Autant de bactéries plage du Prophète le 12 juin qu’à la sortie de l’émissaire de Cortiou

Sale
Bref
Lisa Castelly
20 Juin 2019 4

La grande valse des fermetures de plage pour cause d’eau polluée a déjà commencé, en même temps que sont arrivées les températures estivales. Et à la plage du Prophète, la situation est particulièrement préoccupante, avec cinq jours de fermeture depuis le 1er juin, souligne 20 Minutes. Les résultats d’analyses publiés par la Ville pour le 12 juin sont alarmants : pour la bactérie Escherichia coli, liée aux déjections humaine et animale, on constate 15 199 UFC (unité formant colonie) pour 100 ml, quand une eau de « bonne qualité » ne devrait en contenir que 100 UFC/100 ml.

Le quotidien a soumis ces résultats d’analyses à Valérie Michotey professeure d’écologie microbienne à l’institut méditerranéen d’océanologie d’Aix-Marseille université. Cette dernière est formelle : « Des valeurs comprises entre 10 000 et 15 000, c’est ce que nous relevons à la sortie de l’émissaire de Cortiou [sortie de la station d’épuration de Marseille] où la baignade est bien sûr interdite ». « Pour trouver de telles valeurs c’est qu’il s’est passé quelque chose », estime-t-elle.

Interrogée par 20 Minutes, la conseillère municipale déléguée à l’hygiène, Monique Daubet, avance une explication : « Un particulier a vidangé sa piscine dans le réseau d’eau pluviale, ce qui a contaminé l’eau. Vous savez, avec une piscine non nettoyée, on peut atteindre ces chiffres. Une mise en demeure a été adressée à ce particulier » et une entreprise, elle aussi mise en demeure, aurait vidangé des eaux usées dans les eaux pluviale. « Ce ne sera pas la saga de l’été », veut en tout cas croire l’élue. « Les gens devraient nous dire bravo. Nous ne sommes pas obligés de procéder à ces analyses préventives quotidiennement, mais nous le faisons », se félicite-t-elle en tout cas.

Source : 20 Minutes

A la une

[Ô mon bateau] L’astuce risquée du « 51/49 » pour récupérer une place au port
51/49. Le terme sonne comme une astuce, de celles qui se soufflent d'un air entendu sur les forums de voileux. Et en apparence c'en...
Comment le Mucem s’est retrouvé sur le maillot de l’OM
Un terrain de foot sur le toit du Mucem. L'image est un peu inhabituelle. Pour sa deuxième année comme équipementier de l'Olympique de Marseille,...
Saïd Ahamada (LREM) tente de sortir du peloton sur la route des municipales
Saïd Ahamada ne veut plus attendre. Mercredi, le député LREM de la 7ème circonscription des Bouches-du-Rhône et candidat à l'investiture de son parti pour...
L’État remet à plus tard le sauvetage de l’étang de Berre au bord de l’asphyxie
"Faut-il réhabiliter l'étang de Berre ?". Alors que l'état alarmant du site ne fait plus de doute (lire notre article), l'État vient de remettre...
L’éditorial de FOG qui fâche Bruno Gilles… et les journalistes de la Provence
Au sein des colonnes de La Provence, la plume de Franz-Olivier Giesbert, alias FOG, directeur éditorial du titre depuis 2017, va et vient avec plus...
Travaux ferroviaires sur la ligne Marseille-Aix : « modernisation » ou « projet dément » ?
Les voyageurs entre Marseille et Aix, et au delà vers les Alpes, verront-il un jour un service cadencé, à la régularité irréprochable comme cela...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. julguetrejulguetre

    “Les gens devraient nous dire bravo. Nous ne sommes pas obligés de procéder à ces analyses préventives quotidiennement, mais nous le faisons” Elle est sérieuse cette élue ???!!!!!!

    Signaler
  2. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Et voici qu’apparaît en pleine lumière une « conseillère municipale déléguée à l’hygiène » restée injustement méconnue pendant tant d’années. A l’entendre, cette Monique Daubet semble de la trempe d’une Casanova ou d’un Miron.

    Sérieusement, y a-t-il dans cette équipe nullicipale quelqu’un pour relever le niveau, hormis le Dr Padovani ?

    Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      Une question plus sérieuse : je croyais qu’à l’émissaire de Cortiou, la pollution résiduelle des eaux rejetées était pour l’essentiel une pollution chimique dissoute, et que la station d’épuration traitait les autres pollutions, en particulier la pollution microbiologique.

      Notre station est-elle aux normes si elle rejette une sorte de jus de fosse septique ? Qu’attend-on, ses rejets aboutissant tout de même dans un Parc National, pour la compléter par les traitements nécessaires pour épurer totalement l’eau ? « M’en fouti » ?

      Signaler
  3. petitvelopetitvelo

    Le lien entre une piscine et un fort taux de Escherichia coli ne semble pas du tout évident, 20 minutes aurait bien fait de vérifier la plausibilité de cette affirmation !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire