La vaccination à Marseille, nouvelle fracture de la crise sanitaire

Décryptage
le 16 Juil 2021
27

40 % des habitants de la métropole Aix-Marseille sont primo-vaccinés contre le Covid-19. Mais à en croire les chiffres de l’Assurance maladie, ce pourcentage cache une fracture géographique conséquente à Marseille. Une fois de plus depuis le début de la crise sanitaire, les quartiers Nord sont moins bien protégés.

La répartition saute aux yeux une fois que la carte apparaît sur le site de l’Assurance maladie : on se vaccine moins dans les quartiers Nord qu’au Roucas Blanc ou à Périer. Après l’inégalité d’accès aux tests au début de la crise, la campagne de vaccination contre le Covid-19 crée une nouvelle fracture géographique. Alors qu’un habitant sur deux est primo-vacciné (a reçu au moins une première dose) dans les 7e et 8e arrondissements, seulement un sur quatre a reçu une première dose dans les 14e et 15e arrondissements.

Michèle Rubirola "pas surprise par cet écart"

Certes, selon les chiffres de l’Insee, 35 % de la population a moins de 30 ans dans les 14e et 15e arrondissements soit 8 points de plus que la moyenne marseillaise. L'écart pourrait donc s'expliquer par le fait qu'une part plus importante des habitants a eu accès plus tardivement à la vaccination en raison de son âge.

Sauf que l'analyse des taux de vaccination par tranches d’âge confirme les disparités. En date du 27 juin, 61 % des plus de 75 ans sont primo-vaccinés dans le 15e contre 68 % sur l’ensemble de la Ville, soit une différence de 7 points, et même 17 par rapport à l'arrondissement le plus vacciné, le 8e. Ces écarts sont notables, s'agissant de publics vulnérables, identifiés comme prioritaires depuis janvier 2021. Mais ils deviennent de plus en plus importants lorsque l'on se décale vers les plus jeunes.

"Les arrondissements du 3e, 14e, 15e, 16e à Marseille, et dans une moindre mesure ceux du 1er, 2e et 13e connaissent effectivement une couverture vaccinale inférieure à la moyenne régionale", confirme l'agence régionale de santé (ARS) en mettant en avant la difficulté de "convaincre la population de ces secteurs malgré les nombreux moyens mis en œuvre."

Les marins-pompiers seront bientôt envoyés à Grand littoral pour faire de la sensibilisation auprès des plus jeunes.

"Nous ne sommes pas surpris par cet écart", abonde Michèle Rubirola, première adjointe à la santé pour la Ville de Marseille. "C’est même quelque chose que nous avions anticipé en créant des vaccinodromes comme à la mairie du 15/16." La situation n’a rien d’inéluctable selon elle : "D’ici à quelques semaines, nous allons travailler avec l’Assurance maladie pour que les marins-pompiers interviennent dans les zones faiblement vaccinées. Un bataillon sera notamment placé à Grand Littoral pour convaincre les jeunes qui viennent faire des courses."

Un réseau associatif essentiel

Accompagnés par des médecins libéraux, les marins-pompiers sont un maillon logistique indispensable pour la campagne de vaccination dans les quartiers Nord. Mais rien ne serait possible sans le tissu associatif, capable de tisser des liens de confiance et de proximité avec les habitants. "Nous nous appuyons énormément sur les associations, confirme l’adjointe à la santé. Des associations sportives, culturelles, ou encore communautaires collaborent entre elles et avec nous pour éviter que des personnes passent sous les radars. Leur implication est essentielle."

Un constat que dresse Annie Levy-Mozziconacci, médecin et généticienne à l'Hôpital Nord, cofondatrice du collectif "NordCovid" : ”Les patients qui viennent pour se faire vacciner à l’hôpital sont intégrés socialement et professionnellement, mais pour les autres, moins intégrés, les institutions n’ont aucun moyen de les diriger vers la vaccination. Sans le circuit court des associations rien ne serait possible.

Parmi ces réseaux figurent l’association Santé et Environnement pour tous (SEPT), présente dans les quartiers Nord depuis le début de la crise sanitaire et financée par l'ARS pour cette mission de médiation. "La défiance autour de la vaccination est grande dans les quartiers Nord. On part tellement de loin que nous pensions que les chiffres de l’Assurance maladie allaient nous donner un écart plus important, confie Yazid Attalah, le président de SEPT. Ça prouve que le travail de terrain finit par payer.

Nous sommes dans une course de fond, on se bat dans les derniers mètres avec les récalcitrants.

Yazid Attalah, association SEPT

"Le travail de terrain", voilà ce qui constitue la réelle plus-value des associations dans cette campagne. Car de la maigre offre de transport à la fracture numérique empêchant la prise de rendez-vous en passant par la barrière de langue, les difficultés sociales ont tendance à se cumuler et donc à éloigner les populations précaires de la vaccination. "Nous sommes dans une course de fond, on se bat dans les derniers mètres avec les récalcitrants, les personnes très âgées et/ou sans papiers, explique Yazid Attalah. Pour recruter des médiateurs, je ne cherche pas des profils académiques, mais des gens de terrain qui comprennent les quartiers, en capacité de trouver les bons mots."

Le médecin, référence morale forte

Et dans ce travail pour convaincre, pas sûr que les dernières annonces du gouvernement soient efficaces. "L’argument du pass sanitaire qui consiste à dire : pas de vaccin, pas de loisir ne fonctionne pas, beaucoup n’ont pas assez d’argent pour aller au cinéma, ni aux restaurants", avance Karima Djellat, une des onze médiatrices que compte l’association SEPT. Elle sillonne les quartiers "au bloc près", accompagnée par des infirmières. Les équipes vaccinent à domicile pour les personnes ne pouvant se déplacer et tentent de rassurer sur les effets indésirables du vaccin. "Nous sommes souvent accompagnés par des professionnels de santé, ce sont des référents moraux incontournables face aux fausses informations qui circulent”, avance Karima Djellat.

Parmi ces professionnels de santé figure Slim Hadiji, médecin généraliste à la maison régionale de santé de Malpassé dans le 13e. "Quand un patient me dit : mon voisin me dit que les vaccins sont dangereux, je lui réponds : quand on est malade on va voir un médecin ou un voisin ?”, ironise-t-il. "Docteur Covid", comme ses patients aiment l'appeler, intervient dans les centres sociaux et les maisons de quartiers où il anime des réunions d’information et des cessions de questions/réponses. "Quand je repars, je pense avoir convaincu deux personnes sur trois” avance-t-il.

Quand je conseille la vaccination, les gens m'écoutent, mais je suis limité à 10 doses par semaines.

Slim Hadiji, médecin à Malpassé

De la campagne de vaccination, il déplore que les médecins généralistes aient été quasiment mis à l’écart au profit des vaccinodromes. "Nous sommes un référent moral fort dans les quartiers. Le médecin généraliste est au plus près des familles et des problématiques. Quand je conseille la vaccination, les gens m'écoutent, mais je suis limité à 10 doses par semaines", fait-il savoir. Pour contourner cette limite, le Dr Hadiji mutualise les doses des 26 spécialistes de sa maison régionale pour vacciner les habitants de Malpassé. "Avec cette astuce, nous vaccinons plus d’une centaine de personnes par semaine". Mais "Docteur Covid" a besoin de renforts : il faudrait vacciner près de 3000 habitants du 13e pour rattraper la moyenne de la ville et même plus de 15 000 pour atteindre le niveau du 8e.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. mikasaga mikasaga

    Cela confirme ce que nous pensions avec beaucoup de personnes de mon entourage : nous nous sommes tous fait vacciner au Vélodrome, et nous avons tous tiqué sur le fait que la quasi-totalité des personnes étaient blanches.

    Signaler
  2. Andre Andre

    Il y a au problème décrit plusieurs raisons, en effet. Nos technocrates connectés ont tout axé sur internet. C’est en effet très efficace… à condition d’avoir un ordi et de savoir s’en servir.
    De même les vaccinodromes comme le Vélodrome offrent au public une organisation impeccable (bravo le BMP!), à condition de pouvoir y aller. J’avais inscrit sur Maia mon père de 98 ans et je l’ai amené au stade. Sinon, comment aurait il fait?!
    Cela concerne toute la France. Les médecins de famille auraient dû être, comme cela est dit, beaucoup mieux associés et je ne comprends pas pourquoi le Sécu qui , au passage, fait un gros boulot, ne s’en est pas préoccupée? Mystère…
    Enfin, le fossé culturel dans les cités des quartiers N. Les partisans de ” l’inclusion” devraient être satisfaits. C’est bien là un signe de plus de l’échec de l’intégration. Quand on n’ose pas sortir de sa cité, comment aller au stade même si le bus est gratuit? Quand on ne se sent pas partie prenante de notre société, volontairement ou pas, comment peut on être réceptif aux messages diffusés par les pouvoirs publics?
    Un sociologue a parlé de l’archipel français. A Marseille, ce n’est plus un archipel mais des continents distincts.

    Signaler
  3. BRASILIA8 BRASILIA8

    il n’y a pas que les quartiers nord les 1er, 2e et 3e sont concernés il s’agit aussi d’un problème social mais là je vais parler de politique et il ne faut pas faire de peine aux tenant du ni, ni pour qui ils suffit de traverser la rue pour régler un problème

    Signaler
    • Andre Andre

      Les 1er, 2me et 3me obéissent aux mêmes caractéristiques que le Nord. Le social rejoint le culturel, bien évidemment.

      Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      Comme on peut le voir sur la carte, les quartiers du nord de Marseille commencent en gros à la Canebière, boulevard d’Athènes, rue Honnorat, ce ne sont pas simplement la Rose, Frais-Vallon et la Paternelle. N’oublions pas que l’axe Vieux-Port / Canebière est orienté est/ouest.

      Signaler
  4. van cuyck - A2MS van cuyck - A2MS

    Il est évident que le frein social est pregnant. Je me pose également la question du frein culturel sans aucune volonté de polémique de ma part.

    Le plus gros scandale de cette crise sanitaire c’est d’avoir empêcher les médecins de ville de jouer leur role : soulager, soigner et prescrire.
    Il est grand temps de remettre la médecine de ville au centre du dispositif de soin.
    Quant au contenu de l’article, il relate des % “bruts”. Sauf erreur de ma part, je n’ai pas vue la répartition de l’age de la population part arrondissement. Cela pourrait donner un angle de vue peut être un peu modulé si le % de personnes âgées étaient notablement supérieurs dans les quartiers sud que les quartiers nord.

    Mais le pb existe et il faut mettre les moyens pour le corriger.

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Bonjour, vous avez dû lire un peu rapidement : la question de l’âge est abordée dès le 3e paragraphe et suivi d’un tableau détaillé. En résumé : certes les habitants des quartiers Nord sont plus jeunes, mais peu importe leur âge, ils sont moins vaccinés qu’ailleurs !

      Signaler
  5. Manipulite Manipulite

    L’assistanat peut-il encore aller plus loin ? La vaccination est gratuite pour tous. Il y a des pays où se faire vacciner coûte cher quand c’est possible, voir la Tunisie qui appelle à l’aide.On ne peut pas faire le bonheur des gens malgré eux. Cessons de larmoyer sur les quartiers nord dès lors que la population en cause ne se sent pas concernée. Mesure simple : vaccins gratuits, tests payants.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      C’est ce qui est en train de se passer et cela est une bonne chose. Pour le reste vous avez tout à fait raison.

      Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      Sauf que l’immunité collective, seul gage de diminution des variants, ne pourra apparaître que si une très grande partie de TOUTE la population est vaccinée. De plus, n’oublions pas que les vaccins ne protègent ( à un pourcentage variable) que des formes graves de la maladie et n’empêchent pas d’attraper le virus.

      Signaler
    • Jean-Baptiste Jean-Baptiste

      Est-ce que vous connaissez les situations des gens que vous désignez comme bouc-émissaires ?
      Le problème est signalé depuis des mois (ex. https://www.20minutes.fr/sante/2962447-20210127-coronavirus-plus-75-ans-dependants-non-mobiles-angle-mort-strategie-vaccination-francaise), et peu de choses ont été faites au niveau national, à part renvoyer les gens à leur soi-disante responsabilité individuelle.

      Cette façon de voir les choses est un cul de sac, et cela a été démontré depuis des années par la recherche scientifique.

      Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    Cher Richard, je ne saisis pas votre sauf, personne n’ empeche qui que ce soit d’aller se faire vacciner,au contraire à part le petit pourcentage de gens qui sont toujours contre tout par principe et en ne sachant même pas pourquoi, et les autres qui s’en fichent ,car ne se sentant pas concernés pour être courtois.
    Cher Richard, votre dernière phrase n’est pas exacte, et en plus il faut dire aux gens qu’il vaut mieux se faire une petite piqûre indolore, plutôt que de se retrouver avec une sonde urinaire, des couches pour déféquer, et un tubage en même temps pour respirer pendant trois mois en réanimation comme dirait mon ami toubib.

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      Il me semble que la santé publique consiste à conserver en bonne santé le plus de citoyens possibles, car les citoyens en mauvaise santé sont le terreau de maladies nouvelles qui affecteront l l’ensemble des citoyens. Appliqué au COVID, le risque d un variant résistant au vaccin est amplifié par la non vaccination immédiate du plus grand nombre. Et pour les plus économistes, une santé de masse diminue le coût des soins par personne, en plus de limiter les maladies.

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Un bon moyen de connaitre l’efficacité des vaccins quand on n’est pas toubib. https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/dashboards/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6
      Une recherche sur Wikipédia pour permettra de juger de la fiabilité de l’université John Hopkins qui a produit cet outil. Quand on voit le résultat sur les pays qui ont le plus vacciné (USA, UK, Israël notamment), franchement ce n’est pas évident. Pour certains pays on se demande s’ils n’ont pas vacciné avec de la flotte…Dans 1 mois on saura probablement si les mesures prises par nos “élites” justifiaient tout ce “vacarme”. Macron pourrait bien y laisser sa “carrière”.

      Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      Cher Braillasse, ma remarque était une réponse à Manipulite qui déclarait qu’il n’était pas possible de faire le bonheur des gens malgré eux et qu’il nous fallait cesser de nous apitoyer sur la population des quartiers nord si elle ne se sent pas concernée. Je tenais à préciser que nous sommes tous concernés par le taux global de vaccination qui peut amener une immunité collective et qu’il est donc important que des efforts importants soient faits pour accélérer la vaccination dans les quartiers en retard. La deuxième partie de mon post prêtait effectivement à confusion. Je voulais simplement (mais très confusément) dire que la vaccination ne nous dispensait pas des gestes barrières.

      Signaler
  7. Anita P Anita P

    Entièrement d’accord avec vous Jacques89, à voir absolument sur Youtube l’interview de Christian Velot (maître de conférence en génétique moléculaire à l’université Paris-Sud, directeur scientifique du comité scientifique du Comité de recherche de l’information indépendante du génie génétique (CRIIGEN)) : “Ne faisons pas un remède pire que le mal”. Désolée je ne sais pas mettre le lien.
    Si ne je me fais pas vacciner ce n’est pas par peur d’une petite piqure indolore…

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Il y en a même qui disent que c’est du pastis qu’ils mettent dans la seringue.
      Une petit séjour en réanimation vous ferait à mon humble avis changer d’avis.
      Et puis ,vos maîtres à penser et gourous de tous poils sont fatiguants, remember le druide marseillais qui à fait plouf.

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      OK Braillasse ! Je pensais qu’il fallait attendre 1 mois, mais les médias commencent déjà à douter eux aussi. Et comme ils ne veulent pas passer pour des cons, ils commencent par culpabiliser ceux qui ne les ont pas cru en disant qu’il aurait fallu ceci ou atteindre cela… Bref des prétextes pour dédouaner nos élites qui ont dépensé un max de pognon pour probablement pas grand-chose. On savait que les états étaient gouvernés par les banques mais on ne s’imaginait pas que nos dirigeants ouvraient les vannes à ceux qui avaient fait des prêts bancaires pour alimenter leurs délires. C’est probablement les résultats obtenus pas l’Arabie Saoudite, le Kuwait, le sultanat d’Oman, le Mozambique, le Vietnam, la Jamaïque, Malawi, les Seychelles qui ont participé à ce qui pourrait bien être une prise de conscience.

      Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Jacques 89, de quels medias parlez vous?.
    Si vous avez un lien ,je prendrais volontiers quelques minutes pour lire cet ou ces articles

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Quand je dis “médias” sans préciser, je vise les plus écoutés…France info notamment…la voix de son maître.

      Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Les médias parole de vérité ?
    Le Monde était crédible quand j’étais étudiant, aujourd’hui il est comme les autres.France Info une radio en continue comme les autres, ni plus ni moins. Et quand vous voyez que même là BBC qui était la référence mondiale en terme d’indépendance s’est fait attrapée la main dans la confiture,c’est dire.Alors prenons les informations et trions.Puis pour le fun ,il serait marrant de se taper un podcast de France Info d’il y a un an ou six moins et nous en reparlerons.

    Signaler
  10. Brallaisse Brallaisse

    Merci de ce lien.
    Simplement ,si j’ose dire, c’est que les mesures qui sont prises ne font que s’adapter aux évolutions de cette saloperie.Rappellez vous les gripettes avancées par certains chercheurs, et qui devaient disparaître par enchantement.
    Un peu de modestie dans nos analyses,et surtout de la part des journalistes et des experts qui sont les rois du commentaire du lendemain.
    Voyez il plus facile de calculer la trajectoire d’un astéroïde que celle de ces “putains” de variants.

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      On est bien d’accord! Mais la vaccination est-elle une mesure “adaptée”? Manifestement, comme dit “l’autre” ce n’est pas une “baguette magique”. Dans tout discours catalogué de “complotiste” il y a peut-être certaines choses à intégrer à la réflexion. On y verra probablement plus clair dans un mois. Mais d’ici là les personnels des EHPAD auront été vaccinés alors qu’il est clair qu’ils seront toujours porteurs du virus. Cela fait partie des incohérences de ce gouvernement.

      Signaler
  11. Brallaisse Brallaisse

    Ce gouvernement ou un autre,la question n’est franchement pas là. Aucun n’a LA solution.
    Les chinois annoncent 2 morts , les russes 3, les Israéliens qui avaient réglés le problème selon eux ,ils reviennent en arrière, l’Afrique silence radio, l’Asie c’est un désastre sauf en Chine et si tu dis le contraire ,on camphre.
    Pour info ,j’attends toujours les solutions de Melanchon,Le Pen, Dupont Aignan, des LR, de ce qui reste des socialistes,et de la secte des communistes.
    Téléphonez à ces experts et journaleux, si ils savent

    Signaler
  12. Brallaisse Brallaisse

    Qu’ils ne se gênent pas pour nous le dire

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire