Encore un couvre-feu au nouvel an ?

Billet de blog
par MalMass
le 2 Déc 2021
0

Photo MalMass (licence CC :BY-NC-ND).

Nous voilà donc au début du 5ème épisode épidémique d’une série appelée à durer. En réalité, dans notre département, la circulation virale reste, pour l’instant, moins forte que pendant le pic de cet été, tant pour le nombre de personnes détectées positives (1er graphique ci-dessous, sur les Bouches-du-Rhône), que pour le nombre de nouvelles admissions à l’hôpital (2e graphique ci-dessous qui n’a pu être réalisé qu’au niveau de la région). Il ne semble pas non plus y avoir, pour le moment, de dégradation plus marquée de la situation pour les plus âgés.

La différence majeure par rapport au mois d’aout ? Nous sommes désormais moins seuls en métropole. Même si nous restons parmi les départements où le virus circule le plus, Marseille et les Bouches-du-Rhône ne sont plus une exception, car presque partout ailleurs, le virus circule beaucoup plus que cet été, d’où une dégradation marquée des indicateurs nationaux et les nouvelles improvisations gouvernementales qui vont avec, en particulier avec cette dose de rappel que le gouvernement impose à ceux qui ont accepté de se faire vacciner pour protéger d’abord ceux qui continuent de refuser la vaccination.

Combien de temps faudra-t-il pour que l’Etat prenne enfin ses responsabilités en rendant la vaccination obligatoire ? Il continue de la refuser en prétendant que l’incitation fonctionne, pendant que le président du conseil scientifique parle de libertés et d’impossibilité d’envoyer les gendarmes contrôler tout le monde. Mais du point de vue des libertés, tous feignent d’oublier qu’ils ont déjà restreints à plusieurs reprises et pendant plusieurs mois nos libertés publiques, sans que ces restrictions aient été toutes sanitairement justifiées – pensons par exemple, aux rayons des grandes surface ouverts au premier confinement mais inaccessibles au second ; pensons aux petits commerces, musées et espaces culturels si longtemps fermés pendant que le métro restait fréquentable,… Ces gens feignent d’oublier aussi que de nombreux vaccins sont déjà obligatoires. Quant à l’argument du contrôle, avec cette logique, il y a longtemps que la consommation de cannabis ne serait plus interdite ! En réalité, ces personnes, qui ne méritent pas leur fonction, oublient que si nous étions en République, seule l’obligation légale de vaccination légitimerait le recours au passe sanitaire. Seulement dans ce cas, il ne restreindrait pas les libertés de tous pour inciter quelques uns à changer de comportement car, si la vaccination était obligatoire, il n’y aurait pas de restriction des libertés pour ceux qui respectent la loi. Ce n’est pas le cas dans la situation actuelle.

Mais nul besoin de trop s’agacer car ce n’est qu’une question de temps.  Quand l’obligation vaccinale sera présente partout à nos frontières, le gouvernement suivra, par mimétisme, plus que par conviction, ou plutôt par crainte qu’il ne puisse justifier de ne pas avoir fait ce que les autres ont fait en cas d’action pénale. Déjà l’Autriche a franchi le pas pour tous et la Grèce pour les plus de 60 ans. L’Union européenne appelle à y réfléchir. Quand l’Allemagne basculera…

Toujours par mimétisme, il est plus que probable que le gouvernement devra à nouveau serrer la vis d’ici la fin de l’année du fait de la poursuite de la montée en puissance de cette cinquième vague. Le président du conseil scientifique a annoncé un pic épidémique fin décembre. Curieuse date quand on nous explique depuis un an et demi que ce sont les interactions sociales qui font circuler le virus. Peut-on alors imaginer un pic juste avant les fêtes du nouvel an, donc, alors que celles-ci sont traditionnellement l’occasion de rassemblements festifs, donc de brassages prompts à relancer la circulation virale ? Qui peut penser sous l’hypothèse d’une rationalité minimale, il est vrai insuffisamment développée, que le gouvernement laissera faire ? D’ailleurs, ce matin, Jean-François Delfraissy a cherché à rassurer, avec mesure, en affirmant que “Noël [n’était] pas en danger si nous faisons attention”. Noël, donc. Mais le jour de l’an ? Alors lançons les paris : il y aura couvre-feu le 31 décembre.

 

 

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire