L’association Vélos en ville va poser elle-même des cédez-le-passage aux feux rouges

DIY
Bref
le 16 Sep 2022
16

L’association Vélos en ville “passe à l’action”. Les cyclistes militants annoncent qu’ils vont installer eux-mêmes, ce samedi 17 septembre, des panneaux de cédez-le-passage aux feux rouges pour les vélos à travers Marseille.

Si le collectif mène une action ce samedi, c’est parce que la Ville et la métropole n’ont, à ses yeux, pas tenu leurs engagements. C’est en septembre 2018 que l’arrêté autorisant la pose de ces panneaux a été signé avec une liste de lieux définie. Et pourtant un seul a été mis en place à ce jour, rue du Rouet (6e arrondissement).

Ces panneaux permettent aux cyclistes de ne pas s’arrêter aux feux rouges pour les directions indiquées, sauf si un piéton ou un véhicule les en empêchent, et ainsi avoir un parcours plus fluide. Comme l’indique l’association dans le communiqué, “le principe est de permettre aux cyclistes de jouir de la même liberté de mouvement que les piétons plutôt que de souffrir des interdictions faites aux automobiles, et ceci, en améliorant leur sécurité”.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Le soucis est quand même qu’une partie des cyclistes estiment apparemment qu’on doit leur laisser le passage, ne pas leur couper leur élan, quand on est… piéton, sur un “passage clouté”…
    J’ai l’habitude de pester sur les automobilistes qui ne respectent pas les pietons, mais voilà un an que je m’énerve sur des cyclistes, qui foncent au feu rouge ! Evitant tant bien que mal personnes âgées, enfants, adultes qui traversent au “piéton vert” !

    Signaler
    • barbapapa barbapapa

      Il y a des cyclistes fous, comme il y a des piétons fous, le principal est de ne pas généraliser et dans ce cas précis le cycliste en ville est le plus souvent à petite vitesse, respectueux des piétons, et soucieux de son intégrité physique.
      Comme cycliste, il m’arrive très souvent de passer au rouge pour tourner à droite, toujours à petite vitesse et toujours très loin des piétons – même si quelquefois certains piétons râlent méchamment parce que j’ai “grillé” le feu rouge ! Je n’ai alors fait de mal à personne, mais ça met hors d’eux certains, c’est comme ça.

      Signaler
  2. Donib13 Donib13

    Je suis d’accord avec MarsKaa.
    Les cyclistes ne sont jamais que des automobilistes qui se comportent à vélo comme ils le font quand ils sont au volant.

    Par ailleurs, la pose de panneaux routiers par des associations ne me paraît pas apporter les garanties de respect des normes et de sécurité.

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      cycliste, automobiliste, motard, trotinettiste, piéton, transporté en commun … on peut faire partie de tous les “camps” à la fois et chacun peut représenter un danger pour l’autre, même dans son propre camp, même chez les piétons.

      Signaler
  3. Patafanari Patafanari

    Bientôt les piétons militants :  ». Je bouscule un cycliste, je sauve une vie! « (Alors qu’il suffit de leur dégonfler les pneus – comme les militants anti SUV avec les grosses voitures).

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    La cohabitation entre cyclistes et piétons est un réel problème… à Strasbourg, où le vélo représente environ 16 % des déplacements. Ici, où il représente entre 1 et 2 % de ceux-ci, il faut un peu insister pour se sentir en danger en croisant un cycliste tous les deux jours.

    Le vrai sujet, c’est celui de l’article : L’hostilité à peine voilée des élus pour ce mode de déplacement, au point qu’un arrêté de 2018 est resté totalement lettre morte. Il faudra qu’un jour ces élus expliquent pourquoi ce mode vertueux leur donne des boutons, alors que partout ailleurs en France il est encouragé.

    Signaler
    • leb leb

      Je suis plutôt d’accord, il y a une hostilité envers les cyclistes complètement démesurée dans cette ville. Ces derniers plus nombreux à Marseille ces derniers temps semblent être la cause de tous les maux pour les nostalgiques du tout voiture. A croire que la circulation était fluide et les automobilistes plus courtois avant.

      Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Electeur du 8e, je croise tous les jours, 2 fois par jour, des cyclistes (plusieurs) sur mon cheminement (piéton) domicile-travail. Et il n’y a pas un jour où il n’y a pas une situation critique où un.e cycliste se faufile au milieu des piétons qui sont obligés de s’arrêter… Ce qui m’agace : c’est que je suis pour le vélo en ville ! Pour moi cyclistes et piétons = même combat (contre le tout voiture, et les excès des automobilistes). Les cyclistes doivent protéger les piétons, pas les voir comme des empêcheurs de “fluidifier” leur trajet, quand lesdits pietons traversent la rue au “pieton vert”.

      Signaler
  5. fvielfau fvielfau

    il ne s’agit pas de “cédez-le-passage” : le cycle ne cède le passage à quinconque et personne ne cède le passage au cycle.
    il s’agit du “panonceau de type M12 qui autorise les cyclistes à franchir la ligne d’arrêt du feu pour emprunter la direction indiquée par la flèche en respectant la priorité accordée aux autres usager.”
    la franchissement du feu est donc autorisé sous condition de respect des piétions qui sont toujours prioritaires
    https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/LEGITEXT000025207056/

    ce qui est cocasse dans le cas de figure marseillais, c’est que le seul panneau installé au croisement Maillane/Rouet ne ressort pas des attendus : il n’y a pas de feu rouge à ce croisement !!!
    https://goo.gl/maps/2k7qQrvVat5vUhwr7

    et en plus, grâce à l’historique google stretwiew, on peut voir que ce panneau était déjà installé en 2014, avant l’arrêté municipal de 2018 !!!
    https://goo.gl/maps/B1iLFzJhnWVsPJ8P6

    @MarsKaa : le sujet n’est donc pas celui des cycles roulants sur les trottoirs.

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Je ne parle pas de cyclistes roulants sur trottoir ! Mais de cyclistes passant au feu rouge, et ne s’arrêtant pas pour laisser passer les piétons qui traversent normalement (passage et “pieton vert”).

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      beau travail d’enquête !

      Signaler
  6. TINO TINO

    Pour semer l’embrouille, je pose la question suivante : un vélo à assistance électrique est il toujours un vélo, celui qui se bouge à la seule force des guiboles. Le premier me semble plus rapide que le second. Sa vitesse peut avoisiner celle d’une mobylette, d’un petit scooter. Le VAE doit il obeir au code de la route des véhicules motorisés ou à celui des vrais vélos ?

    Signaler
    • Cyril JARNY Cyril JARNY

      Les VAE sont limités à 25 km/h. Les modèles qui ne sont pas bridés doivent être immatriculés.
      Par ailleurs, tout engin sur la route doit respecter le code de la route (il n’y en a qu’un !).

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      45 km à vélo mécanique (limite théorique des 50cm3) , c’est assez vite atteint en forte descente, sur le plat bien lancé à fond, on est plutôt à 30 en général hors sportifs.
      Un VAE doit stopper l’assistance à 25km/h, sinon c’est reclassé en “mobylette”: immatriculation, assurance et casque homologué obligatoires.

      Signaler
  7. Bibliothécaire Bibliothécaire

    Hé bien, ici aussi les cyclistes en ville déchaînent les passions et les commentaires. Moi j’ai tout réglé, je suis trizophrène : quand je suis à pied, j’insulte les voitures et les vélos (parfois même les piétons), et réciproquement quand je suis en voiture ou sur mon vélo.

    Pas vous ?

    “On est toujours le connard de qqn” dit une amie. On fait trop souvent des erreurs, à pied, à vélo en voiture. Tant qu’elles restent petites, ça va, je m’en veux et je redouble d’attention ensuite.

    Signaler
  8. petitvelo petitvelo

    Un léger décalage entre les actions et la communication pour Ville et métropole ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire