Le parti socialiste va vendre son siège marseillais et en espère 3,2 millions d’euros

Actualité
Jean-Marie Leforestier
22 Juin 2017 0

À l’Assemblée nationale, ils ne sont plus que trente députés socialistes. Les législatives ont laissé le parti très affaibli et, par ricochets, mis ses finances à rude épreuve. Moins de voix, moins de parlementaires, c’est moins d’argent qui rentre dans les caisses. La fédération des Bouches-du-Rhône n’échappe pas à cette disette. Selon nos informations, le PS 13 va vendre son siège de la rue Montgrand à Marseille.

La décision, qui était dans l’air depuis quelques temps, nécessitait d’obtenir l’aval du parti au niveau national puisque la fédération locale et le parti sont co-propriétaires des murs. C’est désormais chose faite et la petite annonce peut être passée pour ces locaux où le visiteur est accueilli par un portrait massif de Gaston Defferre. D’après les estimations effectuées, le PS 13 espère vendre les 1400 mètres carrés de surface de plancher pour 3,2 millions d’euros, une somme à répartir entre l’échelon local et national.

« Une page d’histoire qui se tourne »

« Évidemment, c’est une page d’histoire qui se tourne mais ce sont les électeurs qui nous ont demandé de la tourner », commente un cadre socialiste. Celui-ci ajoute que le parti devrait « faire l’acquisition d’autres locaux plus petits. L’objectif est de déménager si possible avant l’hiver. »

Le PS paie qui plus est les défaites successives aux élections locales puisqu’il a perdu un grand nombre d’élus depuis 2014. Ainsi, la seule défaite aux municipales 2014 avait fait chuter le nombre de conseillers PS ou apparentés de 34 élus à 16. Autre exemple, les régionales 2015 l’ont vu perdre une soixantaine d’élus en se retirant avant le 2e tour. Chacun d’entre eux versait 10 % de son indemnité de fonction.

À cela s’ajoute le nombre des adhérents qui a diminué entraînant une baisse du montant collecté des cotisations. Après avoir compté jusqu’à une petite dizaine de salariés, le parti ne compte déjà plus qu’un seul permanent à temps plein.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire