A Samia Ghali et Bruno Gilles : ne laissez pas bloquer Marseille

Billet de blog
le 29 Juin 2020
0

Dimanche soir, il s’est passé quelque chose à Marseille. Après Marseille, ville sans nom, Marseille, ville sans maire. Certes, nous avons vu le RN bouté hors de notre ville grâce au général David Galtier (LR) et au retrait du Printemps Marseillais. Merci à eux. Certes, les 1er, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e et 8e arrondissements ont été gagnés – parfois très nettement – par le Printemps Marseillais. Merci à elles et à eux. Certes, Samia Ghali a su empêcher le RN de s’étendre à Marseille. Merci à elle. Certes, Martine Vassal est désormais la première candidate LR à laisser, depuis 25 ans, le 4e secteur à l’opposition. Merci et bravo à Olivia Fortin. Et aux candidats du Printemps qui se sont battu – en vain – pour les difficiles 9e, 10e, 11e et 12e arrondissements : bravo.

Cependant, c’est samedi que nous saurons de quoi l’avenir de Marseille sera fait.

Alors j’en appelle à toutes celles et ceux qui peuvent faire basculer cette élection dans un sens comme dans l’autre : mettez vos intérêts de côté et faites le choix du cœur, le choix de votre ville, le choix de Marseille.

A Samia Ghali, qui a crié dans le désert, livrée à elle-même pour les 15e et 16e arrondissements : mettez de côté vos divergences avec le Printemps Marseillais et pour l’amour de Marseille, donnez la chance à Michèle Rubirola de gouverner cette ville qui a tant souffert sous Jean-Claude Gaudin.

A Bruno Gilles, qui a subi tout au long de sa campagne une humiliation par sa propre famille politique équivalente sinon supérieure à ce que le Printemps Marseillais a subi au cours de la dernière ligne droite de l’élection : vous dites « non » à Martine Vassal (et c’est une preuve de votre rectitude) mais dites aussi « non » au blocage de Marseille par simple adhésion idéologique. Vous ne souhaitez pas donner votre voix au Printemps Marseillais, c’est parfaitement respectable mais que Lisette Narducci qui, elle aussi et bien avant vous, a dû subir le système Gaudin (notamment en la personne de Solange Biaggi) choisisse en son âme et conscience.

Ne laissez pas bloquer Marseille et compromettre son avenir dans les six années qui viennent. L’avenir est à l’écologie et comme je l’écrivais dans un précédent billet, aux trois écologies : environnementales, sociales et mentales.

Marseillaises et marseillais, nous voulons une Marseille apaisée, du nord au sud, de l’est à l’ouest. Nous voulons une Marseille où le minot de la Castellane soit traité à égalité avec celui de Castellane. Nous voulons une Marseille qui rayonne au-delà de son territoire, au-delà des campagnes de pub clinquante destinées aux touristes. Nous voulons une Marseille à la pointe de l’écologie. Une Marseille humaine et solidaire. Une Marseille où chaque euro d’argent public aille aux marseillaises et aux marseillais. Une Marseille dont nous n’auront plus honte de la délinquance, de la propreté et des transports. Une Marseille où la nature sera reine. Où le patrimoine sera roi. Où le terme « populaire » retrouvera tout son sens. Où huit personnes ne mourront pas dans l’effondrement de leur immeuble

C’est le moment historique de participer à cette autre Marseille dont nous souhaitons qu’elle ne ressemble ni à Paris, ni à Lyon et encore moins à Aix.

Car notre ville est unique au monde.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire