Label équipe

Billet de blog
le 13 Jan 2023
0

Il y a un an, Jullien Arniaud créait Hey Bronco, un label 100 % phocéen qui héberge des artistes uniques aux sonorités rock indé. Loin du rocker ingérable, Jullien arbore une solaire quarantaine « open-minded » et bienveillante, dont le label embarque ses amis de toujours, ses enfants et sa femme Jiminy Cricket. Focus sur l’épopée très « Far West » de Hey Bronco, un label au triple galop.

Il n’y a pas de musicien chez Jullien, mais il y a une marraine. Elle se penche, très tôt, sur son berceau et l’accompagne, durant des années, vers son destin. Le petit Jullien est initié au piano. Puis la guitare arrive vite et déclenche la révélation professionnelle tandis que, petit à petit, le chant titille l’esprit et les cordes vocales. Sa carrière commence avec le groupe The Host, qui emmène ses protagonistes vers le Rhinoférock, en passant par des premières parties telles que Johnny Winter, Shaka Ponk, The Stranglers. L’histoire de The Host est rondement menée, loin des tumultes du showbiz, Jullien est déjà une force tranquille.

Lekø prend la suite de The Host, sous l’impulsion de Fabien Collet. Et c’est en jouant au Moulin, il y a deux ans, que les choses se précipitent. Jullien y œuvre déjà, notamment, en chant choral, mais c’est Thierry Calvier, accompagnateur des artistes du Moulin, qui va orienter les choses. Entre les deux hommes, le crush est instantané, et ne décroît pas. Thierry s’intéresse de très près à la carrière du musicien et lui propose, illico, de créer un label ; il devient le mentor de Jullien.

Naît alors une association que Jullien ne perçoit qu’entouré de ses proches, sans lesquels aucune navigation n’est envisageable. Ce point inspire le logo, tandis que Jullien nomme le nouveau label Hey Bronco.
Le nom symbolise les inspirations croisées de Hey Hey, My My de Neil Young et celles de Bronco, cheval indompté au caractère fougueux affronté par les cow-boys lors des rodéos.
Plus intimement, Bronco, c’est la vision de Jullien sur son fils et, plus largement, sur l’humanité. Jullien, lui-même, y voit sa nature de musicien guidé par le destin, opiniâtre et entêté. Maintenant qu’Hey Bronco est né, il faut définir sa couleur musicale et son esthétisme.

Après trente ans de musique, il est clair que la direction rock et folk indé, intégrant des inspirations très pointues, est la seule possible. La vie s’accélère, mais Jullien s’appuie sur sa famille dont la symbiose est sa propulsion. Brother Junior, un rock fébrile sans artifice, est le premier artiste du label. Il incarne l’authenticité et des univers très marqués, liés à la profondeur de l’artiste. Dans sa photographie, il y a des montagnes Appalaches et un univers prônant un rapport à la vie simple. Il y a un homme qui marche au milieu d’espaces sauvages avant de pousser la porte d’une cabane en rondins.

C’est américain et chaud comme le titre I Deserve Love. Rahwel (prononcer Raoul) et son univers « tellement puissant et beau », folk, sincère, candide et mature (et libéré, écouter Looming voices d’urgence) rejoignent vite le label. Jullien le découvre au détour d’un bel aléa de la vie, lors d’un concert en appartement. Il tombe en passion pour la galaxie du jeune homme. Hey Bronco érige, en étendard, une vision si tolérante du monde qu’elle ne relève pas du comportement mais d’une nature innée inaliénable.

Et il en va de même pour ces musiques blâmées à cause de ce qu’elles évoquent et non par ce qu’elles sont. À la country, raillée pour ses line-dancers séniors, il veut réattribuer ses lettres de noblesse en intégrant les inspirations d’éminents représentants comme Hank Williams ou Johnny Cash. Là où il y a du banjo, de la guitare, de la mandoline, Jullien exulte.

L’année 2023, c’est déjà deux nouveaux artistes sur le point d’intégrer le label. Multi-instrumentiste, Jullien est aussi présent avec ses artistes pour les porter à bout de bras que jouer avec eux, soudant les unions de manière encore plus forte.

Il est partout, Jullien, et fait tout lui-même. De la pochette des disques aux étiquettes Dymo qu’il colle lui-même en passant par les tirages photos et les documents que contient chaque EP, il confectionne même les fanions de feutre illustrant le label et c’est une vieille machine à écrire qu’il utilise pour les rédactionnels.

2023, c’est, aussi, le départ en tournée de Brother Junior et Rahewl. Pour commencer, dans toute la France, mais l’Angleterre se profile de plus en plus clairement. Vers le milieu de l’année, ce sera studio, pour fixer les nouveaux morceaux en anglais. Jullien chérit des thèmes tels qu’accepter d’être aimé, cette mort encore lointaine mais à laquelle la quarantaine commence à faire songer, ces sensations qu’on inspire et la trace qu’on va laisser…

Ses morceaux se comptent en joie humble et en chemin de vie comme l’illustre Buck up (remonte moral). Jullien est intense.
Avant cette année de feu, la grande soirée inaugurale du 9 décembre aura présenté le label officiellement. Un tas de groupes, de copains, d’artistes se seront retrouvés autour de rock, de folk, de chants choraux ou de bluegrass, dans une fête chaleureuse célébrant Hey Bronco.

Amarré au creux de notre bouillonnante Marseille, Hey Bronco incarne des valeurs qui se partagent et de la fraternité sincère.
Jullien entretient une éthique inviolable au sein de son label et affirme que faire avancer, c’est être mu soi-même, saluant la jeune génération pour son intense interaction. Longue vie à cette famille un peu rock n’roll et tellement attachante !

Pour en savoir plus : https://heybronco.com/

Jean Madeyski

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire