A Marseille, pour trouver une déchèterie, suivez les décharges sauvages

À la une
Laurence Margalhan
24 Juil 2014 13

À proximité, les panneaux l'indiquent encore. Fermée depuis début juillet, la déchèterie de la rue Junot continue d'exister sous la forme d'une décharge sauvage. "La déchèterie, c'est là, c'est ça", constate un passant en montrant l'amoncellement de gravats qui déborde du trottoir. Le problème n'est pas nouveau. Depuis longtemps, les habitants se plaignent des dépôts sauvages aux abords du siteAndré Lassalles, président du comité d'intérêt de quartier (CIQ) National et de la fédération des CIQ du 3e, en dénombre quatre récurrentes et met en avant l'incivilité des Marseillais : "Des entreprises jettent aussi, accuse-t-il. Ce ne sont pas des ordures ménagères. C'est du placo, de l'aggloméré, des matériaux de construction." Monique Cordier, conseillère déléguée à MPM en charge de la propreté abonde dans ce sens :

Des gens travaillent au noir et ne veulent pas payer la taxe réservée aux professionnels. Ils ne peuvent pas entrer dans la déchèterie car le vigile contrôle, donc ils mettent devant.

Les fautifs partageraient donc la particularité du rhinocéros à déféquer toujours au même endroit. "Il faut analyser les comportements pour apporter les bonnes solutions", ajoute-t-elle encore. Depuis la fermeture de la déchèterie, liée à d'importants travaux prévus dans une rue adjacente, les dépôts sauvages se font devant l'entrée du site.

L'installation d'une caméra de surveillance ne suffit pas à dissuader. Les présidents des CIQ concernés l'expliquent par l'absence de verbalisation des contrevenants, ce que dément Monique Cordier. Pour Mohamed Ben Aoun, président du CIQ Saint-Lazare Racati, il faudrait mettre des palissades pour empêcher l'accès au dépotoir illicite qui prend racine sous l'autoroute. "Je ne comprends pas pourquoi ils préfèrent payer un tractopelle qui vient ramasser chaque semaine. Une palissade, c'est une journée de travail et c'est fini", déplore-t-il. André Lassales le rejoint sur la nécessité de confiner le site pour supprimer les mauvaises habitudes. Mais ces dépôts sauvages ont aussi pour origine une mauvaise information.

Fermée mais virtuellement ouverte

Close, la déchèterie Junot est toujours ouverte pour les très officiels sites internet de la Ville et de la communauté urbaine. La communication n’a donc pas précédé ni suivi cette fermeture. Contactée à ce sujet, MPM nous précise qu'elle a été arrêtée de façon précipitée au début du mois. "La volonté de fermer est due au démarrage des travaux aux abords du collège Versailles et à la menace d’occupation des lieux par des marginaux, des SDF et des Roms, révèle Monique Cordier. On risquait l’engrenage juridique et le report des travaux autour du collège." Lorsqu'on insiste sur le manque de communication à destination des usagers, Monique Cordier nous indique qu'au lendemain de notre appel initial, un premier effort a été fait : "Une affiche vient d’être installée sur la grille pour réorienter vers la déchèterie des Aygalades (15e), rue Augustin-Roux. Sous-utilisée, elle a la capacité suffisante pour accueillir les déchets qui étaient déposés à Junot, soit approximativement 3 100 tonnes par an."

Là-bas, les usagers ne seront pas dépaysés. Située tout au bout du vallon des Aygalades, la déchèterie du même nom arbore elle aussi des dépôts sauvages devant son entrée. Mais, à la différence de la rue Junot, ceux-ci ont débuté récemment et pour des raisons connues. "Dans le nouveau marché de délégation de service public en 2013, le cahier des charges a été modifié, explique Roland Cazzola, premier adjoint à la mairie des 15e et 16e arrondissements. L'entreprise délégataire, Silim a donc réduit de cinq à deux personnes son personnel sur place." Cette réduction drastique a eu pour conséquence d'imposer aux salariés de travailler seul.

A deux, c'est mieux

Une longue grève a été déclenchée en novembre pour obliger l'entreprise à maintenir un travail en binôme. Déjà, le mouvement social avait entraîné d'importants dépôts devant le site fermé. Pour mettre fin au conflit, Silim a accepté le principe du binôme mais réduit les horaires d’ouverture. La déchèterie des Aygalades est depuis fermée entre midi et deux et surtout le dimanche. C'est la seule déchèterie de Marseille à avoir des horaires aussi limités. Du coup, quand ils arrivent devant le portail fermé, certains usagers vident leur coffre sur le trottoir. Cela oblige donc les employés de Nicollin en charge de la propreté urbaine dans le secteur à venir nettoyer régulièrement le site.

Comme pour Junot, une information plus claire des usagers pourrait limiter une partie de ces dépôts. Car obtenir des éléments fiables sur les horaires d'ouverture ne se fait pas en un simple clic. Sur le site de la Ville, la page consacrée aux déchèteries n'indique aucun horaire. Sur celui de MPM, il faut se plonger longuement dans les arcanes de "Trions nos déchets" pour trouver l'info recherchée. Mais trouver cette information ne résout pas le problème : comment une déchèterie aussi peu ouverte peut permettre de satisfaire les besoins des 168 000 habitants des 2e, 3e, 15e et 16e arrondissements sans compter ceux de Septèmes-les-Vallons ? 

Une nouvelle déchèterie en centre-ville ?

"Il faut rétablir les horaires qui étaient à l’origine : de 7 h à 19 h et le dimanche", réclame l'adjoint d'arrondissement. Monique Cordier va dans le même sens : "On va revoir l’amplitude des horaires et faire un avenant au marché de délégation de service public s’il le faut. Aucune décision n’est prise pour l’heure sur un renfort de personnel. Début septembre, on va passer en revue les effectifs et en décembre réorganiser le personnel des déchèteries."

Des actions de communication vers le public seront alors menées. "Il faut encourager les gens à se rendre dans les déchèteries. Ceux qui le font doivent être récompensés", suggère-t-elle. Elle envisage aussi l’agrandissement des installations actuelles, voire la construction d’une nouvelle au centre-ville en accord avec les habitants et les maires de secteur. La communauté urbaine part de loin, avec 103 kg par habitant apportés en déchèterie, contre 195 en moyenne en France. 

En attendant, Marsactu est heureux de vous offrir cette carte des déchèteries de Marseille actualisée par MPM avec tous les horaires d'ouverture (cliquez sur l'image pour agrandir).

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Laurence Margalhan


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire