Le dispositif « journalisme en résidence », « un vrai retour au terrain » [Chicane #7]

Billet de blog
Chicane - Petit observatoire de controverses
17 Déc 2017 0

Lancé début 2016 par les pouvoirs publics dans plusieurs régions, le dispositif “journalisme en résidence” a pour but de rapprocher les producteurs d’informations des quartiers difficiles. Subventionné, un journaliste doit en échange former des jeunes: leur expliquer la manière de produire des informations tout en les incluant dans celles-ci. Lucas Roxo, fut l’un des premiers, à Roubaix.

Cet article provient du septième numéro de Chicane, le petit observatoire de controverses réalisé par les étudiants du master Métiers de l’information Sciences Po Aix/EJCAM, qui ouvre le débat sur les rapports entre les médias de proximité et les quartiers prioritaires. 

 

Quel est le but recherché par  le "journalisme en résidence" ?
 

L.R.: “Ce dispositif touche à la base la question de la prévention à la radicalisation. Le but est d’envoyer des journalistes dans les quartiers prioritaires pour rattraper en quelque sorte “les brebis égarées du troupeau”. La ville de Roubaix avait envie d’accueillir ce dispositif pour différentes raisons: l’intérêt du numérique et la rencontre avec les jeunes de quartier pour savoir comment on vérifie l’information, mais aussi la question de l’identité, de la représentation des descendants de l’immigration dans les quartiers populaires.”
 
La proximité est essentielle pour parler des quartiers prioritaires ?
 

L.R.: “Nous ressentons dans le métier une certaine forme de recul du terrain ces dernières années, en raison de la crise économique qui touche le milieu de la presse et des choix éditoriaux actuels. On ne se rend pas forcément compte, comment nos papiers affectent ceux et celles qui vivent les choses que l'on raconte. La résidence, en ce sens, est un vrai retour au terrain. 
Pendant la résidence on touche du doigt les raisons pour lesquelles les gens peuvent nous en vouloir, nous craindre mais aussi nous apprécier. On s'aperçoit de la manière dont les jeunes s'informent, qui peut être assez éloignée de la nôtre. Dans le milieu journalistique, on peut rapidement être enfermé et penser que tout le monde a une connaissance des médias ou une manière de s'informer comme la nôtre.”
 
Quelles sont les limites du dispositif ?
 

L.R.: “Il m’a manqué avant tout du temps. Il faudrait un calendrier mieux organisé sur le long terme pour continuer à toucher un public toujours aussi large et associer d’une meilleure manière peut-être les enseignants.
Ces dispositifs sont majoritairement aussi centrés sur les quartiers prioritaires, alors que l’on devrait le faire sur tout le territoire: il y a aussi bien dans certains quartiers à l’apparence plus aisée un rejet et un manque de confiance dans les médias traditionnels.”
 
Charles Antoine Nora

0
commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire