Clash Miron/Chamassian au conseil municipal

Bref
le 10 Déc 2012
0

Une fois n'est pas coutume, le conseil municipal semblait se dérouler sous des auspices cordiaux entre majorité et opposition, ce lundi. En tout cas, avant que le conseil n'aborde la question de la politique sportive de la Ville et de son ambition de se porter candidate au label de capitale européenne du sport. Pour le groupe Faire gagner Marseille, Pascal Chamassian se lance dans une analyse détaillée des dépenses effectives de la Ville de Marseille en termes d'équipements sportifs. L'intervention est longue et argumentée.

Le maire demande à l'adjoint aux sports Richard Miron de lui répondre dans le détail. Habitué des sorties fracassantes, Richard Miron commence à tailler un costume sur-mesure à l'orateur précédent : "On ne le voit pas beaucoup, monsieur Chamassian, ni au bord des terrains de sports, ni au sein des clubs sportifs. D'ailleurs, on ne le voit nulle part, à part ici à ouvrir sa grande bouche. De toute façon, il n'y a que ça qu'il sait faire". Aussitôt, les travées socialistes s'emportent. Le président du groupe, Patrick Mennucci, demande à prendre la parole. Le maire n'obtempère pas et Richard Miron continue son discours tandis que le charivari augmente. Le maire finit par accéder à la demande de l'opposition et donne la parole à Patrick Mennucci : "Au sein du conseil municipal, les débats ne sont pas fraternels et c'est normal. Quand j'entends caisse claire, je réponds disque rayé et je m'en fiche. En revanche, dire de Monsieur Chamassian, sa grande bouche, je trouve que cela mérite d'être retiré. Je ne crois pas qu'ici les gens s'insultent".

Le maire ne se démonte pas et soutient son élu : "Ces mots que vous dites, personne ne les a entendus sauf vous". Il n'en faut pas plus au groupe Faire gagner Marseille qui décide collectivement de quitter l'hémicycle. Le conseil municipal se poursuit avec les Verts et les communistes comme seules forces d'opposition. Il reste 50 élus pour voter la bonne centaine de rapports encore à l'ordre du jour. Le quorum n'est atteint que parce que le maire est comptabilisé comme les autres élus. C'est ce qui s'appelle finir un conseil en eau de boudin.

Actualisation mardi 11 décembre :  Dans un communiqué rendu public, le conseiller municipal socialiste Pascal Chamassian a demandé des "excuses publiques de la part de Richard Miron" l'adjoint aux sports de la Ville. "Le Maire de Marseille doit aujourd'hui jouer son rôle d'arbitre et sanctionner son adjoint. M. Gaudin, dit de ne pas avoir entendu les propos outranciers et insultants de M. Miron. Soit, mais l’arbitrage vidéo est aujourd’hui utilisé en sport, y compris après des agressions caractérisées. Le Maire de Marseille dispose de toutes les images pour agir en conséquence. En tant que gardien de la démocratie et du fair play dans le conseil municipal, j’attends de M. Gaudin  une condamnation sans réserve des propos insultants de son adjoint et des excuses publiques de celui-ci à mon endroit."

Esther, arbitrage vidéo :  

 


R. Miron à propos de P. Chamassian : "ouvrir sa… par marsactu
 

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire