Journal de confinement. Day#6

Pyjama de confinement

Billet de blog
par Lorelei
le 23 Mar 2020
2

Peut-on rester en pyjama toute la journée ? Spoiler. La réponse est oui.

Dimanche 22 mars. 18 heures. Je viens de sortir, dans la rue, en pyjama, pour aller jeter la poubelle familiale. J’ai donc touché le fond et me demande bien comment je vais pouvoir atteindre le week-end prochain en restant digne. Une copine me rappelle que je l’ai déjà perdue, ma dignité, et qu’il n’y a rien à regretter –ça, c’est fait.

Bon, sans se mentir, rester en pyjama toute la journée, le cheveu relevé dans un vague chignon plumeau, pas lavée, à taper frénétiquement sur le clavier depuis l’aube, ou presque —tu ne serais pas de Marseille, toi ?—  je l’ai déjà fait. Évidemment, c’est l’avantage lorsque tu travailles de chez toi, seule, isolée, oubliée, confinée : personne ne te voit.

Mais je veille toujours à garder un semblant d’amour propre et généralement, en fin d’après-midi, vient le moment où je commence à m’inquiéter des retours de l’homme et de l’ado. Non qu’ils ne m’aient déjà vu en slip, hein, mais leur air goguenard et leurs réflexions de bas étage sur le seuil de la porte, non merci. Bref, à 17 heures, je lâche tout, me précipite dans la salle de bain, me récure sous tous les angles, me parfume et prends un air dégagé lorsqu’ils rentrent —J’ai pas arrêté de la journée, l’enfer, ça va vous ?

Mais les règles ont changé. Je suis désormais confinée. En famille. Avec deux paires d’yeux qui observent donc mon quotidien dès poltron minet…

Bien sûr, lundi dernier, j’étais comme tout le monde, pétrie de jolis principes : « surtout, important, on veille à garder le rythme, on se lève, on se lave, on s’arrête à l’heure du déjeuner, on garde allure humaine ». Au bout de 5 jours, je ne peux que constater l’échec total de cette planification.

L’ado ne sort plus de sa chambre. Il a annexé une tablette pour jouer à Fortnite, —s’te plaît, s’te plaît, sur mon ordi, ça rame trop, il est trop vieux, y’a rien qui va–, et ne se change plus, enfin lorsque je lui en fais la remarque, il m’explique qu’il a deux pyjamas, celui du jour et celui du soir, avec une préférence notable pour le maillot de foot en pyjama de jour, que je veille à ce qu’il retire pour dormir, « on ne dort pas dans du polyester », gardons de sains principes.

Seul l’homme continue à faire comme si de rien n’était. Il se lève, avec le réveil, allume la radio, fait du café, se lave, se vêt et passe dans son bureau. A trois mètres de là. Je suis à la fois hilare et admirative. Et vaguement –très vaguement hein– mal à l’aise devant ma tenue informe : quand ce n’est pas un pyjama, je pioche au hasard dans une pile non repassée, je n’ai pas une minute à moi, vraiment pas le temps, pff, enfin, je me dis que cela sera bien pour la fin, mourir en repassant.

N’importe quoi. Vite, je jette un œil sur les sites des magazines féminins et tombe pile sur l’article mode qu’il me fallait : 20 pyjamas pour flâner chez soi.

Moches et inconfortables. Moches et ridicules. Moches et chers. Oui, parce que défile, sous mes yeux ébahis, une sélection de pyjamas en soie –peut-on expliquer à ces journalistes-attachés de presse déconnectés que la plupart des femmes, enfin les femmes normales que je connais, ne veulent pas ressembler à Mata-Hari —c’est qui ?–, de pyjamas imprimés peaux de bête –grrrr, bondir au saut du lit comme une lionne–, ou de nuisettes, qui ne sont pas du tout, du tout, à mon humble avis, adaptés au confinement. Sauf à défiler dans le couloir, balayette à la main en sautillant sur Britney Spears façon Toxic, je ne vois pas : tu peux pas t’asseoir en tailleur l’ordi sur les genoux et ce n’est même pas chaud. À moins de t’enrouler dans un pull. Ou un plaid. Ou la couette.

Et tout à coup, l’idée de génie : la robe d’intérieur. Doublée moumoute pour le confort et la douceur, légèrement soyeuse au dehors, pour le glamour, un peu dégagée dans le cou, pour tenir une visio conférence. Avec dignité. Retrouvée.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Tarama Tarama

    Que se passe-t-il dans la tête des gens qui « continuent à faire comme si de rien n’était » ?
    Mystère…

    Signaler
    • Lorelei Lorelei

      Je me pose la question 🙂 Un certain goût pour la routine…

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire