Le variant Delta et les invariablement bêtas

Billet de blog
par MalMass
le 12 Juil 2021
9

La quatrième vague est là ! Au Royaume-Uni, le nombre de cas détectés positifs a été multiplié par dix depuis fin mai pour atteindre désormais 190 000 nouveaux cas au cours des sept derniers jours, s’approchant d’un taux d’incidence de 300 nouveaux cas hebdomadaires pour 100.000 habitants. En Espagne, le taux d’incidence vient d’atteindre 220 et au Portugal, il a franchi le seuil des 150. Sur la carte de situation du centre européen de prévention et de contrôle des maladies actualisée au 8 juillet, le Portugal, la presque totalité de l’Espagne et Chypre ont viré au rouge.

En France, avec un taux d’incidence de 35, nous n’en sommes pas encore là mais ce n’est qu’une question de temps. Certaines régions ne devraient pas tarder à virer à l’orange. Depuis fin juin, la tendance est à la hausse. La fin anticipée du couvre-feu et du port du masque en extérieur a stoppé nette la décrue du troisième épisode. Ici, comme ailleurs, la hausse est particulièrement forte chez les plus jeunes, qui ont recommencé à se voir en nombre pour des fêtes démasquées. Dans les Bouches-du-Rhône, le taux d’incidence dépasse désormais les 100 nouveaux cas détectés sur sept jours pour 100 000 chez les 20-29 ans (cf. graphique ci-dessous).

Cet épisode estival vient rappeler la vanité des théories saisonnières des experts et du premier d’entre eux, Jean-François Delfraissy. Pourtant, nul besoin d’être un grand savant pour comprendre que les évolutions habituelles observées pour des virus proches du Sras-cov2, qu’on laisse circuler librement, sans restrictions des libertés publiques, peuvent difficilement aider à théoriser l’évolution d’un virus dont on freine artificiellement la circulation par des contraintes visant à réduire les contacts interpersonnels. D’autant plus quand, après des mois de restrictions, certains peuvent vouloir rattraper le temps perdu.

Dans cette évolution, plus prévisible qu’inattendue, le variant Delta est devenu le coupable idéal. Ne craignant pas le ridicule, un “conseiller de l’Elysée” cité par Le Monde le 9 juillet, évoque un variant qui “va quatre fois plus vite que le britannique, qui allait lui-même deux fois plus vite que la souche d’origine”. La dynamique épidémique serait donc huit fois plus rapide qu’en mars 2020, lors du premier épisode…

Le variant Delta a vraiment bon dos ! Il permet aux autorités politiques de ne pas questionner leur politique sanitaire, aux citoyens de ne pas remettre en cause leur lâcher prise et aux experts de justifier leurs erreurs d’analyse et de prévision- au passage, tous ont oublié que si le variant “anglais” était réellement plus contagieux, un autre variant plus contagieux devrait inexorablement émerger puisque le virus continue de circuler fortement dans un monde interconnecté et qu’il ne cesse de muter, comme on nous l’explique depuis le début.

Cela dit, pour le variant Delta, comme pour le variant “anglais”, les postulats d’une plus grande contagiosité s’appuient principalement sur des démarches observationnelles qui sont de même nature que celles que l’on reproche à Didier Raoult d’utiliser pour prouver l’efficacité de son traitement.

Tous ces “experts” en blouse blanche, qui scénarisent et prophétisent, comme ces hauts fonctionnaires en charge de la politique sanitaire, négligent trop l’observation de terrain des comportements individuels. En Espagne, par exemple, des milliers de jeunes se sont retrouvés aux Baléares pour fêter la fin de l’année scolaire sans geste barrière. Des centaines sont revenus positifs sur le continent. Parmi eux, le variant Delta est largement minoritaire mais l’explosion épidémique est là.

Faut-il s’en inquiéter ?

De fait, contrairement aux épisodes antérieures, la courbe des nouvelles hospitalisations ne suit plus celle des nouveaux cas grâce à la vaccination massive des populations les plus à risques. C’est une bonne nouvelle mais elle n’est pas suffisante pour prévenir un afflux futur dans les hôpitaux. Il pourrait survenir si la diffusion épidémique se poursuit à grande échelle chez les jeunes, peu vaccinés. Ils contamineront ensuite leur proches plus âgés, largement vaccinés mais encore nombreux à ne pas l’être. Or il suffit de peu de monde pour saturer les capacités d’accueil des hôpitaux. Juste un petit pourcentage des plus de 50 ans.

De ce point de vue, les Bouches-du-Rhône sont plus mal placées que les autres car depuis juin, ses habitants semblent rechigner davantage que les autres à la piqure et cela, à tout âge (voir les deux graphiques ci-dessous).

Dans ces conditions, pour tous ceux qui aiment les libertés publiques – comme pour ceux qui craignent pour les dépenses publiques – la balance avantages-risques penche de façon évidente pour la vaccination obligatoire pour tous !

Aucune raison de se centrer sur les seuls professionnels de santé. Cela ne réduirait pas substantiellement le risque. Et dans ce cas, puisque c’est chez les jeunes que le virus circule le plus, pourquoi ne pas étendre l’obligation aux adolescents, aux enseignants et aux professionnels des  écoles et des établissements d’enseignement supérieurs, pour éviter de gâcher une troisième année scolaire consécutive ? Et pour éviter de refermer les bars, les restaurants et autres lieux de convivialité, afin de protéger notre santé mentale, pourquoi ne pas l’étendre ensuite aux professionnels concernés ? Etc.

Quant à ceux qui avancent leurs libertés pour refuser la vaccination, ils devraient se rappeler que cette obligation vaccinale n’est pas une nouveauté. D’autres vaccins sont, depuis des décennies, obligatoires dans l’intérêt collectif. Ces égolibertophiles, plus amoureux de leurs libertés que de la Liberté, devraient d’ailleurs nous dire s’ils sont d’accord pour qu’on les laisse mourir sans soins en cas de nouvelles tensions hospitalières, pour ne pas avoir à reconfiner la vie sociale et économique, en privant de leurs libertés, ceux qui ont fait le choix du vaccin.

Ce lundi 12 juillet, oubliant l’article 20 de la constitution, selon lequel c’est le Gouvernement qui détermine et qui conduit la politique de la Nation, les ministres, les parlementaires, les fonctionnaires, les médias, comme le peuple soumis, attendent les décisions solitaires de l’Elysée sur les suites à donner pour prévenir la reprise épidémique. Nul doute qu’il ne décidera pas d’une obligation vaccinale générale même si cela reste la seule décision rationnelle pour “vivre avec le virus”.  Mais, comme pour le port du masque ou pour le déploiement massif des tests, nous y arriverons, après maintes tergiversations et atermoiements. “Tout le monde a le droit d’être intelligent”, comme le proclame les vidéos de l’IHU de Marseille, mais ce n’est pas non plus obligatoire.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Paul_ Paul_

    Trois excellents articles de Laurent Mucchielli en lien étroit avec votre bonne tribune :

    1) La vaccination à l’épreuve des faits. 1ère partie : les chiffres de l’épidémie
    https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/200721/la-vaccination-l-epreuve-des-faits-1ere-partie-les-chiffres-de-l-epidemie

    2) La vaccination Covid à l’épreuve des faits. 2ème partie : une mortalité inédite
    https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/300721/la-vaccination-covid-l-epreuve-des-faits-2eme-partie-une-mortalite-inedite

    3) Pourquoi la vaccination obligatoire anti-covid viole l’Etat de droit
    https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/210721/pourquoi-la-vaccination-obligatoire-anti-covid-viole-l-etat-de-droit

    Signaler
  2. Anita P Anita P

    Un grand merci à vous pour ce partage.

    Signaler
  3. Jacques89 Jacques89

    Entièrement d’accord avec vous jusqu’à « Faut-il s’en inquiéter ». Après, il faut prendre le temps de regarder ce qu’il se passe dans les pays qui ont le plus vacciné pour se rendre compte que la vaccination n’a pas d’effet notable sur ce variant. La courbe de référence c’est celle des Emirats Arabes Unis que vous pouvez étendre à tout le golfe persique et plus récemment Israël https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/dashboards/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6
    Les Emirats ont vacciné 83.5% de leur population (10 millions d’habitants répartis principalement sur quelques villes Abou Dabi (plus de 5 M) et Dubai)) dont la concentration en fait un échantillon comparable aux pays industrialisés avec les mêmes flux commerciaux. Certes, les chiffres de la mortalité covid ne sont pas très élevés mais il est clair, que la vaccination n’a pas donné les effets escomptés. Israël va tenter la 3ème dose, mais il y a peu de chance que ce soit concluant. On remarque les mêmes variations dans les iles (vous citez Chypre, mais est-il raisonnable de prendre en compte le vaccin chinois au nord, même si le sud a utilisé Astra Zénéca ?) comme Malte (AZ,Pfizer,Mo) ou les Seychelles (sinopharm et AZ). Dans le « club des 50 à 60% (quasiment tous les pays d’Europe et les USA, ce n’est pas mieux. La contamination est décalée dans le temps par rapport à la zone équatoriale, mais on voit bien que la tendance est la même. Conclusion, oui aux gestes barrière, mais qu’on arrête de nous emmerder avec la vaccination tant qu’on n’a pas trouvé un vaccin efficace (covid et variants) ce qui est loin d’être fait.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Il est vrai que la référence Mediapart est des plus sérieuse.Pour mémoire Mediapart et Pleynel avaient sortis un test présentant un test individuel du rapport risque/bénéfice.pour la vaccination.
      Pleynel qui se croit médecin et sort des tests du niveau de Cosmopolitan.
      A quand la chaire de virologie pour ce mystificateur.

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Pas sûr que vous soyez dans le bon fil Braillasse mais soit. Faut juste rappeler que Plenel avait aussi appelé à voter Macron… et que la tendance du journal sur le sujet « covid » est plutôt proche de celle du gouvernement. Muchielli (qui n’appartient pas au personnel de Médiapart, il y tient juste un blog) fait plutôt figure de dissident et la plupart de ses sources en font un lanceur d’alerte particulièrement pertinent.

      Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Jacques 89, je me méfie comme de la peste des leaders d’opinions,et surtout des journalistes qui défendent leurs fond de commerce avant tout.FOG en étant le pire exemple.Plenel a appelé à voter Macron,la belle affaire,et si il nous avait demandé de nous jeter aux Goudes ?
    Après son test du mois de mai dernier est une pure honte.A quand le régime pour pouvoir à nouveau enfiler son maillot dans Mediapart ou les salades de l’ètè.N’importe quoi

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire