Commun printemps

Idée de sortie
Journal Ventilo
11 Mar 2016 1

« Derrière ce mannequin grotesque se cache l’hiver et tout ce qui nous a le plus irrité durant l’année précédente. Comme chaque année, il a été brûlé car le public mué en jury en a librement décidé ainsi. C’est un rite qui remonte à la nuit des temps, à Marseille comme à Cadix, Cologne ou Haïti », nous précise-t-on sur la communication.

Quinze ans après sa réapparition en centre de Marseille, il aura fallu une capitale de la culture pour que l’un des derniers rassemblements populaires du centre-ville (et l’une de des dernières grandes fêtes de quartier) titille les autorités.

Ainsi, en 2014 donc, les pompiers ont reçu l’ordre d’éteindre le bûcher du Caramentran, installé comme à son accoutumée sur la Plaine, et ainsi mettre un terme à la fête. Un tuyau percé plus tard et les lacrymogènes seront de sortie (en présence d’enfants). Heurts, arrestations et peine de prisons (dont une pour avoir éclaboussé un agent de police avec des œufs) auront ensuite tristement entaché l’histoire de l’un des grands Carnavals indépendants de France.

A l’ombre du MuCEM

Et ce, alors qu’à quelques encâblures, le MuCEM se félicitait d’une exposition autour des Carnavals et mascarades d’Europe et Méditerranée, donnant ainsi un bon aperçu de la mentalité dominante de la société dans laquelle nous baignons…

Indépendant, donc, le carnaval de la Plaine-Noailles ? Une belle particularité, à la manière de son cousin direct, le carnaval de Saint Roch à Nice, et bien d’autres. « Il s’organise de façon libre, en dehors de toute institution socioculturelle », précise l’historien marseillais Alèssi Dell’Umbria. Il ne s’agit pas ici de pratiques folklorisées, en représentation. Notre carnaval est sans artifice, même si tous y sont déguisésIl tourne en dérision la volonté de faire de Marseille une ville aseptisée, vidéosurveillée, fliquée, où il n’y a plus de place que pour des animations livrées clés en main par des professionnels et strictement encadrées. C’est l’irruption d’une vie incontrôlable ; c’est le Marseille ingouvernable, joyeusement indiscipliné, qui refait surface. »

identité populaire

Il s’agissait aussi au départ de réenclencher ce qui a de tout temps existé auparavant, dans un processus plus large de redéfinition d’une identité populaire marseillaise. Ces fameux particularismes, piétinés ou singés en caricatures depuis le début du siècle dernier.

Les mêmes que l’on ampute aujourd’hui encore socialement, comme pour s’en prémunir, et ainsi les figer dans la carte postale ou les enterrer dans un musée. Les transformer en folklore en somme, mais au sens français du terme… « On était outrés par ce pseudo carnaval que la Ville avait lancé, et qui n’avait rien de carnavalesque. On a donc réfléchi un peu sur le sens du rituel, on a confronté diverses expériences, notamment des traditions occitanes mais aussi plus loin, en Italie du Sud, en Grèce. Et on a tenté le coup, en 1999. »

L’art de la préparation

Carnaval, ça se fête bien sûr, mais carnaval, ça se prépare surtout. De l’imposant Caramentran fabriqué avec les moyens du bord jusqu’aux masques en papier, tissus ou végétaux et autres chars décorés, des ateliers de chants aux bals masqués, les gens se rencontrent et les savoir-faire se croisent pour aboutir à une véritable émulation en amont de l’événement.

Ce sont ici deux quartiers emblématiques qui se donnent la main de façon informelle, pour que tout le monde travaille avec tout le monde, de façon bénévole et artisanale, avec un bel engouement et une exigence qui dépasse de loin le simple cadre de l’occupation passagère. Carnaval est donc à l’image de ces communautés qui se retrouvent sans renoncer à leurs pratiques. A travers le prisme d’une tradition en construction, qui s’écrit chaque année un peu plus sous vos yeux. Et ce, d’une des plus belles manières.

Jordan Saïsset


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. AvéAvé

    C’est malheureusement n’importe quoi… Pseudo article autour de prétendues traditions et de volontés hégémoniques de la Ville. La Mairie et la politique menée dans cette ville sont très loin de n’avoir ne serait-ce que ma sympathie, mais à quoi bon vouloir figer Marseille dans une identité populaire de fiction, que ne partagent pas tous les marseillais et qui n’est au fond que la sophistication d’un cliché tenace qui colle aux basques de cette ville. Marseille ville particulière, de grande histoire et de forte identité oui (et encore cela ne doit pas échapper à la critique lorsque c’est nécessaire), mais que quelques ploucs se prétendent être les continuateurs de cette histoire à travers une fête bobo navrante, alors là, décidément, non.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire