L’air de la Canebière fait du bien à Sabine Bernasconi

Billet de blog
Lagachon
20 Oct 2015 3

Quand j’ai découvert Sabine Bernasconi dans une réunion de CIQ, je ne savais pas prononcer son nom et je m’étais moqué tout en notant qu’elle avait fait une proposition pleine de bon sens pour améliorer la propreté du quartier. Depuis, elle est devenue maire de mon secteur (le 1/7) et j’ai appris à mieux la connaître. Pour tout dire, j’avais de gros a priori à cause de ses fréquentations (Tian, Moraine…) mais en l’écoutant avec attention depuis son élection, je fais mieux la part des choses. Voilà mon j’aime / j’aime pas avec Sabine Bernasconi, peut-être l’élue de droite la plus intéressante à la Ville.

Tout a commencé lors de l’affaire des drapeaux pendant le Mondial de foot, alors que l’autre niçois prenait des arrêtés illégaux, Marsactu lui demandait “Vous n’avez pas de souci avec des drapeaux algériens sur la Canebière ?” Réponse :

“Non. Je sais que c’est un point de crispation. Pour moi, c’est un moment de fête, c’est leur équipe. Quand l’US Endoume joue, moi je sors le drapeau rouge et noir, à chacun ses attaches. Si la France gagne je suis sûre qu’ils sortiront autant les drapeaux de la France. Par contre sur la proposition de loi de Guy Teissier, il ne faut pas tout mélanger. Dans une institution française qui représente la République, si on sort un drapeau d’une autre pays on peut se poser des questions. Mais là, ils soutiennent une équipe de foot, il faut pas aller chercher plus loin que ça…” (Marsactu)

Imaginez ma surprise ! Quand on est habitué aux diarrhées frénétiques d’une certaine Valérie B. (Marseille 12e), ce genre de réaction qui cherche à calmer les esprits et à mettre les choses en perspectives surprend dans le bon sens du terme.

Alors, ne nous enflammons pas, Madame Bernasconi a toujours des expressions malheureuses qui me font tiquer “La Canebière doit retrouver son identité“, “Vous n’allez pas venir sur la Canebière acheter un kébab” ou encore “il y a des pépites sur la Canebière avec notamment des appartements magnifiques à rénover. Beaucoup de choses ont été dénaturées”. Je ne crois pas à une nature ou une identité figée de la Canebière ou de quelconque autre lieu, je pense que tout cela évolue et que la soit-disant “reconquête du centre-ville” est un gaspillage de ressources qui détourne les décideurs d’un vrai plan d’urbanisme. La situation actuelle de la Canebière est perfectible, aucun doute là-dessus, mais on ne doit pas se poser la question en termes de propriétaires spoliés contre des squatteurs illégitimes. C’est un biais dangereux à tout point de vue.

C’est vrai qu’elle défend aussi l’hôtel des Feuillants qui reste de mon point de vue un acte ultra violent doublé d’une aberration économique. Pour autant, Madame Bernasconi sait aussi prendre de la distance avec cet objet autistique des élites marseillaises qu’est la reconquête du centre-ville. Là où on nous tartine les oreilles de lustre d’antan, elle propose une vision qui ne sent pas la naphtaline :

“Il n’y a pas de nostalgie dans ce que je vous dis. Aujourd’hui c’est retrouver cette identité culturelle mais la relancer avec des esthétiques d’aujourd’hui, on doit laisser place à tout ce qui concerne la création, l’art contemporain avec une place pour le numérique.” (Go-met)

Et puis il y a ses prises de position sur les activités nocturnes. Alors que la politique nocturne des Gaudin’s considère généralement la nuit comme tout ce qui va de 21h à 1h du matin, que Mennucci demande la fermeture des bars de l’Opéra à 2h, elle est la seule avec C.Pozmentier à défendre le droit d’ouvrir après 2h et la nécessité pour une grande ville d’avoir des lieux ouverts tard (mais vraiment tard) :

“Pourquoi on empêcherait les gens de s’amuser et de pouvoir manger en toute fin de nuit un bout au O’stop ou bien un plat de pâtes au Mas ? Parce que l’État n’assumerait pas ses missions régaliennes ?Cela serait une véritable démission” (La Provence)

Cette position est en accord avec son projet culturel et festif pour la Canebière qu’elle aimerait voir devenir le Broadway marseillais. Je pourrais me moquer de l’appellation mais pour une fois qu’une élue marseillaise à un projet à moyen terme qui ne manque pas d’ambition, qui admet qu’il va falloir du travail et que les choses viendront petit à petit, j’ai envie de dire chiche ! J’imagine tellement la Une de la Provence “Le Broadway marseillais : la Mairie prévoit l’ouverture de 10 salles de concert et 5 cinémas”, vous voyez, un truc de Las Vegas, trop gros, trop vite, trop tape à l’œil… qui se solderait 10 ans après par la fermeture de la seule salle qui aurait finalement ouverte. On est tellement habitué à ça que quelqu’un qui a l’air de prendre la mesure de la difficulté m’inspire confiance.

J’aime qu’elle veuille partir de l’existant pour proposer une avenue qui n’existe pas encore à Marseille, et pas un nouveau centre commercial (merci). J’aime qu’elle se rende compte que changer d’image c’est surtout changer l’expérience et pas faire de la communication. J’aime qu’elle envoie bouler le journaliste qui lui parle de sécurité “La police vous dirait que ce n’est pas sur la Canebière qu’il y a le plus de problèmes de sécurité”, merci, merci, merci ! Arrêtez de parler de la Canebière comme si c’était un coupe gorge ! Vous n’aimez peut-être pas voir la mixité qui y vit mais on n’a jamais vu un kébab attaquer une vieille !

Finalement, on a beau avoir quelques divergences de fond, je reconnais à la Maire du 1/7 une vision pour la Canebière qui a le mérite de la cohérence, mais aussi un style plus posé avec un soucis du long-terme. Bref, une personnalité politique qui tranche avec l’amateurisme et l’excès de ses collègues et opposants. Autant de motifs d’espoir et d’inquiétudes, selon si l’on approuve ou pas sa politique.

Lagachon
Lagachon… qu’es aco? A l’agachon veut dire aux aguets, le mot vient du provençal « agacha » qui peut vouloir dire regarder, observer… on l’utilise notamment à la pêche !


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Ouaouh, c’est presque une déclaration d’amour 😉

    Une question tout de même : un-e maire de secteur ayant à peu près les mêmes pouvoirs que la reine d’Angleterre, quand bien même Mme Bernasconi aurait une vision à moyen terme de l’avenir de la Canebière, aura-t-elle le poids politique et les appuis pour mettre en oeuvre ses idées sans se heurter au court-termisme et à l’amateurisme de ses petits camarades gaudinistes ?

    Signaler
    • Pour tout dire, j’ai failli terminer le billet comme ça.
      Merci

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire