À Marseille, Mélenchon choisit la facilité et bouscule la campagne législative

Actualité
par Jean-Marie Leforestier & Lisa Castelly
le 11 Mai 2017
33

Jean-Luc Mélenchon a choisi le centre-ville et la quatrième circonscription de Marseille pour se présenter aux législatives. Dans cette circonscription taillée pour la gauche, il se frottera au sortant socialiste Patrick Mennucci. Le leader de la France insoumise, qui espère par ce combat redonner du souffle à son mouvement pour le scrutin de juin, donne déjà des sueurs froides à ses adversaires.  

Un panneau d'affichage sur la Canebière. Photo Jean-Marie Leforestier / Marsactu.

Un panneau d'affichage sur la Canebière. Photo Jean-Marie Leforestier / Marsactu.

Jean-Luc Mélenchon a mis fin au suspense ce mercredi. À la télé puis dans un message adressé aux militants locaux de la France insoumise, il a affirmé sa volonté de se présenter dans le centre-ville de Marseille.

En plaçant ma candidature en tête de toutes les autres par son vote du premier tour, Marseille a parlé fortement, alors même qu’on disait la ville plus que tentée par le Front national. C’est en votant pour notre programme L’Avenir en commun que Marseille a affirmé à quelles valeurs allait son attachement. Au demeurant, l’immense rassemblement au Vieux-Port il y a un mois en avait donné un clair signal. Je suis donc disposé à prendre la tête de notre mobilisation pour les élections législatives à Marseille.

Son choix s’est arrêté sur la 4e circonscription, plutôt que sur la 3e dans les quartiers Nord où se présente sa porte-parole Sarah Soilihi ou la 7e où le communiste Jean-Marc Coppola pourrait ainsi continuer à espérer devenir député. Jean-Luc Mélenchon a ainsi choisi celle qui l’avait porté le plus haut au premier tour de l’élection présidentielle, dans une ville qui l’avait placé à la première place. Ce faisant, il se parachute dans un territoire bien plus facile qu’Hénin-Baumont en 2012 quand il avait été balayé au premier tour face notamment à Marine Le Pen.

Une circonscription taillée pour la gauche

Cette fois-ci, il n’y aura pas de combat symbolique contre le Front national. La quatrième circonscription est taillée pour la gauche et c’est ce terrain favorable qui semble avoir porté sa décision. Le candidat insoumis évincé et ancien animateur de Nuit debout Gérald Souchet en garde une pointe d’amertume : “Soit c’est un calcul de vieille politique : il vient parce qu’il a vu les chiffres. Soit c’est une question de com’, l’idée de Marseille insoumise, Marseille la rebelle, pourquoi pas. Soit sa venue permet de mettre en valeur la créativité de la campagne, il vient parce que c’est un des endroits de France où on a fait le plus de choses pour mener une campagne originale, alors là ça m’intéresse. Et sinon ce sera décevant”.

Son principal adversaire, en attendant la désignation du candidat En Marche, reste le sortant socialiste. Patrick Mennucci a lancé d’emblée les hostilités de cette guerre des gauches : “En venant dans la seule circonscription de l’arc méditerranéen où le Front National n’a aucune chance d’être au second tour (14,3% au premier tour de la présidentielle), où la droite ne peut l’emporter (10,8% au premier tour de la présidentielle) il montre que son seul combat, le sens de son engagement politique est le combat gauche contre gauche”, a-t-il lancé dans un communiqué au lance-flammes.

Le matin, un inhabituel attroupement de caméras avait accompagné sa conférence de presse de lancement de campagne. Élu en 2012, candidat balayé aux municipales de 2014, il voit la route vers un second mandat se transformer en montée en lacets. “La France insoumise croit qu’elle va reproduire le score de la présidentielle mais plein d’électeurs qui ont voté pour Mélenchon ou pour Macron vont voter pour moi, parce qu’ils me connaissent, se persuade-t-il. Si vous prenez le résultat dans le bureau de l’école Parmentier [à Belsunce, ndlr], Macron a fait 93 % au deuxième tour. Beaucoup de gens sont fâchés que Mélenchon ne choisisse pas entre le libéralisme et le fascisme.”

“Il n’y a pas d’arithmétique en la matière”

Au parti communiste, Jean-Marc Coppola adresse un même avertissement : “Si ce n’était pas mon ami, je lui dirais que ce sera facile mais ce n’est pas le cas. Il n’y a pas d’arithmétique en la matière. L’ancrage comptera forcément, c’est évidemment jouable mais on ne peut pas dire que ce sera facile.” Malgré l’absence d’accord national, le PCF devrait lui laisser le champ libre sur cette circonscription en retirant la candidature d’Aspinas. “Ça ne serait pas très cohérent de se présenter contre lui après avoir voté pour lui à la présidentielle”, admet Coppola qui précise qu’un comité départemental du parti aura lieu ce jeudi.

La candidature du leader de la France insoumise va en tout cas braquer les projecteurs sur Marseille et changer la donne bien au-delà de cette circonscription. Jean-Luc Mélenchon ne s’y trompe pas : “Certes, je compte me proposer dans la quatrième circonscription, ce dont je me suis déjà entretenu avec les animateurs locaux, écrit-il à ses militants. Mais j’ai besoin pour mener ce combat de l’appui de tous et de toutes dans toute la ville. En effet, vous le comprenez, cette bataille prendra une forme particulière compte tenu de ma présence en tant que si récent candidat à la présidentielle.”

La droite craint “un vrai effet d’entraînement”

À droite aussi, on est conscient que l’arrivée à Marseille de Jean-Luc Mélenchon va rebattre les cartes. Ce mercredi matin, l’annonce du champion de la gauche radicale a bousculé la présentation de la candidature de Richard Miron dans la 3e circonscription.

Présent en soutien, le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a feint l’indifférence :”Peut être que demain nous apprendrons qu’un grand leader veut une circonscription à Marseille, nous verrons, a-t-il philosophé, des adversaires nous en avons toujours eu. Defferre, Tapie, Le Pen, je suis toujours là, et ils n’y sont plus.”

À ses côtés, la présidente de l’UDI 13 Arlette Fructus, candidate dans la circonscription voisine fustige une “caricature” en “flagrant délit d’imposture”. Alors que Mélenchon avait déjà évoqué le 30 avril une candidature à Marseille, elle avait publié un communiqué rageur : “Il décline sa stratégie de l’hologramme avec le cynisme de ceux qui se moquent des réalités du terrain, des enjeux de nos quartiers et considèrent les « gens » comme il dit, comme du bétail électoral.”

Les postures sont bravaches mais, en coulisses, l’inquiétude est palpable : “Avec sa venue à Marseille, on va avoir assurément un effet de mobilisation de cet électorat-là, s’inquiète un cadre du parti Les Républicains. Ça peut créer un vrai effet d’entraînement au niveau local. Dans beaucoup de circonscriptions, cela crée presque partout un risque de triangulaires voire de quadrangulaires. Et on sait bien qu’après, c’est la loterie.”

Mélenchon adoubé par les Insoumis marseillais

Mais s’il y a un endroit où l’arrivée de Jean-Luc Mélenchon n’a soulevé que des acclamations, c’est bien dans le local de campagne de la France insoumise dans la 4e circonscription. Plus de 200 personnes s’y sont retrouvées mercredi soir pour approuver par vote à main levée la motion approuvant la candidature du leader du mouvement. Une phrase y a été ajoutée pour souligner l’engagement de Gérald Souchet qui lui laisse sa place. La motion a obtenue l’unanimité moins un vote.

À l’instar d’Aïcha, une sympathisante du mouvement, tous n’éprouvent qu’une intense satisfaction. Bien que partagée sur la légitimité d’un parachutage, elle y voit une bouffée d’air nouveau.“Ça va aussi faire bouger les lignes de la politique locale, c’est une aubaine, dans un paysage où on est encore habitué au clientélisme”, espère-t-elle.

Arrivé dans la nuit, Jean-Luc Mélenchon passera ce jeudi à Marseille sa première journée de candidat. Avec un programme “un peu protocolaire” a prévenu son équipe. “On est dans une ville de réseaux, et on ne l’ignore pas”, confiera en aparté un proche du tribun venu en éclaireur. Celui-ci commencera donc son séjour en montrant patte blanche auprès du maire Jean-Claude Gaudin, qu’il a eu au téléphone dès mercredi matin, puis devrait rendre visite à la maire des 2e et 3e arrondissement Lisette Narducci, ex-fidèle guériniste dont le secteur est englobé dans la 4e circonscription. Le candidat devrait aussi passer saluer le préfet, avant de tenir une conférence de presse en milieu d’après-midi. Des étapes pas vraiment du goût des Insoumis, qui attendent avec ardeur le début de la vraie campagne de terrain, probablement la semaine prochaine.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Jean-Marie Leforestier
Journaliste
Lisa Castelly
Journaliste

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. mrmiolito mrmiolito

    Qu’il vienne à Marseille qui le plébiscite, d’accord. Mais il y a suffisamment de députés de droite sortants à battre, non ? ne pouvait-il pas se trouver une circonscription gagnable ou au moins, porter le fer dans les quartiers Nord dans la zone du “Dictateur Nord-Phocéen” du FN ?

    Faire sortir Mennucci serait tout de même dommage, c’est un des rares députés dont la voix (tonitruante il est vrai) porte au delà de Marseille et jusqu’à Paris !

    Cela dit, les votants de la 4e circonscription (dont je suis) risquent de se trouver avec un 2e tour Méluche/Ménuche presque cocasse tant il serait inédit…

    Signaler
  2. barbapapa barbapapa

    Hors les 200 fans gouroutés et bien soumis dont il est question dans l’article, cette venue à Marseille pour un combat fratricide à gauche est honteuse. Elle risque de hérisser le poil de bien des marseillais qui en ont assez des descentes médiatiques de gueulards de la politique, des Le Pen ou autres Tapie, et de plomber les candidatures des autres candidats insoumis de la ville…

    Signaler
  3. patrick patrick

    je pensais voter menucci mais le programme macron-compatible d’un ps en pleine déroute grâce à hollande et valls me motive à voter jlm. cela va faire longtemps que je n’ai plus voter autre que blanc au 2ème tour…

    Signaler
    • Françoise Claire Françoise Claire

      Nous sommes bien d’accord ! et je préfère ce commentaire au titre du journal sur la facilité qu’aurait choisie Jean-Luc Mélenchon.
      Bienvenue à Marseille !

      Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Marseille et la région PACA sont habituées aux parachutages de stars politiques parisiennes, attirées probablement par le soleil. A moins qu’elles ne cherchent des électeurs suffisamment soumis, mais je n’ose imaginer que cette hypothèse un tantinet méprisante soit la bonne.

    Le problème est que ces stars sont rarement très fraîches, et qu’une fois élues, elles ont bien mieux à faire que d’honorer leur mandat et s’occuper de leurs électeurs – ils sont si loin !

    Mélenchon est ainsi un spécialiste de l’absentéisme, sans la moindre honte puisqu’il revendique être “plus utile” ailleurs qu’à l’assemblée où il est élu (http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2017/01/03/ils-sont-candidats-a-lelection-presidentielle-mais-aussi-deputes-arrivent-ils-a-faire-les-deux.html)… Ça doit être ça, faire de la politique “autrement”.

    Notons que cette revendication a le mérite d’être franche et directe – à défaut d’être recevable de la part de quelqu’un qui devrait se soucier de rendre des comptes : “S’agissant de mes absences en commission, eh bien je vous emm…” (http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2016/03/14/nos-deputes-europeens-sont-ils-assidus.html).

    Signaler
  5. Minh Derien Minh Derien

    Content que Mélenchon vienne se présenter aux législatives à Marseille. Moins qu’il ait choisi cette circonscription.

    Signaler
  6. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Très bon titre ! Facilité et brutalité, le masque tombe : “pousse toi de là que je m’y mette”. je ne suis pas d’humeur à voter socialiste en ce moment, mais il faut reconnaître que les Marseillais de la quatrième ont la chance d’avoir un bon député : sérieux, assidu, sans casseroles (quoi qu’on insinue) et bon connaisseur de sa circonscription. En plus, il est vraiment de gauche et ne cède pas à la facilité, comme ses prises de position souvent courageuses l’ont prouvé : contre la déchéance de nationalité, contre la loi travail, contre l’emballement anti-burkini et finalement pour Peillon ce qui atteste que chez lui, les convictions l’emportent sur l’opportunisme. S’ils sont un peu malins, les électeurs de la quatrième le garderont et renverront le Parisien à ses études de la carte électorale.

    Signaler
    • Happy Happy

      Bonjour, vous écrivez que Patrick Mennucci s’est opposé à la loi “travail”. Cela m’avait échappé et c’est un grief que je garde (injustement ?) contre le député de ma circonscription. La loi travail a été adoptée par le recours du gouvernement de Manuel Valls à l’article 49.3. Les députés de gauche qui s’y opposaient ont présenté une motion de censure parce que face au 49.3 c’est la seule manière d’empêcher l’adoption d’un projet de loi. Je ne demande qu’à être détrompé, mais il ne me semble pas que Patrick Mennucci a signé cette motion de défiance. Je comprends bien que pour un député socialiste, c’est un vrai dilemme de signer une motion de défiance contre le gouvernement issu de son camp, mais c’est bien Valls qui a mis au défi les députés d’aller au bout de leurs convictions. Et là, il me semble que l’opposition de M. Mennucci à la loi travail a montré ses limites. Dès lors, face à une présidence Macron qui s’annonce comme l’accentuation de la politique libérale menée sous Valls et Hollande, avec un PS qui ménage déjà la possibilité de participer à une future majorité présidentielle, je pense que les citoyens qui croient aux valeurs de gauche ont besoin de députés un peu plus conséquents dans leurs convictions et leurs votes à l’assemblée nationale.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Son opposition à cette loi a été très claire et très affirmée (il vous sera facile de le vérifier). Il a pesé de tout son poids pour obtenir des évolutions de ce texte. Vous reprochez, au fond, à Patrick Menucci de ne pas avoir voté la censure. Fallait-il faire tomber le gouvernement en plein été 2016, qui plus est sur un texte qui comportait AUSSI des progrès ? Je ne suis pas sûr que cela aurait été opportun et compris. Remarquez que par la suite, en cohérence avec sa conviction, il n’a pas soutenu Valls (L’usage du 49-3 et quelques autres points de désaccord y sont sans doute pour quelque-chose). D’accord avec vous pour dire que les Français ont besoin de députés “conséquents”. Mais n’est-ce pas le comportement de Jean-Luc Mélenchon qui en manque ? Comment qualifier son nomadisme électoral, son absentéisme parlementaire, ses atermoiements d’entre deux-tours à l’égard du choix Le Pen / Macron et, aujourd’hui, son agression caractérisée d’un député de gauche ? Ne se trompe t’il pas une nouvelle fois de combat ?

      Signaler
    • Assedix Assedix

      Bonjour,
      concernant Patrick Mennucci: d’une part, s’il pensait que la loi travail était si mauvaise, alors oui, il fallait s’y opposer clairement (contrairement au deuxième tour de l’élection présidentielle, pas d’abstention possible avec une motion de défiance), d’autre part, en ce qui concerne ses prises de position courageuses, la seule qui m’ait marqué — sur le cannabis — me paraît tout le contraire

      Signaler
    • julijo julijo

      Heureusement que mélenchon arrive pour qu’on trouve à mennucci toutes ces qualités !!!! un peu surprenant quand même !! on a déjà oublié les municipales et les bagarres intestines au ps…pas réglées encore du reste.
      En plus parler d’un mennucci de gauche, c’est un peu mal le connaître…..il a comme des flash de lucidité, mais ne va jamais au bout de la démarche, si il n’en a rien à retirer pour lui. C’est un “vendeur de sable” au sahara….

      Les faits et le temps rendent amnésiques….mais à ce point là !!

      En plus il rivalise de non sens dans sa déclaration d’hier avec vassal (la bien nommée de gaudin)… des mensonges surprenants dans les propos d’un député de cette qualité, l’autre se contente de parler de “danger”….

      En même temps, c’est tant mieux pour la FI !! il n’aurait plus manqué que mennucci et vassal soient d’accord avec cette candidature….là il aurait fallu réfléchir sérieusement !!!!

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      @Claudine Je n’ai pas oublié les querelles intestines du PS qui lui ont coûté cher aux dernières élections municipales (j’ai écrit : je ne suis pas d’humeur à voter socialiste en ce moment !), tout comme je vois bien les querelles intestines qui opposent FI et le PCF aujourd’hui.

      @Assedix Sur le cannabis, Menucci veut une “légalisation contrôlée” et Mélenchon veut une légalisation “à la canadienne” avec politique de prévention à la clé comme pour l’alcool et le tabac. Vous m’expliquerez la différence de leurs points de vue et en quoi Menucci se montrerait moins courageux que Mélenchon sur ce point !

      Signaler
  7. Jb de Cérou Jb de Cérou

    Un grand homme? Plûtot une grande gueule, très doué pour embraser les foules, talentueux et télégénique mais incapable d’assumer, d’être un chef: sa piteuse crise de nerfs au soir du premier tour, son indécision coupable sont la marque d’un caractère faible et vindicatif.
    S’il avait affronté la droite marseillaise ou l’extrême droite dans la perspective des prochaines municipales, cela aurait eu de la gueule; mais monsieur Mélanchon joue petit et n’a de panache que devant les caméras;
    Il instrumentalise les marseillais en s’attaquant à un bon député d’une gauche loyale, l’une des seules voix audibles contre le système Gaudin.
    J’espère que les marseillais le renverront chez lui avec une bon coup de pied dans l’ECU, comme pour Marine au niveau national.
    Choukran

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Tout à fait d’accord. Marseille la rebelle ? On va voir ce que les insoumis ont vraiment dans le ventre.

      Signaler
  8. Regard Neutre Regard Neutre

    Tentative d’acte de piraterie sur le Vieux Port. Jean Luc Mélenchon —qui attaque sabre au clair, sur ses eaux territoriales, un fidèle lieutenant du capitaine de pédalo— veut prendre le commandement du ferry boat pour contrôler la traversée du centre ville de Marseille. Mais pour naviguer jusqu’à L’Estaque, le trajet en haute mer en navette maritime présentera de grands risques de naufrage car des corsaires de tout bord, qui ne manqueront pas, par des manœuvres sournoises, de saborder son embarcation. Il s’est embarqué sur le Pétalugue sans le savoir…

    Signaler
  9. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Les “insoumis” devraient lire cet article : “Le populisme mélenchonien, confus, violent, rudimentaire, apparaît aujourd’hui comme le point de ralliement de l’activisme désordonné de groupes sociaux en déshérence, et comme la conclusion fatale d’un choix politique crucial, celui d’une aventure personnelle, hors de son propre parti, qui a pu rencontrer des succès d’estrade mais qui ne peut que mal se terminer.”
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/11/l-echec-de-le-pen-est-aussi-celui-de-la-strategie-equivoque-de-melenchon_5125809_3232.html#oo1W39q6Xsrsw2Yq.99

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Pour ce qui nous concerne il sont basés à la Plaine, il ont d’ailleurs une assemblée déjà, manque plus qu’un appariteur au perchoir.

      Signaler
  10. Happy Happy

    Bonjour Marsactu, pourriez-vous redonner le lien avec un précédent article dans lequel Patrick Mennucci rendait compte de son utilisation de la réserve parlementaire ? J’avais trouvé cet article très éclairant sur sa conception de l’exercice du mandat de député (qu’il a le mérite d’assumer et qui peut satisfaire certains électeurs). En effet, le duel qui s’annonce, au-delà des différences d’étiquettes partisanes et de ligne politique, va opposer deux conceptions du mandat de député : l’un a une vision politique très structurée, cohérente et forte, qu’il portera à l’assemblée nationale, mais n’a pas d’ancrage local et s’intéressera probablement peu aux intérêts très locaux voire personnels de ses mandants ; l’autre peut se prévaloir de son enracinement local, mais a (à mon avis) moins de cohérence politique dans l’opposition au libéralisme économique programmé par le président Macron (voir le précédent de la loi travail dans mon autre commentaire).

    Signaler
  11. Laurent Laurent

    Que Mennucci ne soit pas exempt de critiques, c’est une évidence.
    Mais en quoi cela peut-il expliquer l’OPA de Mélenchon sur la 4ème circonscription?
    Qu’il se présente à Marseille à la vue de son succès au présidentielles apparaît déjà comme très artificiel. Qu’il choisisse la circonscription la moins risquée pour foutre en l’air un député socialiste, plutôt qu’aller se frotter là où le FN est menaçant et ou les sortants méritent d’être mis en défaut, que ce soit la doublure de Sylvie Andrieux ou la très fillioniste Valérie Boyer.
    Mélenchon veut un groupe à l’assemblée nationale, il veut même être le premier groupe d’opposition et pourquoi le groupe majoritaire … Ce n’est pas en allant dans une circonscription assurée à la gauche qu’il y parviendra, à moins que tuer la gauche classique, pas que le PS, soit son seul objectif?
    Pour cela, il aura l’onction de Gaudin qu’il va rencontrer avant de se lancer …
    Où sont ceux qui dénonçaient la rencontre Macron-Estrosi?
    Marseille mérite autre chose que ce cirque.

    Signaler
  12. Mars1 Mars1

    Mélenchon l’a déjà joué “perso” en se présentant contre d’autres candidats de gauche à la présidentielle et en refusant toute alliance, ce qui a permis l’élection de Macron. Il continue à privilégier son destin personnel au détriment de l’intérêt de ses électeurs potentiels en voulant se faire élire à Marseille dans une des rares circonscriptions détenues par la gauche, alors qu’il y aurait des combats bien plus utiles à mener dans cette ville.
    S’il arrive à ses fins cette fois, il faudra observer attentivement son action à l’Assemblée nationale par la suite.

    Signaler
    • julijo julijo

      un peu court, “mars1” comme réflexion liminaire :
      “en se présentant contre d’autres candidats de gauche à la présidentielle et en refusant toute alliance, ce qui a permis l’élection de Macron”
      et non !!! faux définitivement ! mélenchon n’a pas embauché pénélope….il n’a pas participé aux primaires ( qui ont été un fiasco), n’a pas pu évincer valls, il n’a pas refusé les alliances….bref : s’informer avant de dire des choses définitives, c’est la moindre des choses !!!!!

      Et puis généralement, une circonscription “de gauche” avec mennucci ça me fait doucement marrer…..quelle gauche, solférino, hamon, aubry , guérini, ciot ?? qui dit que par la suite ce groupe ps prétendu “sauveur” ne s’alliera pas avec le président pour “sauver la france”, la leur, celle des privilégiés….nombreux sont ceux qui le font en ce moment…pourquoi pas dans 2 mois….

      Signaler
  13. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Message de service pour le camarade Mélenchon : Ravier sera candidat FN dans la troisième circo. S’il veut mettre ses actes au niveau de ses grands discours sur la lutte contre la peste brune, cette info peut lui être utile…

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Mais en fait, le sens de cette candidature est indiqué par l’intéressé lui-même : derrière les grandes phrases sur le FN, qui n’est qu’un prétexte, l’objectif est d’éliminer à gauche tous ceux qui ne sont pas en rang par deux derrière lui : https://twitter.com/LCP/status/862692064089309184

      Je comprends le bon accueil qu’il a reçu à la mairie. Quand la gauche s’entretue, la droite est tranquille. Gaudin doit hurler de rire : les municipales de 2020 se présentent bien pour son camp… Encore bravo !

      Signaler
  14. LaPlaine _ LaPlaine _

    Livrer combat avec la méthode du coucou ou du bernard l’ermite…

    Signaler
  15. B Filippi B Filippi

    Quel bonheur de pouvoir dégager Mennucci…Un si bon député !

    Signaler
  16. Mars1 Mars1

    @julijo : je maintiens que Macron a été élu suite au refus de créer un mouvement d’union à gauche, et la candidature de Mélenchon en “free lance” bien avant les primaires indiquait déjà que la gauche aurait du mal à passer le premier tour.
    S’il n’y avait pas eu les affaires de Fillon, on aurait peut-être eu un deuxième tour Fillon/Le Pen, mais aucun représentant de gauche de toute façon, quelque tendance que ce soit.

    Signaler
  17. barbapapa barbapapa

    Aller serrer les pougnes à Gaudin, putain d’insoumission !

    Signaler
  18. mrmiolito mrmiolito

    Bonjour, une réflexion générale à vous, mes collègues d’abonnement à Marsactu (puisque nous sommes tous abonnées pur pouvoir commenter) : merci et bravo pour la bonne tenue des échanges !
    Du français correct et orthographié, pas ou peu de gros mots (ou alors utilisés à bon escient, cf commentaire de barbapapa ci-dessus), pas de point Godwin, pas de trolling identifié… des échanges et des arguments ! miracle.
    Pourtant dieu sait que pour le lectorat de Marsactu (allez disons, marseillais, branché et urbain), cet article était bien un sujet d’empoignade…
    Quand on voit les chiottes (autre gros mot utilisé exprès) que deviennent vite les commentaires de bas d’article habituellement sur d’autres médias, je me trouve ici en très bonne compagnie. Je vous salue donc et vous la souhaite belle et ensoleillée ! 😉

    Signaler
    • Happy Happy

      Merci pour cette auto-congratulation collective, je m’y associe volontiers, à la fois comme émetteur et récepteur, au prorata de mes commentaires ! 🙂
      C’est vrai que ça fait plaisir, nous sommes tous assez passionnés mais sans franchir la limite de l’invective, sans doute parce que nous avons quand même beaucoup en commun… à commencer par notre adhésion à la ligne éditoriale de Marsactu, donc merci d’abord à son équipe !
      Ayant beaucoup en commun, voterons-nous pour l’avenir en commun ? (petite plaisanterie gratuite pour remettre une pièce dans la machine à commentaires 😉 ).

      Signaler
    • Titi du 1-3 Titi du 1-3

      pourvu que ça doure, effectivement en tant qu’abonné à Médiapart je constate une meilleur tenue ici, les commentaires sur “arrêt sur images” sont en train de suivre la même tendance (invectives, insultes,).

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire