À Marseille, la femme de l’adjoint aux sports nommée directrice du service des… sports

Actualité
le 24 Jan 2017
33

L'annonce de cette nomination a agacé à la direction des sports de la mairie de Marseille. La femme de Richard Miron (LR) va prendre la tête de ce grand service pour pallier un départ à la retraite. A la mairie, l'administration comme l'adjoint balaient toute interrogation éthique.

Richard Miron (au centre) lors de la présentation du lancement de la capitale européenne du sport

Richard Miron (au centre) lors de la présentation du lancement de la capitale européenne du sport

Le directeur des services Jean-Claude Gondard l’a annoncé aux vœux du service des sports ce vendredi en présence de l’adjoint au sport Richard Miron. Dans le gymnase Ledeuc (10e arrondissement), le chef de l’administration municipale a donné le nom de la remplaçante du directeur Jean-Marc Séard. Ce sera Valérie Laugaudin, qui est depuis cet été madame Miron.

Au sein de la direction des sports, qui chapeaute quatre services, la nouvelle n’en finit plus de nourrir les commentaires. “On m’avait toujours expliqué que l’administration et le politique étaient deux choses différentes. Visiblement non”, s’étonne l’un d’eux. Un autre complète : “Pour moi, c’est le casse du siècle. Un élu qui met sa femme à la tête du service, il fait passer ce qu’il veut, il n’a plus de contre-pouvoir. Déjà que Richard Miron rentre plus dans la gestion du service que ses prédécesseurs…”

Depuis plusieurs années, après avoir été directrice adjointe de ce même service, Valérie Laugaudin était la directrice de cabinet de Richard Miron. Ce qui lui confère une connaissance certaine du service mais son lien avec l’élu pose tout de même question. Richard Miron est-il intervenu dans sa promotion à la tête d’une direction qui sera très en vue en 2017 avec la capitale européenne du sport ? La question est d’autant plus prégnante que l’élu entend incarner une forme de renouvellement de la vie politique en se présentant aux législatives dans l’ancienne circonscription de Sylvie Andrieux et a moqué Stéphane Ravier (FN) “qui lave plus blanc que blanc” quand il a embauché son fils en sa mairie.

“Je n’y suis pour rien”, assure l’adjoint

Il se défend de tout traitement de faveur : “Je n’y suis pour rien, ce n’est pas mon rôle mais celui de l’administration. Ma femme ne me doit rien. Cela fait vingt-huit ans qu’elle travaille à la mairie de Marseille, elle a réussi tous ses concours par elle-même et parce qu’elle est mariée depuis peu à un élu, elle ne pourrait pas progresser dans sa carrière ? Il faut être tordu pour penser comme ça !”

Au sein de l’administration, le discours est légèrement plus nuancé : “L’élu a été informé mais ce n’est pas lui qui nomme ! C’est le rôle du directeur général des services.” Ce même haut cadre de la Ville balaie à son tour tout problème éthique. “Existe-t-il un délit de conjugalité ?, s’interroge-t-il. Madame Laugaudin travaille depuis longtemps. La seule question qui vaille, c’est : a-t-elle plus de qualités que d’autres pour occuper ce poste ou bénéficie-t-elle d’un piston ? Je vous dis qu’elle a toutes les compétences pour le poste. Elle sera jugée comme tout le monde sur le travail effectué.”

Quant à savoir si cela pourrait affecter la bonne tenue du service, le même responsable ajoute, non sans humour : “On a parfois des élus et des chefs de service qui ne s’entendent pas. Là, l’adjoint au maire et la directrice des services se parleront facilement. Mais la donne ne changera pas : madame Laugaudin devra obéir aux consignes de l’élu, que ça lui plaise ou non !” Le discours de défense de la décision laisse malgré tout une porte de sortie : même si la promotion a déjà été annoncée, “la décision n’est pas encore officielle, l’encre n’est pas encore sèche”. Histoire de prendre la mesure des réactions à cette nomination ?

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. julijo julijo

    Amusant.
    Elle est probablement compétente, ou pas. C’est sûrement un profil de carrière logique et légitime, ou pas.
    Dans tous les cas ce n’est pas malin. L’administration ne manque pas de poste de ce niveau, elle aurait pu être promue ailleurs. Si elle a en plus la carte du “bon” syndicat dans la poche….peu douteux, il lui suffisait de patienter éventuellement.

    Je ne suis pas sûr du tout que ce soit un service rendu à miron…..avait il vraiment besoin de cette casserole ?

    Signaler
  2. LaPlaine _ LaPlaine _

    Bon ben çà y est, nous sommes définitivement dans une république bananière. Le marigot marseillais s’épaissit chaque jour un peu plus. Déontologie, éthique, simple bon sens…quésaco?

    Signaler
    • jacques jacques

      Plutôt une principauté bananière. On se croirait dans un quelconque pays africain. Gaudin et sa clique de malfaisants se lâchent á l’approche de la présidentielle.

      Signaler
  3. barbapapa barbapapa

    Là c’est faire un procès d’intention, elle a été directrice adjointe du service pendant plusieurs années, il n’y a rien d’illégitime dans ses capacités professionnelles et il est naturel que des gens qui travaillent ensemble quelques fois se marient… Cet article présenté comme cela est pour moi un peu gênant

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Le problème ne vient pas de sa légitimité professionnelle mais de la “proximité” de deux personnes à des niveaux politiques et techniques pour diriger une entité. Pensez-vous qu’en entreprise on accepte mari et femme pour diriger un service? Non, on trouve des solutions d’affectation autres. Mais là c’est plus pratique et confortable pour chacun. Ces gens -là sont vraiment dans le gruyère.

      Signaler
    • Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

      bonjour,
      votre réflexion est juste. Croyez bien qu’à l’écriture, elle m’habitait particulièrement. Cet article donne la parole à ceux qui tiennent ce discours comme à ceux que cette nomination agace. Il ne me semble pas qu’il s’agisse d’un procès d’intention puisque je ne préjuge pas de la manière dont Mme Laugaudin accomplira sa tâche. Les éléments de carrière, que vous mentionnez, sont rappelés dans l’article. Reste un fait qui, à mes yeux, pose une question d’intérêt général et peut à ce titre être mis sur la place publique.

      Signaler
  4. guillaume coste guillaume coste

    Quand bien même c’est légal et légitime , c’est gênant … une belle pierre dans sa chaussure avant les prochaine échéances électorales.

    Signaler
    • Renardsauvage Renardsauvage

      Je suis d’accord avec vous. Mais quand cela fait des dėcennies que ça se passe ainsi que peut-on faire? Combien de chefs de service se servent dans leur réserve de personnel féminin pour assouvir leurs pulsions avec souvent mais pas toujours le consentement de ces pauvres femmes. Le système est archi pourri. Les avantages sont trop tentants et l’entente entre les élites est indestructible. A Marseille, c’est foutu, avec Gaudin et FO , on ne peut rien faire, c’est à la vie à la mort, le consensus pour fermer sa gueule. Ailleurs, je pense que c’est moins gangrené, tout vient de la tête.

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      C’est clair, Gaudin et sa maîtresse FO ont cadenassé le territoire.

      Signaler
  5. patrick patrick

    C’est à Levallois-Peret ?

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Même genre, à la différence c’est qu’à Levallois la ville est globalement gérée.

      Signaler
    • julijo julijo

      “globalement gérée” Levallois perret ??

      Tout est dans le globalement !!!

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Bien évidemment je parle de l’aspect extérieur de Levallois, ce n’est même pas le cas ici.

      Signaler
  6. Manipulite Manipulite

    Une promotion canapé sauf que le canapé est à la maison. Népotisme et clientélisme sont les deux mamelles de cette pauvre ville.

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Y ajouter l’incompétence mais çà en découle.

      Signaler
  7. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Enfin un succès de Miron ! Après la fermeture de tant de piscines et l’abandon de tant de gymnases, je commençais à douter de ses capacités…

    Signaler
  8. Regard Neutre Regard Neutre

    A la ville de Marseille les fonctionnaires réalisent la quasi-totalité de leur carrière dans le même service. Ainsi l’administré peut constater que la ville est bien tenue…Le copinage et le favoritisme favorisent cette forme de politique molle qui désespère comme jamais le citoyen / contribuable.Mais peut être que le candidat François Fillon, soutenu par Jc Gaudin, va s’attaquer à ce fléau? C’est du moins ce qu’il a fait comprendre en voulant supprimer 500000 fonctionnaires dans la fonction publique territoriale.

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Oui il sera intéressant de voir la position de Gaudin sur ce dossier, notamment avec sa Fiancée Ouvrière.

      Signaler
  9. Plouc Plouc

    au moins dans ce cas cette fonctionnaire a le grade correspondant et a passé des concours; et puis sa relation avec son élu est officielle !! c’est plus transparent que dans les cas où son promus la maitresse de tel élu ou l’amant de tel(le) autre ….et sans posséder le niveau , ni le grade requis …

    Signaler
  10. ISJ ISJ

    La femme de François Fillon est soupçonnée d avoir bénéficié d un emploi fictif pendant 8 ans ( voir Le Parisien.fr d apres un article du canard enchaîné.. ) ils sont vraiment tous pourris!!! Politiques , je vous hais

    Signaler
  11. neomars neomars

    Quelle que soit l’organisation, il est le plus souvent considéré gênant d’avoir trop de proximité familiale… cela se vérifie jusque dans les entreprises familiales ! La fonction publique territoriale est à ce niveau assez mal positionnée au départ alors que celle d’Etat pousse les hauts dirigeants à changer de région régulièrement pour progresser, il n’en est presque pas question dans la territoriale. On a ainsi des communes de 400 habitants avec 3 secrétaires de mairie issus des différents mandats …
    Mais vu qu’il s’agit de lien entre un un élu et une fonctionnaire, on peut estimer qu’en cas de gêne il serait rapide de modifier les attributions de l’élu, qui sont le plus souvent modifiées à chaque mandat… La question est où: sera le seuil de la “gêne” ? Heureusement, on a un gabian dans notre poche !

    Signaler
  12. Minh Derien Minh Derien

    Cette justification étonnante d’un “haut-cadre de la ville” de Marseille : « On a parfois des élus et des chefs de service qui ne s’entendent pas. Là, l’adjoint au maire et la directrice des services se parleront facilement. Mais la donne ne changera pas : madame Laugaudin devra OBÉIR AUX CONSIGNES DE L’ÉLU, que ça lui plaise ou non !»
    Ainsi, les élus (et pas seulement le chef de l’exécutif de la collectivité) seraient les supérieurs hiérarchiques des fonctionnaires !
    On comprend mieux comment dans certaines collectivtés implantées à Marseille, on a pu connaître des dérapages certains…

    Signaler
    • one live one live

      Dérapages certains et à venir comme dans les bureaux de proximité ou la hiérarchie fo ne fait pas son travail et au service élection ou quatre personnes sont sur le départ pour le nouvel an chinois qui n’est pas du goût de tout le monde.

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      On se demande où FO fait son travail, ah si, le travail de sappe.

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Pardon, “sape”.

      Signaler
  13. Pitxitxi Pitxitxi

    Miron a donc réussi à combiner sa légendaire incompétence au népotisme le plus assumé. Fort, très fort !

    Signaler
  14. patrick patrick

    Les époux Fillon l’ont fait bien avant, d’après le Canard

    Signaler
  15. leravidemilo leravidemilo

    – Ce qui caractérise Miron, c’est la cohérence et la remarquable constance de son argumentaire : Quelque soit le sujet, ses interviouves commencent toujours comme ça: “Je n’y suis pour rien…”(l’a du faire le même stage que Casanova).
    C’est après que ça se gâte, genre : “Je n’y suis pour rien…elle a réussi tous ses concours par elle même…” Sans doute avait elle saisi qu’il y avait intérêt, plutôt que de compter sur lui… (Bon, ça passera inaperçu Osez Le Féminisme est mobilisé au fouquet, vont pas passer le périphérique!)
    – Bon, Gondard reste bien dans son rôle de père fouettard de la mauvaise troupe : “Mm Laugaudin(!) devra obéir aux consignes des élus que ça lui plaise ou non.” L’ est vraiment pour la paix des ménages le gugusse, pas du tout le genre famille je vous hais!
    _ La synthèse de la comm, en direction du bon peuple marseillais, ça donne :”Existe t il un délit de conjugalité?” “Il faut être tordu pour penser comme ça.”
    Les tordus apprécieront, et ne manquerons pas de s’interroger quand il leur sera (très prochainement) demandé de voter Miron pour faire barrage à… et d’approuver et valider donc ce genre de pratiques, qui font précisément le lit du truc qu’il faut barrer.

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      La technique du “je n’y suis pour rien…” ou “c’est pas de notre faute…” est appliquée par tous, Gaudin en tête, c’est l’ensemble des élus de cette pétaudière qui a suivi le séminaire. On citera pour mémoire les “vrais responsables”, l’état (responsable en chef), la région et le département (avant), les rats (qui sont très malins), le mistral, le soleil, les marseillais inciviques, la superficie de la ville, la mer, les montagnes, bref tout un tropisme défavorable qui se ligue contre la brillante action politique locale. Marseille avant Trump a inventé la notion de post-vérité.

      Signaler
  16. Electeur du 8e Electeur du 8e

    La propension de ces élus à répondre à côté des questions posées est vraiment inépuisable. Quand on interroge un Fillon sur l’effectivité du travail fourni par son épouse, il répond légalité de son recrutement et “misogynie” des contestataires. Du côté de M. Miron, la question posée porte sur l’éthique ; qu’importe, il n’y a aucun problème puisqu’il n’y a pas de “délit de conjugalité”…

    L’éthique, ce mot compliqué. Pour ces personnages, il doit avoir la signification qu’un avocat m’avait donnée : “l’éthique, j’en parle tous les soirs à mon chien”…

    Signaler
  17. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Le problème n’est pas la nomination de cette dame à ce poste. Elle est manifestement qualifiée pour l’occuper. Mais Richard Miron mérite t’il sa place d’adjoint au sport ? Il est là, le vrai débat !

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Intéressante piste de réflexion : M. Miron pourrait avoir l’élégance de se retirer afin de ne pas nuire à la carrière de son épouse.

      Zut, “élégance”, encore un mot compliqué.

      Signaler
  18. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Éthique, élégance ! Que de termes compliques ! Et pourquoi pas déontologie tant que vous y êtes ? N’oubliez pas que notre élite politique aime qu’on s’adresse à elle avec des mots simples qu’elle peut comprendre tels que : sans gêne, pique assiettes, vendus !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire