092743.html). Il ne semble pas que les électeurs l’aient trouvé crédible.

    Madame Joissains est bien une politicienne à l’ancienne : elle ne fait aucune différence entre le petit entrepreneur qui engage ses moyens personnels dans son affaire, et le clanisme politique qui vit d’argent public. Mais si elle “n’y voit pas d’anomalie”, il n’en est pas de même des électeurs. Ceux-ci n’en peuvent plus des dynasties politiques qui confisquent les mandats sans rien demander à personne.

    Signaler
  2. LaPlaine _LaPlaine _

    Emblématique de cette vieille classe politique qui considère l’engagement politique comme un métier, transmissible de mère en fille, en cousins, en neveu, nièces etc etc. Effectivement madame Joissains oublie de préciser qu’il s’agit là d’argent public et pas du chiffre d’affaires généré par une activité commerciale. Espérons que ces dinosaures politiques, dont la morale se réduit à leur propre conception des choses, vont progressivement disparaître du paysage. On en a soupé de ces roitelets nuisibles à l’évolution de nos sociétés.

    Signaler
  3. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Je pense même que si madame Joissains possédait un chien elle l’aurait salarié à la mairie d’Aix , c’est pour dire.

    Signaler
    • PromeneurIndignéPromeneurIndigné

      Elle en possédé un ,mais elle ne l’a pas recruté

      Signaler
  4. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Un oubli sans doute.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire