Le département fait sa com’ sur le dos de la police municipale marseillaise

Actualité
le 24 Mar 2021
11

À trois mois des élections départementales, la collectivité présidée par Martine Vassal (LR) sort une campagne de promotion de son action en matière de sécurité publique. Et illustre son propos avec une photo de la police municipale marseillaise.

Les visuels du conseil départemental actuellement affichées dans Marseille.

Les visuels du conseil départemental actuellement affichées dans Marseille.

Difficile de les rater. Depuis quelques jours, ces affiches ornent chaque arrêt de tram marseillais. Trois photographies : une voiture de police, le dos d’un agent en uniforme et un gros plan sur une caméra de vidéosurveillance. Originellement barrées du slogan “votre sécurité, notre priorité”, elles ont pour certaines été détournées le week-end dernier. À coup d’autocollants, les collectifs Technopolice et Résistance à l’agression publicitaire (RAP) ont dénoncé la “partialité”, le manque “d’utilité publique” de cette campagne de promotion du conseil départemental des Bouches-du-Rhône. Les collectifs pointent encore un affichage qui, “à la veille des élections départementales et régionales de juin, n’est pas politiquement neutre et anodin”.

Une affiche détournée dans le centre-ville de Marseille

Cette opération de com’, “réalisée en interne” précise Olivier Gineste, le directeur de la communication de la collectivité, n’a rien de très original. Si ce n’est que pour illustrer son propos sécuritaire, l’institution départementale – qui n’a pas la sécurité publique dans ses compétences – a choisi de s’appuyer sur… une photo de voiture de la police municipale marseillaise. La mention “police municipale” a été gommée et remplacée par le slogan du CD13. Un choix croquignolet alors même Martine Vassal, présidente (LR) du département et Yannick Ohanessian, adjoint socialiste au maire de Marseille chargé de la sécurité, ont eu, il y a quelques semaines, une sèche passe d’armes au sujet de l’installation de caméras de vidéosurveillance. La campagne de promotion prend soudain une saveur d’huile savamment jetée sur un feu à peine éteint.

Rebond de campagne

“Où voyez-vous que c’est une voiture de police municipale marseillaise ?”, interroge Olivier Gineste. Le Vieux-Port en arrière-plan donne des éléments de réponse… “Nous avons “dé-badgé” le véhicule. Ces visuels sont génériques et ont déjà été utilisés par nos services il y a environ un an et demi lors d’une précédente campagne. Cela n’avait pas posé de problème alors, donc cela n’a pas à en poser cette fois-ci“, évacue le directeur de la communication faisant mine d’oublier qu’entre-temps la majorité municipale marseillaise a changé.

En mairie, on fustige “une campagne électoraliste” : “Si c’est pour rebondir sur la séquence avec Darmanin [au sujet de la videosurveillance, ndlr], c’est vraiment grossier, comme méthode !”, ironise-t-on. Au sein des services municipaux, on indique aussi que la Ville de Marseille n’a pas été consultée et n’a pas donné son accord pour l’utilisation de ces images.

“Rappelez-moi les prochaines échéances électorales à venir ?”, feint de s’interroger Yannick Ohanessian, pour le Printemps marseillais. “C’est une énième campagne de communication – surprenante mais désolante – de madame Vassal. Je l’invite à engager les deniers publics sur les compétences qui sont celles du département. Notamment l’aide sociale au moment où le territoire traverse une crise sanitaire, économique et sociale sans précédent.”

Recyclage d’images

À trois mois de ces possibles scrutins et alors que Martine Vassal sera en toute logique candidate à sa propre succession, cette campagne d’affichage est-elle dans les clous des règles édictées par le code électoral ? Oui, assure Olivier Gineste : “C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons recyclé ces visuels. Ils étaient, à l’origine, assortis d’un bilan de l’action de l’institution, que nous avons pris le soin de gommer pour nous conformer à la loi.”

Le directeur de la communication rappelle, en outre, que si le département n’est pas compétent en matière de sécurité, la collectivité participe au financement de certaines actions des communes du territoire en la matière. En 2017, la présidente du département avait passé en revue les nouveaux véhicules municipaux financés par son institution au pied de la mairie sur le Vieux-Port. Un accompagnement financier qui s’étend à toutes les villes du département. Le site internet du CD13 indique que l’enveloppe atteindra cette année 62 millions d’euros en dotations variées : “véhicules et matériels (gilets pare-balles, armes, équipements anti intrusion…)”. Autant d’occasions futures d’étoffer la richesse du fonds photographique du département.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Et cette campagne n’est pas que sur les arrêts de bus ! Campagne agressive, sur les publications papier du CD ou organisation proche, et par pop up sur certains sites/appli internet.
    Je retiens de l’article le contre-slogan suivant “la sécurité n’est pas du ressort du CD, le social oui” 🙂
    Et bravo aux activistes du RAP/technopolice !

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    62 millions d’euros de dépenses en matériel de maintien de l’ordre, pendant que par ailleurs le département refuse d’appliquer la loi qui l’oblige à mettre à l’abri les mineurs isolés. C’est un choix politique très clair, pas différent de celui que ferait l’extrême-droite : la matraque plutôt que la solidarité.

    La formule attribuée à Victor Hugo, «ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons», semble vraiment trop compliquée à comprendre par certains politiciens incapables de hauteur de vue.

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Le département finance aussi grassement ses administrés les plus aisés pour acheter des voitures électriques à 50000 euros…

      Signaler
  3. Pierre12 Pierre12

    Qu’elle fasse sa pub c’est une chose, elle est en campagne, comme tous les politiques, elle veut montrer ce qu’elle a fait, après qu’elle le fasse avec notre argent est totalement délirant.

    C’est un peu comme si Macron, faisait de la pub dans les tous les journaux, l’année prochaine, avant sa réélection, avec l’argent de l’état.

    Complètement ahurissant !

    Signaler
  4. VALMA VALMA

    Je partage les avis précédents, c’est absolument sidérant ! Manque-t-elle à ce point d’idées ??!! Pour n’avoir qu’à proposer le recyclage des idées d’extrême droite, et encore et toujours “racoler” les communes … Avec des compétences aussi larges que celles des départements ?!? Nous prennent vraiment tous pour des imbéciles ! Et en plus avec notre fric !

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    C’est une LR , nous connaissons les pratiques de cette formation politique en matière de campagne électorale et de financement sur le dos du contribuable .
    N’ayant jamais travaillé de sa vie et étant habituée a vivre sur notre dos ,ce genre d’individu à tendance à confondre comme certains épiciers , chiffre d’affaire et bénéfice. De plus se prenant un génie ,et convaincue de son immense valeur cela n’arrange pas les choses. Très facile de s’amuser avec l’argent des autres.

    Signaler
  6. TINO TINO

    nouvel exemple prouvant la nullité intellectuelle abyssale de ce personnel politique. Le mot politique étant trop noble en ce qui les concerne, je dirais plutôt politicars…

    Signaler
  7. Patrick Akriche Patrick Akriche

    Tartine Vamal est à la ramasse !!!

    Signaler
  8. Rémy Bargès Rémy Bargès

    Martine Vassal communique sur un sujet régalien, la sécurité, qui ne concerne en rien les compétences du Conseil départemental mais qui lui permet de montrer au peuple ses petits bras musclés.
    Elle le fait sans aucun scrupule en détournant des images qui ne lui appartiennent pas et au mépris des règles de propagande électorale… Le coût de cette com est noyé dans des inscriptions budgétaires illisibles pour les non-initiés mais qui dépassent largement les 4M€ affichés sur les lignes com du budget de l’institution qu’elle préside.
    N’oublions pas que sa première décision en accédant à la présidence du Conseil départemental a été de supprimer la prime de noël pour les bénéficiaires du RSA, ces assistés qui ne valent guère mieux dans son esprit que les mineurs isolés.

    Signaler
  9. Manipulite Manipulite

    Dans la catégorie « LR et campagne de communication sécuritaire », la couverture du dernier magazine municipal d’Aix n’est pas piquée des vers. La course avec le FN est bien lancée. Au conseil régional PACA c’est Muselier qui avait retiré un dossier de subvention à une association sur exigence du FN. Le concours des initiatives bien flippantes ( en paroles ) est ouvert.

    Signaler
  10. petitvelo petitvelo

    Oublié la photo bisounours en col roulé blanc !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire