L’urinoir féminin, premier pas vers une ville pour tous? [Chicane#10]

Billet de blog
le 15 Jan 2020
0

Lapee est un urinoir transportable et écologique créé pour faciliter l’accès aux WC pour les femmes.

Attente, propreté douteuse, souvent payants et en nombre insuffisant, les toilettes publiques ne répondent pas au besoin de tous en ville. En 2009, Julien Damon, professeur d’urbanisme à Sciences Po Paris, concluait à partir de ces observations que : « l’évolution des WC […] est un thème important de la vie quotidienne, différenciant clairement les hommes des femmes ». Il aura fallu attendre que Gina Périer, architecte française installée au Danemark, remporte le concours Lépine en mai 2019 pour voir les premiers urinoirs féminins apparaître sur le marché : c’est le début de l’aventure Lapee.

Lapee, c’est quoi?

Un urinoir pour femmes offre d’abord un espace protecteur et propre à tous ceux qui ne pourraient pas uriner debout, par exemple les femmes et les transgenres. Il ne s’agit pas de confort mais d’efficacité. Hygiène, sécurité et rapidité étaient les trois impératifs de l’urinoir Lapee.

Lapee est né des réflexions de Gina et son associé Alexander Egebjerg, un architecte danois. Imaginé d’après les problèmes rencontrés par les femmes lors d’un festival en 2017, il leur est aussi bien adapté qu’aux sociétés de location de WC. Conçu sur le modèle des urinoirs masculins et fabriqué dans le même matériau, il est repérable de beaucoup plus loin… Grâce à sa couleur rose bonbon. En forme de trèfle il peut accueillir jusqu’à trois personnes simultanément. D’abord distribué au Danemark, son pays d’origine, le Lapee est apparu progressivement dans les pays occidentaux lors d’événements extérieurs et temporaires.

Les villes françaises l’adoptent

Toulouse est la dernière ville française à avoir fait appel aux urinoirs roses. A l’occasion d’un marathon, Emilion Esnault, conseiller métropolitain à la propreté, a voulu tenter l’expérience. Le but: encourager la parité face aux uritrottoirs, classiques lors de ce genre d’événements sportifs. Il attend aujourd’hui un retour d’expérience avant de considérer la question dans un sens plus global : celui de l’intégration à la ville.

Avec le design actuel, cela parait compliqué : il faudra d’abord passer par « beaucoup de pédagogie et de communication », confient les communicants de la ville rose. Ils insistent aussi sur l’importance d’éduquer la population à ce genre de dispositif. En misant sur l’efficacité et non le confort, il s’agit avant tout de repenser l’accès aux toilettes publiques en général.

Malgré certains a priori, « on a surtout énormément de messages de remerciement de femmes qui connaissent le problème, […] et comprennent complètement le projet » déclare Gina Périer. Alors, bientôt un Lapee dans votre ville ?

Manon Lallemand-Sacleux

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire